Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Immunisation passive

Par

Margot L. Savoy

, MD, MPH, Lewis Katz School of Medicine at Temple University

Dernière révision totale juil. 2019| Dernière modification du contenu juil. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Ressources du sujet

L'immunisation passive implique d'administrer ce qui suit

  • Anticorps contre un microrganisme

  • Une toxine produite par un microrganisme

L'immunisation passive doit être préconisée dans les circonstances suivantes:

  • Lorsque les sujets ne peuvent pas synthétiser des Ac

  • Quand les sujets ont été exposés à une maladie contre laquelle ils ne sont pas protégés ou s'ils sont susceptibles de développer des complications

  • Lorsque les sujets ont une maladie et que les effets de la toxine doivent être atténués

L'immunisation passive n'induit pas d'immunité naturelle.

Pour les immunoglobulines et les antitoxines disponibles aux États-Unis, Immunoglobulines et antitoxines* disponibles aux États-Unis.

Tableau
icon

Immunoglobulines et antitoxines* disponibles aux États-Unis

Agents immunobiologiques

Type

Indications

Antitoxine botulique

Ac équins spécifiques

Traitement du botulisme

Antitoxine botulique

Ac humains spécifiques

Immunoglobulines anticytomégalovirus, IV (CMV-IGIV)

Ac humains spécifiques

Prévention chez les receveurs de cellules-souches hématopoïétiques et de greffe de rein

Antitoxine diphtérique

Ac équins spécifiques

Traitement de la forme pulmonaire de la diphtérie

Immunoglobulines anti-hépatite B (HBIG)

Ac humains spécifiques

Prophylaxie de l'hépatite B en postexposition

Immunoglobulines (Ig)

Ac humains mis en commun

Prophylaxie en pré-exposition et en post-exposition contre l'hépatite A, en post-exposition contre la rougeole, en cas de déficit en immunoglobulines, en cas de rubéole contractée lors du 1er trimestre de la grossesse, en cas de varicelle (si les immunoglobulines contre la varicelle ne sont pas disponibles)

Immunoglobulines, intraveineuses (IgIV)

Ac humains mis en commun

Prévention et traitement des infections pédiatriques sévères d'origine bactérienne ou virale (p. ex., infection à VIH chez l'enfant), déficits immunitaires, purpura thrombopénique immunitaire, leucémie lymphoïde chronique à lymphocytes B, maladie de Kawasaki, troubles auto-immunitaires (p. ex., myasthénie, syndrome de Guillain-Barré, polymyosite/dermatomyosite)

Prévention de la réaction de la maladie du greffon contre l'hôte

Immunoglobulines, en sous-cutané (IgSC)

Ac humains mis en commun

Traitement des déficits immunitaires primitifs

Immunoglobulines antirabiques (human rabies immune globulin [HRIG])†

Ac humains spécifiques

Prise en charge de la rage post-exposition chez les sujets non préalablement vaccinés contre la rage

Ac monoclonal murin anti-virus respiratoire syncytial (VRS-mAb [monoclonal antibody])

Ac monoclonal murin (palivizumab)

Ig antitétaniques (TIG)

Ac humains spécifiques

Traitement du tétanos

Prévention après exposition au risque des personnes incorrectement vaccinées par l'anatoxine tétanique

Immunoglobulines anti-vaccine (VIG)

Ac humains spécifiques

Traitement de l'eczéma vaccinal, de la nécrose vaccinale et de la réaction vaccinale oculaire (virus de la vaccine)

Immunoglobulines varicelle-zona (VariZIG)

Ac humains spécifiques

Prophylaxie post-exposition chez les sujets qui n'ont aucune preuve d'immunité, qui sont plus à risque de varicelle grave, et qui ont des contre-indications à la vaccination contre la varicelle

*Des préparations d'immunoglobulines et d'antitoxines sont administrées IM sauf indication contraire.

† Les immunoglobulines antirabiques sont administrées autour des plaies et en IM.

Adapté d'après National Center for Immunization and Respiratory Diseases: General recommendations on immunization: Recommendations of the Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP). MMWR Recomm Rep 60(RR02):1–64, 2011.

Immunoglobuline humaine (Ig)

L'Ig est une solution concentrée d'Ac obtenue à partir de plasma de donneurs sains. Ce sont principalement des IgG, bien qu'il puisse y avoir des traces d'IgA, d'IgM et d'autres protéines sériques. Les Ig ne contiennent que très rarement des virus transmissibles (p. ex., hépatite B ou C, VIH) et sont stables pendant plusieurs mois si on les conserve à 4° C. L'Ig est administrée en IM.

Comme le taux maximal sérique d'Ac peut ne pas être obtenu avant 48 h suivant l'injection IM, les Ig doivent être administrées dès que possible après le contact. La demi-vie des Ig dans la circulation est d'environ 3 semaines.

Les immunoglobulines peuvent être utilisées en prophylaxie des maladies suivantes

Les Ig ne procurent qu'une protection temporaire; la concentration en Ac contre des agents spécifiques varie dans une proportion allant jusqu'à 10 fois selon les préparations. L'administration est douloureuse et une réaction anaphylactique peut survenir.

Les IgIV ont été développées pour apporter des doses plus importantes et répétées d'Ig humaines. Les IgIV sont utilisées pour traiter ou éviter les infections bactériennes et virales sévères, les troubles auto-immunitaires et les déficits immunitaires en particulier les suivants:

Les effets indésirables des IgIV sont rares, bien qu'une fièvre, des frissons, des céphalées, des vertiges, des nausées, des vomissements, une hypersensibilité, des réactions anaphylactiques, une toux et une surcharge volémique aient été observés.

Les immunoglobulines sous-cutanées sont également préparées à partir de pools de plasma humain; elles sont destinées à un usage domestique en cas de déficit immunitaire primitif.

Les réactions au niveau du site d'injection sont courantes, mais les effets indésirables systémiques (p. ex., la fièvre, frissons) sont beaucoup moins fréquents avec les immunoglobulines sous-cutanées qu'avec les IgIV.

Globulines hyperimmunes

Les globulines hyperimmunes sont préparées à partir du plasma de personnes possédant un taux élevé d'Ac spécifiques dirigés contre un microrganisme ou un Ag. Elles proviennent de personnes en convalescence d'une infection naturelle ou de donneurs artificiellement immunisés.

Des globulines hyperimmunes sont disponibles pour l'hépatite B, le botulisme infantile, la rage, le tétanos, le cytomégalovirus, la vaccine et le virus de la varicelle et du zona. L'administration est douloureuse et une réaction anaphylactique peut survenir.

Anticorps monoclonaux

Des anticorps monoclonaux spécifiques actifs contre les agents infectieux sont d'un grand intérêt théorique, et un certain nombre sont actuellement à l'étude. Cependant, un seul produit, le palivizumab, est actuellement disponible; il est actif contre le virus respiratoire syncytial (VRS) et est utilisé en prévention de l'infection par le virus respiratoire syncytial chez certains enfants à risque élevé.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Revue générale de la tuberculose
Vidéo
Revue générale de la tuberculose
Modèles 3D
Tout afficher
SARS-CoV-2
Modèle 3D
SARS-CoV-2

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT