Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Voie respiratoire chirurgicale

Par

Vanessa Moll

, MD, DESA, Emory University School of Medicine, Department of Anesthesiology, Division of Critical Care Medicine

Dernière révision totale avr. 2020| Dernière modification du contenu avr. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Ressources du sujet

Si les voies respiratoires supérieures sont obstruées par un corps étranger ou du fait d'un traumatisme massif ou si la ventilation ne peut pas être pratiquée par d'autres moyens, une pénétration trachéale chirurgicale est nécessaire. Historiquement, la voie aérienne chirurgicale faisait suite à un échec de l'intubation. Cependant, les voies respiratoires chirurgicales nécessitent en moyenne un temps d'environ 100 s entre l'incision initiale et la ventilation; le masque laryngé et d'autres appareils offrent un moyen plus rapide de ventilation de secours et très peu de patients ont besoin d'une intervention chirurgicale d'urgence sur les voies respiratoires.

Cricothyrotomie

La cricothyrotomie (voir figure Cricothyrotomie d'urgence) est généralement utilisée pour un accès chirurgical d'urgence parce qu'elle est plus simple et rapide que la trachéotomie (voir aussi ).

Cricothyrotomie d'urgence

Le patient est allongé sur le dos, le cou en hyperextension. Après une préparation stérile, le larynx est saisi d'une main, alors qu'avec une lame on procède à l'incision de la peau, du tissu sous-cutané et de la membrane cricothyroïdienne précisément sur la ligne médiane, donnant ainsi accès à la trachée. Un tube est utilisé pour garder les voies respiratoires ouvertes.

Cricothyrotomie d'urgence

Contrairement au positionnement pour la laryngoscopie ou la ventilation, la bonne position pour la cricothyrotomie est d'étendre le cou et les épaules en renversement vers l'arrière. Après une préparation stérile, le larynx est saisi de la main non dominante, alors qu'avec une lame tenue de la main dominante on procède à l'incision verticale de la peau, du tissu sous-cutané et de la membrane cricothyroïdienne. Un crochet trachéal permet de maintenir ouverte et d'éviter la rétraction de la trachée alors qu'un petit tube endotrachéal (6,0 mm de diamètre interne) ou une petite sonde de trachéotomie (à ballonnet de 4,0 de Shiley sera préférée) est avancée par l'ouverture chirurgicale dans la trachée.

Les complications possibles sont une hémorragie, un emphysème sous-cutané, un pneumomédiastin et un pneumothorax. Divers produits disponibles dans le commerce permettent un accès chirurgical rapide à l'espace cricothyroïdien, un tube qui permet une oxygénation et une ventilation adéquates. Contrairement aux recommandations antérieures, la cricothyrotomie à l'aiguille avec de gros cathéters IV ne peut fournir une ventilation adéquate sauf si une source de 50 psi (insufflateur de jet ou jet ventilator) est disponible.

Trachéostomie

La trachéotomie est une procédure plus complexe parce que les anneaux trachéaux sont très rapprochés et une partie au moins d'un anneau doit habituellement être enlevée pour permettre la pose du tube. La trachéotomie est de préférence effectuée en salle d'opération par un chirurgien. En situation d'urgence, cette technique a un pourcentage de complications plus élevé que la cricothyrotomie et n'offre aucun avantage. Cependant, c'est la procédure préférée chez les patients nécessitant une ventilation à long terme.

La trachéotomie percutanée est une alternative intéressante chez les patients ventilés en phase critique. Cette technique au lit du malade utilise une simple perforation cutanée et un écarteur pour insérer la sonde de trachéotomie. L'assistance fibroscopique (à l'intérieur de la trachée) est habituellement utilisée pour éviter la ponction de la trachée membraneuse (postérieure) et de l'œsophage.

Rarement, la trachéotomie peut entraîner une hémorragie, une lésion de la thyroïde, un pneumothorax, une paralysie du nerf récurrent, une lésion des gros vaisseaux ou une sténose tardive de l'orifice trachéal au niveau du site d'insertion.

L'érosion de la trachée est rare. Elle provient le plus souvent d'une pression trop élevée du ballonnet. Rarement, une hémorragie des gros vaisseaux (p. ex., de l'artère innominée), des fistules (notamment trachéo-œsophagiennes) ou une sténose de la trachée surviennent après une intubation. Utiliser des brassards de grand volume et à basse pression avec des tubes de taille appropriée et mesurer la pression du brassard fréquemment (toutes les 8 h) pour la maintenir < 30 cm d'eau diminue le risque de nécrose ischémique par pression, mais les patients en état de choc qui ont un bas débit cardiaque ou qui ont une septicémie restent particulièrement vulnérables.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Comment faire une réanimation cardiorespiratoire chez...
Vidéo
Comment faire une réanimation cardiorespiratoire chez...
Comment poser une voie intraveineuse périphérique...
Vidéo
Comment poser une voie intraveineuse périphérique...

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT