Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Médicaments de l'insuffisance cardiaque

Par

Sanjiv J. Shah

, MD, Northwestern University Feinberg School of Medicine

Dernière révision totale mars 2017| Dernière modification du contenu mars 2017
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public

Le traitement médicamenteux de l'insuffisance cardiaque comprend les éléments suivants

  • Soulagement des symptômes: diurétiques, dérivés nitrés ou digoxine

  • Prise en charge à long terme et amélioration de la survie: les inhibiteurs de l'ECA, les bêta-bloqueurs, les antagonistes de l'aldostérone ou les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine II ou les inhibiteurs du récepteur de l'angiotensine et de la néprilysine

Le choix du médicament dépend du type d'insuffisance cardiaque et des caractéristiques individuelles du patient. La classification la plus courante de l'insuffisance cardiaque actuellement utilisée classe les patients en

Dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite, toutes ces classes de médicaments ont été étudiées et ont montré un bénéfice à long terme.

Dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée, un moins grand nombre de médicaments a été suffisamment étudié. Cependant, les inhibiteurs de l'ECA, les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II et les bêta-bloqueurs sont généralement utilisés pour traiter l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée. Les inhibiteurs du récepteur de l'angiotensine et de la néprilysine sont actuellement à l'étude. Des essais contrôlés randomisés suggèrent que les antagonistes de l'aldostérone sont bénéfiques, mais que les nitrates ne le sont probablement pas. En cas d'insuffisance cardiaque sévère avec fraction d'éjection préservée, l'abaissement de la fréquence cardiaque (p. ex., par un bêta-bloqueur) peut exacerber les symptômes parce que le volume systolique est relativement fixe en raison d'un dysfonctionnement diastolique sévère; chez ces patients, le débit cardiaque dépend de la fréquence cardiaque et l'abaissement de la fréquence cardiaque peut donc réduire le débit cardiaque au repos et/ou à l'effort.

En cas de cardiomyopathie hypertrophique, la digoxine est inefficace et peut être nocive.

Tous les patients doivent recevoir des informations claires et explicites au sujet de leurs médicaments, y compris sur l'importance du renouvellement de la prescription en temps opportun et l'observance du traitement, sur comment reconnaître les effets indésirables et quand contacter leur médecin.

(Voir aussi Insuffisance cardiaque.)

Diurétiques

Des diurétiques sont administrés à tous les patients qui présentent une insuffisance cardiaque (indépendamment de la fraction d'éjection sous-jacente), qui ont une surcharge volumique actuelle ou non; la posologie est ajustée sur la dose la plus faible qui stabilise le poids et diminue les symptômes.

Les diurétiques de l'anse doivent être utilisés initialement pour le contrôle de la surcharge volumique, mais leur dose doit être réduite si possible en faveur des antagonistes de l'aldostérone.

Les diurétiques de l'anse couramment utilisés comprennent le furosémide, le bumétanide et le torsémide. La dose initiale de ces médicaments dépend du fait que le patient ait ou non déjà reçu des diurétiques de l'anse. Les doses de départ habituelles sont les suivantes: furosémide 20 à 40 mg par voie orale 1 ou 2 fois/jour, bumétanide 0,5 à 1,0 mg par voie orale 1 fois/jour et torsémide 10 à 20 mg par voie orale 1 fois/jour. Si nécessaire, les diurétiques de l'anse peuvent être titrés jusqu'à des doses de furosémide de 120 mg par voie orale 2 fois/jour, de bumétanide 2 mg par voie orale 2 fois/jour et de torsémide 40 mg par voie orale 2 fois/jour en fonction de la réponse et de la fonction rénale. Le bumétanide et le torsémide ont une meilleure biodisponibilité que le furosémide. Si les patients passent d'un diurétique de l'anse à un autre, ils doivent recevoir des doses équivalentes. Le furosémide 40 mg est équivalent à 1 mg de bumétanide et tous deux sont équivalents à 20 mg de torsémide.

Dans les cas réfractaires, des diurétiques de l'anse IV ou la métolazone 2,5 à 10 mg par voie orale peuvent être utilisés pour un effet additif. La perfusion IV de furosémide (5 à 10 mg/h) ou d'un autre diurétique de l'anse peut être utile chez des patients sélectionnés en cas d'œdème grave. Un bolus de diurétique de l'anse doit être administré avant de commencer la perfusion intraveineuse et avant chaque augmentation du débit de perfusion.

Les diurétiques de l'anse (en particulier utilisés avec la métolazone) peuvent entraîner une hypovolémie avec hypotension, une hyponatrémie, une hypomagnésémie et une hypokaliémie sévère. La dose de diurétique nécessaire à la phase aiguë peut généralement être réduite de façon graduelle; l'objectif est la dose la plus faible permettant de maintenir la stabilité du poids et le contrôle les symptômes. Lorsque l'insuffisance cardiaque s'améliore, le diurétique peut être arrêté si d'autres médicaments améliorent la fonction cardiaque et soulagent les symptômes d'insuffisance cardiaque. Des doses de diurétiques plus importantes que nécessaires diminuent le débit cardiaque, altèrent la fonction rénale, induisent une hypokaliémie et augmentent la mortalité. L’ionogramme sanguin et la fonction rénale sont vérifiés, initialement quotidiennement (lorsque les diurétiques sont donnés IV) et par la suite, au besoin, en particulier après une augmentation de la dose.

Un antagoniste de l'aldostérone, la spironolactone ou l'éplérénone, peuvent être ajoutés pour compenser les effets de la perte de potassium provoquée par les diurétiques de l'anse à forte dose. Il peut en résulter une hyperkaliémie, en particulier lorsque des inhibiteurs de l'ECA ou des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II sont également utilisés, l'ionogramme doit donc être régulièrement surveillé en particulier lorsqu'un trouble peut provoquer une déshydratation et un trouble rénal. Ces médicaments peuvent avoir un intérêt particulier dans l'insuffisance chronique du ventricule droit, dans lesquels la congestion hépatique induit des taux élevés d'aldostérone car son métabolisme est réduit. Pour réduire le risque d'hyperkaliémie, les antagonistes de l'aldostérone ne doivent généralement être administrés qu'aux patients dont le taux de potassium est < 5,0 mEq/L, la créatininémie < 2,5 mg/dL et le taux de filtration glomérulaire > 30 ml/min/1,73 m2. En outre, il convient de noter que la dose équivalente d'éplérénone est double de celle de la spironolactone (c'est-à-dire, spironolactone 25 mg = éplérénone 50 mg).

Les diurétiques thiazidiques ne sont normalement pas utilisés seuls, sauf s'ils sont administrés en traitement de l'hypertension; cependant, un diurétique thiazidique peut être ajouté à un diurétique de l'anse pour augmenter la diurèse et réduire la dose de diurétiques de l'anse. L'hydrochlorothiazide, la métolazone et la chlorthalidone peuvent être utilisés de cette manière.

On apprend aux patients sérieux à prendre des doses diurétiques additionnelles selon les besoins lorsque le poids ou les œdèmes périphériques augmentent. Ils doivent consulter un médecin rapidement si la prise de poids persiste.

Les antagonistes des récepteurs de la vasopressine (hormone antidiurétique) ne sont pas fréquemment utilisés, bien qu'ils puissent être utiles dans les cas d'hyponatrémie réfractaire sévère chez les patients souffrant d'insuffisance cardiaque.

Inhibiteurs de l'ECA

Tous les patients qui présentent une insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite doivent recevoir des inhibiteurs de l'ECA, sauf en cas de contre-indication (p. ex., du fait d'une créatininémie > 2,8 mg/dL [> 250 μmol/L], d'une sténose bilatérale des artères rénales, d'une sténose des artères rénales sur rein unique ou d'un antécédent d'œdème de Quincke dû à des inhibiteurs de l'ECA).

Les inhibiteurs de l'ECA réduisent la production de l'angiotensine II et la dégradation de la bradykinine et des médiateurs qui affectent le système nerveux sympathique, la fonction endothéliale, le tonus vasculaire et la fonction myocardique. Ces effets hémodynamiques comprennent une vasodilatation veineuse et artérielle, une diminution soutenue de la pression de remplissage du ventricule gauche au repos et à l'effort, une diminution des résistances vasculaires systémiques et des effets favorables sur le remodelage ventriculaire. Les inhibiteurs de l'ECA prolongent la survie et réduisent les hospitalisations pour insuffisance cardiaque. En cas d'athérosclérose et de maladie vasculaire, ces médicaments réduisent le risque d'infarctus du myocarde et d'accident vasculaire cérébral. Chez le diabétique, ils retardent l'apparition de la néphropathie. Ainsi, les inhibiteurs de l'ECA peuvent être utilisés en cas de dysfonctionnement diastolique et en présence de l'un de ces troubles.

La dose initiale classiquement doit être basse (habituellement un quatrième à la moitié de la dose cible en fonction de la PA et de la fonction rénale); la dose est progressivement ajustée vers le haut sur 8 semaines que possible, alors poursuivi indéfiniment. Les posologies cibles habituelles des médicaments représentatifs comprennent l'énalapril 10 à 20 mg 2 fois/jour, le lisinopril 20 à 30 mg 1 fois/jour, et le ramipril 5 mg 2 fois/jour, il en existe de nombreux autres.

Si les effets hypotenseurs (plus marqués en cas d'hyponatrémie ou de déplétion volémique) sont gênants, ils peuvent souvent être minimisés en séparant l'administration des autres médicaments hypotenseurs, en réduisant la dose des diurétiques associés, en utilisant un inhibiteur de l'ECA à action prolongée (p. ex., le périndopril), ou en prenant la dose au coucher. Les inhibiteurs de l'ECA entraînent souvent une insuffisance rénale modérée réversible due à une vasodilatation des artérioles efférentes glomérulaires. Une augmentation initiale de 20 à 30% de la créatinine n’est pas une raison d’arrêter le médicament mais nécessite une surveillance plus stricte, des augmentations plus lentes des posologies, la réduction de la dose de diurétiques, ou contre-indique les AINS. L'effet de l'aldostérone étant réduit, en particulier chez le patient recevant une supplémentation en K, il peut en résulter une rétention de K. Une toux est observée chez 5 à 15% des patients, probablement car la bradykinine s’accumule, mais d’autres causes de toux doivent également être recherchées. Parfois, une éruption cutanée ou une dysgueusie peuvent être observées. L'œdème de Quincke est rare, mais peut être fatal et est une contre-indication à les inhibiteurs de l'ECA. Comme alternative, on peut utiliser des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II, bien qu'une allergie croisée n'ait que rarement été rapportée. Tous deux sont contre-indiqués pendant la grossesse.

L'ionogramme sanguin et la fonction rénale doivent être évalués avant de débuter un inhibiteur de l'ECA, à 1 mois et après chaque augmentation importante de la posologie ou modification de l'état clinique. En cas de déshydratation ou de mauvaise fonction rénale en rapport avec une affection intercurrente, on peut être amené à réduire ou à arrêter de manière transitoire l'inhibiteur de l'ECA.

Dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée un essai contrôlé randomisé de l'inhibiteur de l'ECA périndopril a démontré améliorer la capacité d'effort. Il n'a pas amélioré la survie, malgré un taux élevé de passage du placebo à l'inhibiteur de l'ECA dans cet essai (1). Compte tenu de la prévalence très élevée de l'hypertension dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée, il est raisonnable d'utiliser un inhibiteur de l'ECA pour contrôler l'hypertension chez ces patients, car ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires bénéfiques sur la capacité d'exercice chez ces patients.

Antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II

Ces médicaments n’ont pas démontré leur supériorité par rapport à des inhibiteurs de l’ECA, mais sont moins susceptibles d’entraîner une toux ou un œdème de Quincke; ils peuvent être utilisés lorsque ces effets indésirables interdisent l’utilisation d’inhibiteurs de l'ECA.

Dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite chronique, les inhibiteurs de l'ECA et les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II sont probablement tout aussi efficaces. Les doses cibles orales habituelles sont valsartan 160 mg 2 fois/jour, candésartan 32 mg 1 fois/jour et losartan 50 à 100 mg 1 fois/jour. L'introduction, la titration vers le haut et le suivi des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II et des inhibiteurs de l'ECA sont similaires. Les inhibiteurs de l'ECA, les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II peuvent entraîner une insuffisance rénale réversible et ils peuvent devoir être arrêtés ou leur dose réduite transitoirement en cas de maladie pouvant provoquer une déshydratation.

L'ajout d'un antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II à un protocole composé d'un inhibiteur de l'ECA, d'un bêta-bloqueur et d'un antagoniste de l'aldostérone est peu susceptible d'être utile et doit être évité étant donné le risque d'hyperkaliémie. Si un patient qui prend un inhibiteur de l'ECA ou un antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II est toujours symptomatique, un antagoniste de l'aldostérone doit être instauré et/ou un inhibiteur du récepteur de l'angiotensine et de la néprilysine doit être utilisé.

Dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée, un vaste essai contrôlé randomisé du candésartan (2) a démontré une réduction du nombre d'hospitalisations pour insuffisance cardiaque récurrente; cependant, l'hospitalisation était un critère d'évaluation secondaire. Dans un autre essai, (3) l'irbésartan n'a pas été associé à une amélioration des résultats dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée. Par conséquent, les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II ne doivent être utilisés dans le traitement de l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée que s'ils sont déjà utilisés pour traiter l'hypertension, la maladie diabétique rénale ou la microalbuminurie.

Les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II sont contre-indiqués pendant la grossesse.

Inhibiteur du récepteur de l'angiotensine et de la néprilysine

Les inhibiteurs du récepteur de l'angiotensine et de la néprilysine sont une nouvelle association médicamenteuse pour le traitement de l'insuffisance cardiaque. Ils comprennent un antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II et une nouvelle classe de médicaments, les inhibiteurs de la néprilysine (le sacubitril est le seul membre actuellement disponible). La néprilysine est une enzyme impliquée dans la dégradation des substances vasoactives telles que le BNP et d'autres peptides. En inhibant la dégradation du BNP et d'autres peptides vasoactifs bénéfiques, ces médicaments abaissent la tension artérielle, diminuent la postcharge et augmentent la natriurèse. Les inhibiteurs de la néprilysine augmentent les taux de BNP, les taux de NTproBNP (qui ne sont pas augmentés par le médicament) doivent donc être utilisés à sa place pour le diagnostic et le traitement de l'insuffisance cardiaque.

Un grand essai contrôlé randomisé (4) a récemment comparé le sacubitril/valsartan à l'énalapril dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite de classe II à IV de la New york Heart Association (NYHA). Le sacubitril/valsartan réduit les principaux critères d'évaluation de la mortalité cardiovasculaire combinée ou des hospitalisations pour insuffisance cardiaque; le nombre de patients à traiter était de 21. Le sacubitril/valsartan a également réduit la mortalité toutes causes confondues. Ainsi, l'inhibiteur du récepteur de l'angiotensine néprilysine sacubitril/valsartan doit être envisagé en cas d'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite stable, en particulier en cas de symptômes de classe II ou III de la NYHA sous thérapie médicale optimale guidée par les directives.

Il existe 3 concentrations de sacubitril/valsartan: 24/26 mg, 49/51 mg et 97/103 mg, tous sont pris par voie orale 2 fois/jour. La dose initiale est de 49/51 mg par voie orale 2 fois/jour dans le cas des patients qui ont déjà pris un inhibiteur de l'ECA ou un antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II et de 24/26 mg chez les patients qui prenaient auparavant une faible dose d'un inhibiteur de l'ECA ou d'un antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II (p. ex., ≤ 10 mg d'énalapril par jour) ou chez les patients qui n'ont pas reçu d'inhibiteurs de l'ECA/antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II ou qui ont une tension artérielle basse ou limite. Les inhibiteurs de l'ECA doivent être arrêtés 36 h avant l'initiation du sacubitril/valsartan. Les patients qui prenaient auparavant un antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II peuvent simplement passer au sacubitril/valsartan sans passer par une période d'élimination.

Les complications associées à l'utilisation d'inhibiteurs du récepteur de l'angiotensine et de la néprilysine comprennent l'hypotension, l'hyperkaliémie, l'insuffisance rénale et l'œdème de Quincke. Le sacubitril doit être associé au valsartan (un antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II) en raison du risque accru d'œdème de Quincke associé à l'utilisation du sacubitril seul ou en association avec un inhibiteur de l'ECA. Pour cette raison, le traitement combiné par ACE/inhibiteurs du récepteur de l'angiotensine et de la néprilysine est absolument contre-indiqué.

Dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée, un essai de phase 2 a montré que l'inhibiteur du récepteur de l'angiotensine et de la néprilysine valsartan/sacubitril réduisait les taux de NTproBNP à 12 semaines et le volume auriculaire gauche à 36 semaines; un grand essai randomisé de phase 3 contrôlé de ce médicament est en cours et doit déterminer s'il améliore les résultats dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée.

Antagonistes de l'aldostérone

L'aldostérone pouvant être produite indépendamment du système rénine-angiotensine, ses effets indésirables ne sont pas complètement inhibés même par une utilisation maximale des inhibiteurs de l'ECA et des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II. Ainsi, les antagonistes de l'aldostérone (également appelés antagonistes des récepteurs minéralocorticoïdes) sont souvent utilisés, en particulier en cas de symptômes modérés à sévères ou de signes d'insuffisance cardiaque. Les médicaments classiques comprennent la spironolactone 25 à 50 mg par voie orale 1 fois/jour et l'éplérénone 25 à 100 mg par voie orale 1 fois/jour (ne cause pas de gynécomastie chez les hommes). Les antagonistes de l'aldostérone peuvent réduire la mortalité, y compris par mort subite, en cas de fraction d'éjection du ventricule gauche < 30% et en cas d'insuffisance cardiaque chronique ou aiguë compliquant un infarctus du myocarde.

Les suppléments de potassium doivent être arrêtés. La kaliémie et la créatinine doivent être vérifiées toutes les 1 à 2 semaines pendant les 4 à 6 premières semaines et après les changements de dose. La posologie est abaissée si la kaliémie se situe entre 5,0 et 5,5 mEq/L et interrompue si la kaliémie est > 5,5 mEq/L, si la créatinine augmente au-dessus de 2,5 mg/dL (220 μmol/L) ou si les anomalies ECG de l'hyperkaliémie sont présentes. Les antagonistes de l'aldostérone ne doivent pas être utilisés chez les patients recevant à la fois un inhibiteur de l'ECA et un antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II du fait du risque élevé d'hyperkaliémie et d'insuffisance rénale.

Chez les patients en insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite, un antagoniste de l'aldostérone plus un inhibiteur de l'ECA ou un antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II est préférable à l'association d'un inhibiteur de l'ECA et d'un antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II.

Chez les patients en insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée, la spironolactone réduit l'hospitalisation pour insuffisance cardiaque et réduit probablement la mortalité cardiovasculaire (5). Ainsi, les antagonistes de l'aldostérone doivent être utilisés chez les patients en insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée, en particulier en cas de surcharge volumique et/ou d'antécédents d'hospitalisation pour insuffisance cardiaque. Les diurétiques de l'anse peuvent être minimisés si nécessaire pour permettre l'utilisation des antagonistes de l'aldostérone.

bêta-Bloqueurs

Dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite, les bêta-bloqueurs, sauf contre-indication (asthme, bloc auriculo-ventriculaire de 2e ou 3e degré ou un antécédent d'intolérance significative), sont critiques pour le traitement et sont un adjuvant important des inhibiteurs de l'ECA chez ces patients. Dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite, les bêta-bloqueurs sont au mieux commencés lorsque le patient n'a aucun élément en faveur d'une congestion pulmonaire. Des bêta-bloqueurs spécifiques tels que le carvédilol et le succinate de métoprolol (c'est-à-dire, le métoprolol à action prolongée) améliorent la fraction d'éjection du ventricule gauche, la survie et d'autres accidents cardiovasculaires majeurs en cas d'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite, y compris ceux qui présentent des symptômes sévères.

En cas d'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée, les bêta-bloqueurs n'ont pas été suffisamment testés dans des essais cliniques, mais de grands registres ont montré que les bêta-bloqueurs sont associés à de meilleurs résultats dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée, malgré la prévalence relativement élevée de l'incompétence chronotrope dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée.

La posologie initiale doit être basse (un quart de la dose journalière cible), puis progressivement augmentée sur 8 semaines en fonction de la tolérance. Les effets inotropes négatifs du bêta-blocage peuvent initialement entraîner une dépression cardiaque et une rétention liquidienne. Dans de tels cas, une augmentation temporaire de la dose de diurétiques et un ralentissement de l'augmentation du titrage de la dose de bêta-bloqueurs est justifiée. La tolérance peut s'améliorer avec le temps et tout doit être fait pour atteindre les doses cibles. Les doses cibles orales habituelles sont carvédilol 25 mg 2 fois/jour (50 mg 2 fois/jour pour le patient de 85 kg), bisoprolol 10 mg 1 fois/jour, métoprolol 50 à 75 mg 2 fois/jour (tartrate) ou 200 mg 1 fois/jour (succinate à libération prolongée). Le carvédilol, un bêta-bloqueur non sélectif de 3e génération, est également un vasodilatateur à effets alpha-bloqueurs et antioxydants; c'est le bêta-bloqueur préféré et le plus largement étudié mais c'est le plus coûteux dans de nombreux pays. Certains bêta-bloqueurs (p. ex., bucindolol, xamotérol) ne semblent pas bénéfiques et peuvent être parfois nocifs.

En cas de décompensation sévère, les bêta-bloqueurs ne sont pas introduits avant que le patient soit stabilisé et qu'il n'y ait que peu d'éléments en faveur d'une rétention liquidienne. Chez les patients qui ont une insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite et une aggravation aiguë de l'insuffisance cardiaque et qui prennent déjà un bêta-bloqueur, la dose ne doit pas être diminuée ou arrêtée sauf en cas d'absolue nécessité. Souvent, la dose de bêta-bloqueur peut être poursuivie en cas d'aggravation aiguë de l'insuffisance cardiaque si la dose diurétique est temporairement augmentée.

Dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite, après le traitement initial, la fréquence cardiaque et la consommation myocardique d'oxygène diminuent et le volume systolique et la pression de remplissage restent inchangés. Avec la réduction de la fréquence cardiaque, la fonction diastolique s'améliore. Le remplissage ventriculaire redevient proche de la normale (augmentation en protodiastole) et est moins restrictif. L'amélioration de la fonction myocardique est évaluable chez de nombreux patients après 6 à 12 mois; la fraction d'éjection et le débit cardiaque augmentent et la pression de remplissage du ventricule gauche diminue. La capacité d'effort augmente.

Vasodilatateurs

L'association d'hydralazine et de dinitrate d'isosorbide est bénéfique chez le patient vraiment intolérant aux inhibiteurs de l'ECA et aux ARA-II (antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II) (habituellement du fait d'un dysfonctionnement rénal important), bien que le bénéfice à long terme de cette association soit limité. Chez les patients noirs, lorsqu'elle est ajoutée au traitement standard, cette association a été démontrée réduire la mortalité et l'hospitalisation, et améliorer la qualité de vie. En tant que vasodilatateurs, ces médicaments améliorent l'hémodynamique, réduisent l'insuffisance valvulaire et augmentent la capacité d'effort sans entraîner d'atteinte rénale importante.

L'hydralazine est commencée à 25 mg par voie orale 4 fois/jour et augmentée toutes les 3 à 5 jours jusqu'à une posologie cible totale de 300 mg/jour, bien que nombre de patients ne puissent tolérer une dose > 200 mg/jour du fait de l'hypotension. Le dinitrate d'isosorbide est débuté à 20 mg par voie orale 3 fois/jour (avec un intervalle de 12 h sans nitrate) et les doses sont augmentées jusqu'à une dose cible de 40 à 50 mg 3 fois/jour. On ignore si des doses plus faibles (fréquemment utilisées en pratique clinique) sont bénéfiques à long terme. En général, les vasodilatateurs ont été remplacés par des inhibiteurs de l'ECA, qui sont plus simples à utiliser, qui sont habituellement mieux tolérés et dont on a démontré les effets bénéfiques supérieurs.

Les dérivés nitrés à eux seuls peuvent soulager les symptômes de l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite; on peut apprendre aux patients à utiliser la nitroglycérine en spray sublinguale selon les besoins en cas de dyspnée aiguë et en patch transdermique pour les dyspnées nocturnes ou d'effort. Dans l'insuffisance cardiaque avec une fraction d'éjection réduite les dérivés nitrés sont sûrs, efficaces et bien tolérés et sont particulièrement efficaces en cas d'insuffisance cardiaque et d'angor. Les effets indésirables comprennent les céphalées et l'hypotension. Le mononitrate d'isosorbide a été testé dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée (6), où il a été démontré qu'il était associé à des effets indésirables accrus (p. ex., céphalées) et à une diminution de l'activité physique. Ainsi, l'utilisation de routine des nitrates à action prolongée doit être évitée dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée.

D'autres vasodilatateurs tels que les inhibiteurs calciques ne sont pas utilisés dans le dysfonctionnement systolique. Les dihydropyridiniques à courte durée d'action (p. ex., nifédipine) et les non dihydropyridiniques (p. ex., diltiazem, vérapamil) peuvent être délétères. Cependant, l'amlodipine et la félodipine sont mieux tolérées et peuvent être utiles en cas d'insuffisance cardiaque et d'angor ou d'HTA associés. Les deux médicaments peuvent provoquer un œdème périphérique; rarement, l’amlodipine peut entraîner un œdème du poumon. La félodipine ne doit pas être prise avec du jus de pamplemousse, qui augmente significativement les taux plasmatiques et les effets indésirables en inhibant la voie métabolique du cytochrome P-450. En cas d'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée, les inhibiteurs calciques dihydropyridiniques tels que l'amlodipine peuvent être utilisés au besoin pour traiter l'hypertension ou l'ischémie; les non-dihydropyridines telles que le diltiazem ou le vérapamil peuvent être utilisées pour contrôler la fréquence ventriculaire de la fibrillation auriculaire. Le vérapamil est souvent utilisé dans la cardiomyopathie hypertrophique.

La digoxine

La digoxine inhibe la pompe Na-K (Na+, K+ATPase). Elle a donc un effet inotrope positif faible; elle réduit l'activité sympathique et bloque le nœud auriculoventriculaire (ce qui ralentit la fréquence ventriculaire dans la fibrillation auriculaire ou prolonge l'espace PR en rythme sinusal), elle réduit la vasoconstriction et améliore le flux sanguin rénal. La digoxine est excrétée par les reins; la demi-vie est de 36 à 40 h si la fonction rénale est normale.

La digoxine ne présente aucun bénéfice prouvé en termes de survie mais, lorsqu'elle est utilisée avec les diurétiques et un inhibiteur de l'ECA, elle permet de contrôler les symptômes en cas d'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite. Cependant, en raison de la disponibilité d'un grand nombre de traitements fondés sur des preuves de l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite, l'utilisation de la digoxine a diminué significativement et est réservée aux patients présentant des symptômes significatifs malgré un traitement optimal avec d'autres médicaments diminuant la mortalité. La digoxine ne doit pas être utilisée dans l'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée, sauf pour contrôler la fréquence cardiaque dans la fibrillation auriculaire concomitante ou pour augmenter la fonction du ventricule droit en cas d'insuffisance du ventricule droit. La digoxine a une efficacité maximale en cas de volume télédiastolique élevé du ventricule gauche et de S3. L'arrêt brutal de la digoxine peut augmenter la fréquence des hospitalisations et aggraver les symptômes.

Si la fonction rénale est normale, la digoxine 0,125 à 0,25 mg par voie orale 1 fois/jour selon l'âge, le sexe et la masse corporelle permet une digitalisation complète en 1 semaine environ (5 demi-vies). Une digitalisation plus rapide peut être réalisée par la digoxine 0,5 mg IV en 15 min suivi de 0,25 mg IV à 8 et 16 h ou par 0,5 mg par voie orale suivi de 0,25 mg par voie orale à 8, 16 et 24 h. Les habitudes de prescription varient largement d'un médecin et d'un pays à l'autre, mais en général, les doses sont inférieures à celles utilisées par le passé, et un taux résiduel de digoxine (8 à 12 h post-dose) de 0,8 à 1,2 ng/mL est préférable. De plus, contrairement au traitement de la fibrillation auriculaire, il n'y a généralement que peu de raisons pour digitaliser rapidement (c'est-à-dire de charger en digoxine) les patients qui ont une insuffisance cardiaque. Ainsi, commencer simplement la digoxine à 0,125 mg par voie orale 1 fois/jour (en cas de fonction rénale normale) ou la digoxine 0,125 mg par voie orale chaque lundi, mercredi et vendredi (en cas de fonction rénale anormale) est suffisant en cas d'insuffisance cardiaque.

Le risque d'intoxication par la digoxine est une préoccupation, en particulier en cas d'insuffisance rénale et peut-être chez la femme. Ces patients peuvent avoir besoin d'une posologie orale inférieure, de même que les patients âgés, les patients qui ont une masse maigre peu importante et les patients qui prennent également de l'amiodarone. La digoxine a une fenêtre thérapeutique étroite. Les effets toxiques les plus importants sont les troubles du rythme qui mettent en jeu le pronostic vital (p. ex., fibrillation ventriculaire, tachycardie ventriculaire, bloc auriculoventriculaire complet). La tachycardie ventriculaire bidirectionnelle, la tachycardie jonctionnelle non paroxystique qui apparaissent en présence d'une fibrillation auriculaire et d'une hyperkaliémie sont des signes graves d'intoxication digitalique. Des nausées, des vomissements, une anorexie, une diarrhée, une confusion, une amblyopie et, rarement, une xérophtalmie peuvent être observées. En cas d'hypokaliémie ou d'hypomagnésémie (souvent dues à la prise de diurétiques), une réduction des doses et des concentrations plasmatiques inférieures peuvent entraîner une intoxication. Il faut fréquemment contrôler l’ionogramme sanguin chez le patient sous diurétiques et digoxine, de sorte que les anomalies puissent être prévenues si possible; les diurétiques épargneurs du potassium peuvent être utiles.

En cas d’intoxication par la digoxine, il faut arrêter le médicament; et corriger les troubles hydro-électrolytiques (IV si les anomalies sont graves et la toxicité est aiguë). En cas d'effets toxiques sévères, le patient doit être admis en unité de soins intensifs et un antidote (fragments d'Ac antidigoxine ovins) est administré si des troubles du rythme sont présents ou si une surdose importante est accompagnée d'une kaliémie > 5 mEq/L. Les fragments d'Ac antidigoxine sont également utiles dans l'intoxication glycosidique due à une ingestion d'origine végétale. La posologie dépend du niveau de digoxine sérique à l'équilibre ou de la quantité totale ingérée. Les troubles du rythme ventriculaires doivent être traités par la lidocaïne ou la phénylhydantoïne. Un bloc auriculoventriculaire avec une fréquence ventriculaire lente peut nécessiter un stimulateur cardiaque transveineux temporaire. L'isoprotérénol est contre-indiqué parce qu'il augmente le risque de troubles du rythme ventriculaires.

Autres médicaments

L'ivabradine est un bloqueur de canal intérieur "funny, drôle" (If) qui agit sur le nœud sino-atrial pour ralentir le rythme cardiaque. Il est actuellement approuvé en cas d'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite qui présentent une insuffisance cardiaque symptomatique, un rythme sinusal normal et un rythme cardiaque > 70 battements/minute malgré un traitement médical recommandé par les directives (qui doit comprendre des bêta-bloqueurs). Généralement, les patients qui peuvent tirer profit de l'ivabradine sont ceux qui ont une insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite, qui présentent des symptômes de classe II ou III de la NYHA et une fréquence cardiaque > 70 battements/min et qui reçoivent la bonne dose bêta-bloquante ou qui ne peuvent tolérer une augmentation supplémentaire de la dose de bêta-bloqueur.

Différents médicaments inotropes positifs sont évalués dans l'insuffisance cardiaque, mais en dehors de la digoxine, ils entraînent une augmentation de la mortalité. Ces médicaments peuvent être regroupés selon le mode d'action adrénergique ( noradrénaline, adrénaline, dobutamine, dopamine) ou non adrénergique (énoximone, milrinone, lévosimendan [sensibilisateurs au Ca]). Les perfusions IV régulières de produits inotropes chez un patient ambulatoire (p. ex., dobutamine) augmentent la mortalité et ne sont plus recommandées. Cependant, des perfusions continues ambulatoires d'inotropes telles que la dobutamine ou la milrinone peuvent être utilisées à des fins palliatives en cas d'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite sévère.

Les anticoagulants peuvent être envisagés en cas de très gros ventricules à risque de thrombose murale.

Références pour le traitement médicament

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Revue générale du syndrome de Wolff-Parkinson-White
Vidéo
Revue générale du syndrome de Wolff-Parkinson-White
Modèles 3D
Tout afficher
Cardiac Conduction System
Modèle 3D
Cardiac Conduction System

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT