Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Hémochromatose héréditaire

(Hémochromatose primitive)

Par

James Peter Adam Hamilton

, MD, Johns Hopkins University School of Medicine

Dernière révision totale janv. 2019| Dernière modification du contenu janv. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Ressources du sujet

L'hémochromatose héréditaire est une maladie héréditaire caractérisée par une accumulation excessive de fer (Fe) induisant des lésions tissulaires. Les manifestations peuvent comprendre des symptômes systémiques, des troubles hépatiques, une cardiomyopathie, un diabète, des troubles de l'érection et une arthropathie. Le diagnostic repose sur des taux sériques élevés de ferritine, de fer et de transferrine et il est confirmé par l'analyse du gène. Le traitement comprend habituellement des saignées régulières.

Étiologie

Il existe 4 types d'hémochromatose héréditaire (types 1 à 4), en fonction du gène muté.

  • Type 1: mutations du gène HFE

  • Type 2 (hémochromatose juvénile): mutations des gènes HJV et HAMP

  • Type 3: mutations du gène TFR2

  • Type 4 (maladie de la ferroportine): mutations du gène SLC40A1

D'autres troubles génétiques beaucoup plus rares peuvent provoquer une surcharge hépatique en fer, mais le tableau clinique est habituellement dominé par des symptômes et des signes d'insuffisance d'autres organes (p. ex., anémie dans l'hypotransferrinémie ou l'atransferrinémie, ou des défauts neurologiques dans l'acéruloplasminémie).

Bien que ces types varient considérablement en âge d'apparition, les conséquences cliniques de la surcharge en fer sont les mêmes dans tous les cas (1).

Hémochromatose héréditaire type 1

Le type 1 est l'hémochromatose héréditaire classique, également appelée hémochromatose liée à l'HFE. Plus de 80% des cas sont provoqués par la mutation homozygote de C282Y ou hétérozygote de C282Y/H63D. La maladie est autosomique récessive, avec une fréquence des homozygotes de 1:200 et une fréquence des hétérozygotes de 1:8 chez les Européens du Nord. Elle est peu fréquente chez les Noirs et les Asiatiques. Parmi les patients présentant une hémochromatose clinique, 83% sont homozygotes. Cependant, pour des raisons inconnues, la maladie phénotypique (clinique) est beaucoup moins fréquente que celle prédite par la fréquence du gène (c'est-à-dire, de nombreuses personnes homozygotes ne manifestent aucun trouble).

Hémochromatose héréditaire type 2

L'hémochromatose héréditaire de type 2 (hémochromatose juvénile) est un trouble autosomique récessif rare provoqué par des mutations du gène HJV qui affecte la protéine de transcription hémojuvéline ou des mutations du gène HAMP, qui code directement l'hepcidine. Elle se manifeste souvent chez les adolescents.

Hémochromatose héréditaire type 3

Les mutations des récepteurs 2 de la transferrine (TFR2), une protéine qui semble contrôler la saturation de la transferrine, peuvent provoquer une forme rare autosomique récessive de l'hémochromatose.

Hémochromatose héréditaire type 4

L'hémochromatose héréditaire de type 4 (maladie ferroportine) se manifeste principalement chez les Européens du sud. Elle résulte d'une mutation autosomique dominante du gène SLC40A1 et affecte la capacité de la ferroportine à lier l'hepcidine.

Déficit en transferrine et céruléoplasmine

Dans le déficit en transferrine (hypotransferrinémie ou atransferrinémie), le fer absorbé, qui pénètre dans le système porte sous forme de fer non fixé à la transferrine, se dépose dans le foie. Du fait de la carence en transferrine, le transfert du fer sur les sites de production des globules rouges est réduit.

Dans le déficit en céruléoplasmine (acéruloplasminémie), la carence en ferroxydase entraîne un défaut de conversion du fer ferreux Fe2+ en fer ferrique Fe3+; cette transformation est nécessaire à la liaison avec la transferrine. Cette transferrine anormale perturbe le transfert du fer des réserves intracellulaires vers le transport plasmatique, induisant une accumulation de fer dans les tissus.

Référence étiologie

  • 1. Pietrangelo A: Hereditary hemochromatosis: Pathogenesis, diagnosis, and treatment. Gastroenterology 139:393–408, 2010.

Physiopathologie

La quantité totale normale de fer de l'organisme est d'environ 2,5 g des femmes et de 3,5 g chez l'homme. Comme les symptômes peuvent être retardés jusqu'à ce que l'accumulation de fer soit trop importante (p. ex., > 10 à 20 g), l'hémochromatose peut ne pas être reconnue jusqu'à un âge avancé, même s'il s'agit d'une anomalie héréditaire. Chez la femme, les symptômes sont rares avant la ménopause, du fait de la perte de fer liée aux règles (et parfois des grossesses et des naissances) qui entraîne une certaine protection.

Le mécanisme de la surcharge en fer dans l'hémochromatose liée à l'HFE et non liée à l'HFE consiste en une augmentation de l'absorption du fer par le tractus digestif, ce qui entraîne des dépôts chroniques de fer dans les tissus. L'hepcidine, un polypeptide synthétisé par le foie récemment identifié, est un mécanisme majeur de régulation de l'absorption du fer. L'hepcidine est normalement régulée à la hausse lorsque les réserves en fer sont élevées et, par son effet inhibiteur sur la ferroportine (qui participe à l'absorption du fer), elle empêche l'absorption excessive du fer et l'excès de stockage chez les sujets normaux. Les hémochromatoses types 1 à 4 ont la même base pathogénique (p. ex., le défaut de synthèse ou d'activité de l'hepcidine), et les caractéristiques cliniques clés.

En général, les lésions tissulaires semblent résulter de radicaux hydroxyles libres réactifs générés lors du dépôt de fer dans les tissus qui catalyse leur formation. D'autres mécanismes peuvent affecter des organes particuliers (p. ex., hyperpigmentation de la peau pouvant résulter de l'accumulation de mélanine ainsi que de fer). Dans le foie, la péroxydation des lipides associée au fer induit une apoptose des hépatocytes, qui stimule l'activation des cellules de Kupffer et la libération de cytokines pro-inflammatoires. Ces cytokines activent les cellules stellaires hépatiques qui produisent du collagène, entraînant une fibrose hépatique.

Symptomatologie

Les conséquences cliniques de la surcharge en fer sont les mêmes quelles que soient l'étiologie et la physiopathologie de la surcharge.

Historiquement, les spécialistes estiment que les symptômes ne se développent pas tant qu'aucune lésion d'organe importante n'est survenue. Cependant, les lésions organiques s'installent de manière lente et subtile, mais la fatigue et la symptomatologie systémique non spécifique se manifeste souvent précocement. Par exemple, un trouble hépatique peut se manifester insidieusement par de la fatigue, des douleurs abdominales du quadrant supérieur droit et une hépatomégalie. Les anomalies de laboratoire de la surcharge en fer et de l'hépatite précèdent généralement les symptômes.

Dans l'hémochromatose héréditaire type 1 (HFE), les symptômes sont liés aux organes possédant les plus importantes réserves de fer (voir tableau Manifestations fréquentes de l'hémochromatose héréditaires). Dans le sexe masculin, les symptômes initiaux peuvent être un hypogonadisme et des troubles de l'érection provoqués par les dépôts de fer dans les gonades. Une intolérance au glucose ou un diabète sucré sont une autre présentation initiale fréquente. Certains patients ont une présentation sous forme d'une hypothyroïdie.

L'atteinte hépatique est la complication la plus fréquente qui peut évoluer vers la cirrhose; 20 à 30% des patients atteints de cirrhose développent un carcinome hépatocellulaire. Les maladies du foie sont la cause la plus fréquente de la mort.

La cardiomyopathie avec insuffisance cardiaque est la 2e complication la plus fréquemment fatale. L'hyperpigmentation (diabète bronzé) et la porphyrie cutanée tardive sont fréquents, de même que l'arthropathie symptomatique des mains.

Dans la maladie de type 2, la symptomatologie comprend une hépatomégalie progressive et un hypogonadisme hypogonadotrope.

Dans la maladie de type 3, la symptomatologie est similaire à celle de l'hémochromatose héréditaire de type 1 (HFE).

Le type 4 se manifeste au cours de la première décennie de la vie par une augmentation de la ferritinémie avec une transferrinémie basse ou normale; la saturation progressive de la transferrine se produit lorsque les patients ont entre 20 et 40 ans. Les manifestations cliniques sont plus frustes que dans la maladie de type 1 avec une maladie hépatique peu sévère et une anémie discrète.

Tableau
icon

Manifestations fréquentes de l'hémochromatose héréditaire

Manifestation

Prévalence (approximative)

Symptômes systémiques (p. ex., faiblesse, léthargie)

75%

Résultats anormaux du bilan hépatique

75%

Hyperpigmentation cutanée

70%

50%

Arthropathie

45%

45% (des hommes)

15%

Diagnostic

  • Ferritine sérique, fer sérique à jeun et saturation de la transferrine

  • Tests génétiques

  • Parfois, biopsie hépatique

La symptomatologie peut être non spécifique, subtile et d'apparition progressive, de telle sorte que la suspicion doit être forte. Une hémochromatose primitive doit être suspectée lorsque des symptômes typiques, en particulier lorsqu'ils sont associés, demeurent inexpliqués après un examen standard. Les antécédents familiaux d'hémochromatose, de cirrhose ou de carcinome hépatocellulaire sont des indices plus spécifiques. Tous les patients atteints d'une maladie hépatique chronique doivent être évalués pour une surcharge en fer.

La mesure de la ferritine sérique est le test initial le plus simple et le plus direct. Des taux élevés (> 200 ng/mL [> 200 mcg/L] chez la femme ou > 250 ng/mL [> 250 mcg/L] chez l'homme) sont habituellement observés dans les hémochromatoses héréditaires mais peuvent résulter d'autres anomalies, telles que des troubles hépatiques inflammatoires (p. ex., hépatite virale chronique, stéatohépatite non alcoolique, hépatopathie alcoolique), cancer, certains troubles inflammatoires systémiques (p. ex., polyarthrite rhumatoïde, lymphohistiocytose hémophagocytaire) ou une obésité. D'autres tests sont effectués si le taux de ferritine est anormal; ils comprennent le dosage du fer sérique à jeun (habituellement > 300 mg/dL [> 53,7 mcmol/L] et la mesure de la capacité de liaison du fer (saturation de la transferrine; les taux sont habituellement > 50%). Une saturation de la transferrine < 45% a une valeur prédictive négative de 97% pour la surcharge en fer.

Dans la maladie de type 2, la ferritinémie est > 1000 ng/mL (> 1000 mcg/L), et la saturation de la transferrine > 90%.

En cas de carence en transferrine ou de déficit en céruléoplasmine, les dosages de la transferrine (c'est-à-dire, de la capacité de liaison du fer) et de la céruléoplasmine sériques sont très bas ou indétectables.

L'analyse génomique permet le diagnostic d'hémochromatose héréditaire causée par des mutations du gène HFE. Environ 70% des patients porteurs des mutations homozygotes C282Y du gène HFE ont un taux élevé de ferritine, mais seulement environ 10% de ces patients ont des signes de dysfonctionnement organique. La surcharge en fer cliniquement significative est encore moins fréquente chez les patients présentant des mutations hétérozygotes du gène HFE (c'est-à-dire, C282Y/H63D). Les hémochromatoses types 2 et 4 sont suspectées dans des cas moins fréquents où la ferritine et les examens sanguins concernant le fer indiquent une surcharge en fer et que le test génétique est négatif pour la mutation du gène HFE, en particulier chez les patients jeunes. La confirmation de ces diagnostics est en pleine évolution.

Jusqu'à 80% des patients qui ont une cirrhose et une mutation C282Y homozygote auront une ferritine > 1000 ng/mL, une ASAT et une ALT élevées et une numération plaquettaire < 200 x 103/mcL) (< 200 × 109/L). La cirrhose affecte le pronostic, lorsque la ferritine est > 1000 ng/mL, une biopsie hépatique est donc souvent pratiquée et la teneur en fer des tissus mesurée (lorsque cela est possible). La biopsie du foie est également recommandée en cas de signes sérologiques de surcharge en fer malgré un bilan génétique négatif. L'élastographie par résonance magnétique sans contraste, une alternative non invasive permettant d'estimer la teneur en fer hépatique et la fibrose hépatique, devient de plus en plus précise.

Le dépistage est nécessaire chez les parents au 1er degré des sujets qui ont une hémochromatose héréditaire en mesurant les taux de ferritine sérique et par la recherche des mutations des gènes C282Y et H63D du gène HFE.

Traitement

  • Saignée

Le traitement est indiqué en cas de manifestations cliniques, de niveaux élevés de ferritine sérique (en particulier > 1000 ng/mL), ou lorsque la saturation de la transferrine est élevée. Les patients asymptomatiques n'ont besoin que de bilans cliniques périodiques (p. ex., annuels) et de la mesure du fer sérique, de la ferritine, de la saturation de la transferrine et des enzymes hépatiques.

Dans la plupart des cas, la saignée est la méthode la plus simple pour éliminer l'excès de fer. Elle retarde la progression de la fibrose vers la cirrhose, parfois même inverse les modifications cirrhotiques et prolonge la survie, mais elle ne prévient pas le carcinome hépatocellulaire. Environ 500 mL de sang (environ 250 mg de fer) sont prélevés chaque semaine ou toutes les deux semaines (une semaine sur 2) jusqu'à obtention d'une ferritine à 50 à 100 ng/mL. Une saignée hebdomadaire ou bihebdomadaire peut être nécessaire pendant plusieurs années (p. ex., si 250 mg de fer sont prélevés par semaine, 40 semaines seront nécessaires pour éliminer 10 g de fer). Quand les taux de fer sont normaux, le rythme des saignées est espacé afin de maintenir la ferritine entre 50 et 100 ng/mL.

Le diabète sucré, les troubles cardiaques, les troubles de l'érection et les autres manifestations secondaires sont traités de façon symptomatique. Chez les patients qui ont une fibrose avancée ou une cirrhose due à une surcharge en fer, un carcinome hépatocellulaire doit être recherché tous les 6 mois par une échographie du foie.

Les patients doivent suivre un régime alimentaire équilibré; il n'est pas nécessaire de restreindre la consommation d'aliments contenant du fer (p. ex., viande rouge, foie). L'alcool doit être consommé avec modération parce qu'il peut accroître l'absorption du fer et, en grandes quantités, il augmente le risque de cirrhose. Les suppléments de vitamine C doivent être évités.

Chez les patients qui ont une maladie de type 4, la tolérance à la saignée importante est mauvaise; la surveillance très régulière du taux d'hémoglobine et de la saturation de la transferrine est nécessaire.

Le traitement de la carence en transferrine et de la carence en céruléoplasmine sont expérimentaux; p. ex., des chélateurs du fer peuvent être mieux tolérés que la saignée parce que les patients présentent généralement une anémie.

Points clés

  • Il y a 4 types d'hémochromatose héréditaire, qui sont toutes dues à des mutations qui nuisent à la capacité de l'organisme d'inhiber l'absorption de fer lorsque les réserves en fer sont excessives.

  • Les effets de la surcharge en fer sont similaires dans tous les types et comprennent une maladie hépatique (menant à la cirrhose), une pigmentation de la peau, un diabète, une arthropathie, des troubles de l'érection, et parfois une insuffisance cardiaque.

  • Diagnostiquer en mesurant le taux de ferritine sérique; si elle est élevée, confirmer en démontrant l'augmentation du fer sérique et de la saturation de la transferrine et par un test génétique.

  • Une fois le diagnostic posé, une biopsie du foie identifiera la cirrhose et déterminera le pronostic; envisager un test génétique et le dépistage des parents au premier degré.

  • Traiter par la saignée et la modération de la consommation d'alcool.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Revue générale de l'hémochromatose
Vidéo
Revue générale de l'hémochromatose
Revue générale du récepteur de l'ADP
Vidéo
Revue générale du récepteur de l'ADP
Les récepteurs de l'ADP sont des protéines intégrales intégrées dans la membrane plaquettaire...

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT