Le Manuel MSD

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Tremblement

Par

Hector A. Gonzalez-Usigli

, MD, HE UMAE Centro Médico Nacional de Occidente

Dernière révision totale févr. 2019| Dernière modification du contenu févr. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources du sujet

Un tremblement est un mouvement involontaire, rythmique et par oscillations d’une partie du corps, comme les mains, la tête, les cordes vocales, le tronc ou les jambes. Les tremblements se produisent lorsque les muscles se contractent et se détendent de façon répétée.

Types de tremblements

Les tremblements peuvent être

  • normaux (physiologiques)

  • anormaux (pathologiques), dus à une affection ou à un médicament

Les tremblements sont habituellement classés en fonction du moment où ils se produisent :

  • Tremblement de repos : Se produit principalement au repos

  • Tremblement d’action : se produit lorsqu’une partie du corps est déplacée volontairement

Les tremblements d’action incluent

  • Tremblement intentionnel : déclenché par un mouvement vers une cible (par exemple, en tendant la main vers un verre)

  • Tremblement cinétique : apparaissant à la fin d’un mouvement visant à atteindre une cible

  • Tremblement d’attitude : déclenché en tenant un membre étendu dans une position

Les tremblements peuvent aussi être classés en fonction de ce qui les cause, comme suit :

  • Physiologiques (les tremblements normaux que toute personne éprouve dans une certaine mesure)

  • Essentiels (un trouble fréquent qui provoque rarement d’autres symptômes)

  • Cérébelleux (causés par des lésions d’une partie du cerveau appelée le cervelet)

  • Secondaires (causés par un trouble ou un médicament)

  • Psychogènes (causés par des facteurs psychologiques)

D’autres caractéristiques importantes des tremblements sont :

  • La vitesse des secousses (fréquence) : Lente à rapide

  • Le degré d’extension du mouvement (amplitude) : Léger à grossier

  • La fréquence à laquelle le tremblement se produit : Intermittente à constante

  • Son intensité

  • La rapidité à laquelle il se présente : Soudain à progressif

Tremblement physiologique

Le tremblement physiologique est le tremblement normal que toute personne éprouve dans une certaine mesure. Par exemple, chez une majorité de personnes, un léger tremblement peut être observé lorsque les mains sont tendues devant soi. Ce tremblement discret et rapide reflète le contrôle précis et continu des muscles par les fibres nerveuses. Chez la plupart des personnes, le tremblement est à peine perceptible. Cependant, un tremblement normal peut devenir plus perceptible dans certaines conditions et peut être inquiétant. Par exemple, le tremblement peut être plus perceptible lorsque les personnes

  • Sont stressées ou anxieuses

  • Arrêtent de boire de l’alcool ou de prendre des sédatifs (comme une benzodiazépine) ou un opiacé

  • Consomment de la caféine

  • Prennent certains médicaments, y compris la théophylline et le salbutamol (qui sont utilisés pour traiter l’asthme et la bronchopneumopathie chronique obstructive ou BPCO), des corticoïdes et des drogues récréatives (comme la cocaïne ou les amphétamines).

  • Ont certaines affections, telles qu’une thyroïde hyperactive (hyperthyroïdie) entraînant d’autres symptômes

Tremblement essentiel

Le tremblement essentiel provient d’un problème dans le système nerveux, mais les personnes atteintes de ce tremblement présentent rarement d’autres symptômes de dysfonction du système nerveux (symptômes neurologiques). Sa cause n’est pas claire, mais il existe une prédisposition familiale.

Il débute généralement chez l’adulte jeune, mais peut apparaître à tout âge. Le tremblement peut être plus perceptible avec l’âge. Il est ainsi parfois appelé à tort tremblement sénile. Le tremblement se produit généralement au niveau des bras et des mains et touche parfois la tête. Lorsqu’il touche la tête, les personnes concernées semblent hocher la tête pour dire « oui » ou la secouer pour dire « non ». Ces tremblements sont habituellement accentués lorsqu’un membre est tendu devant soi (contre la pesanteur) ou en bougeant un membre.

Habituellement, le tremblement essentiel reste léger. Cependant, il peut être gênant et embarrassant. Il peut compromettre l’écriture et rendre difficile la manipulation de certains objets. Chez certains patients, le tremblement essentiel s’aggrave au cours de l’évolution jusqu’à provoquer un handicap sévère. Les symptômes peuvent ressembler à ceux de la maladie de Parkinson, et parfois le tremblement essentiel est diagnostiqué à tort comme étant la maladie de Parkinson. Dans de rares cas, les personnes ont une maladie de Parkinson et un tremblement essentiel.

Tremblement de repos

Le tremblement de repos survient lorsque les muscles sont au repos. Un bras ou une jambe tremble, même lorsque la personne est totalement relâchée. Le tremblement devient moins perceptible ou disparaît lorsque la personne déplace les muscles touchés. Les tremblements de repos sont souvent lents et grossiers.

Ces tremblements peuvent se développer lorsque les cellules nerveuses d’une partie du cerveau appelée noyaux basaux sont perturbées. Les noyaux basaux permettent d’initier et d’harmoniser les mouvements musculaires volontaires Ces perturbations résultent sont généralement dues à

Cependant, les tremblements de repos peuvent également résulter de la prise de médicaments qui peuvent affecter cette partie du cerveau, comme les médicaments antipsychotiques et certains médicaments utilisés pour soulager les nausées.

Les tremblements de repos peuvent être embarrassants sur le plan social, mais en raison du fait qu’ils disparaissent quand les personnes concernées essaient de faire quelque chose (comme boire un verre d’eau), ils n’interfèrent généralement pas avec les activités quotidiennes.

Tremblement intentionnel

Ce tremblement survient lors d’un mouvement déterminé, comme tendre la main vers un objet. La personne peut manquer l’objet en raison du tremblement. Les tremblements intentionnels s’aggravent lorsque la personne se rapproche de l’objet ciblé. Ces tremblements sont relativement lents et grossiers.

Les tremblements intentionnels résultent de lésions du cervelet, la partie du cerveau responsable de l’équilibre et de la coordination. Par conséquent, les tremblements cérébelleux et les tremblements intentionnels peuvent être utilisés comme des synonymes.

Les causes fréquentes des tremblements intentionnels comprennent

D’autres affections peuvent également entraîner un dysfonctionnement du cervelet, entraînant des tremblements intentionnels. À savoir :

Le saviez-vous ?

  • La sévérité des tremblements est variable d’un sujet à l’autre.

  • Si le tremblement est léger, de simples mesures, comme tenir les objets près du corps, peuvent faciliter les fonctions.

Tremblement d’attitude

Ce type de tremblement est le plus évident quand un membre est maintenu dans une position qui nécessite de résister à la force de gravité, comme quand une personne tient ses bras tendus.

Les tremblements posturaux les plus fréquents sont

  • Tremblement essentiel

  • Tremblements physiologiques (normaux)

Tremblement complexe

Le tremblement complexe est un tremblement qui a des caractéristiques de plus d’un type de tremblement.

Les causes fréquentes de tremblements complexes sont

Causes

De nombreux troubles peuvent provoquer des tremblements.

Le plus souvent, les tremblements sont

  • Tremblements physiologiques (dans l’ensemble, les plus courants)

  • Tremblement essentiel

  • Dus à la maladie de Parkinson

  • Dus à un accident vasculaire cérébral ou à la sclérose en plaques touchant les zones cérébrales qui contrôlent le mouvement

  • Dus à une maladie hépatique

  • Dus au sevrage alcoolique

  • Dus à une hyperactivité de la glande thyroïde (hyperthyroïdie)

  • Dus à des maladies héréditaires touchant le cervelet, comme l’ataxie de Friedreich et l’ataxie spinocérébelleuse

  • Dus à la prise de certains médicaments ou à l’exposition à certaines substances toxiques

  • Tremblement psychogène (dû à des facteurs psychologiques)

Parfois, les tremblements ont plusieurs causes. Par exemple, une personne peut présenter un tremblement essentiel et une maladie de Parkinson.

Évaluation

Les informations suivantes peuvent aider les personnes à décider quand l’examen médical est nécessaire et les aident à savoir à quoi s’attendre pendant l’examen.

Signes avant-coureurs

Les symptômes suivants sont préoccupants :

  • Tremblements qui commencent brusquement

  • Tremblements chez des personnes âgées de moins de 50 ans qui n’ont pas de proches ayant eu des tremblements essentiels

  • D’autres symptômes neurologiques, comme un changement de l’état mental, une faiblesse musculaire, des changements de la façon dont une personne marche et des troubles de l’élocution

  • Une accélération du rythme cardiaque et une agitation

Quand consulter un médecin

Les personnes qui présentent des signes avant-coureurs doivent immédiatement voir un médecin.

Les personnes sans signe avant-coureur doivent consulter un médecin dès que possible.

Pour les personnes de moins de 50 ans et qui n’ont pas d’antécédents familiaux de tremblements essentiels, l’évaluation d’un médecin est importante pour s’assurer que la cause du tremblement n’est pas une autre maladie ou un médicament.

Que fait le médecin

Les médecins posent d’abord des questions sur les symptômes et les antécédents médicaux de la personne puis procèdent à un examen clinique. Ce que les médecins découvrent au cours de l’examen des antécédents médicaux et de l’examen physique suggère souvent une cause et les tests qu’il peut être nécessaire de réaliser (voir le tableau Quelques causes et caractéristiques du tremblement).

Les médecins interrogent la personne sur les tremblements.

  • Si les tremblements ont commencé progressivement ou subitement

  • Quelles parties du corps sont affectées

  • Ce qui les déclenche (le mouvement, le repos ou la station debout)

  • Ce qui les soulage ou les aggrave (l’alcool, la caféine, le stress ou l’anxiété)

Le saviez-vous ?

  • De petites quantités d’alcool peuvent contribuer à soulager certains types de tremblements, mais l’alcoolisme chronique peut entraîner des lésions cérébrales provoquant des tremblements.

Si le tremblement a commencé soudainement, les médecins posent des questions sur les événements qui l’ont déclenché (comme une lésion récente ou l’utilisation d’un nouveau médicament).

Les médecins examinent les antécédents médicaux de la personne, recherchant des maladies associées aux tremblements. Ils posent des questions sur les tremblements affectant de proches parents. Ils examinent les médicaments pris et posent des questions sur la consommation de caféine, d’alcool et de drogues récréatives (en particulier si la personne a récemment cessé de prendre ces drogues).

Les médecins font un examen clinique portant une attention particulière à l’examen neurologique (y compris la façon dont la personne marche). Les médecins prennent note des parties du corps qui sont touchées par le tremblement. Ils observent la rapidité des mouvements d’oscillation dans diverses situations :

  • Lorsque les parties du corps touchées sont au repos et lorsqu’elles sont entièrement soutenues (par exemple, les mains sur les genoux)

  • Alors que la personne tient certaines positions (comme les bras tendus en avant)

  • Pendant que la personne marche ou accomplit des tâches avec la partie du corps affectée

La qualité de la voix de la personne peut être observée lorsqu’elle émet une longue note.

Les médecins peuvent habituellement identifier le type de tremblement en fonction de ses caractéristiques, des antécédents médicaux et des résultats de l’examen clinique. Par exemple :

  • Tremblements qui se développent progressivement : Généralement, tremblements physiologiques ou essentiels

  • Tremblement d’attitude qui apparaît soudainement : Éventuellement des facteurs psychologiques, une substance toxique, une maladie (comme l’hyperthyroïdie), l’arrêt de la consommation d’alcool ou d’un autre médicament (comme un sédatif), ou l’utilisation d’un médicament connu pour causer des tremblements.

Tableau
icon

Quelques causes et caractéristiques du tremblement

Cause

Caractéristiques*

Examens

Tremblement d’attitude (tremblement lorsqu’un membre est tendu en avant)

Alcool ou un sédatif (comme la benzodiazépine), quand ils sont arrêtés

Une agitation et un léger tremblement commençant 24 à 72 heures après la dernière consommation d’alcool ou la dernière prise d’une benzodiazépine

Parfois, de l’hypertension artérielle, une accélération du rythme cardiaque ou de la fièvre, en particulier chez les personnes hospitalisées

Examen clinique

Substances comme

  • Amitriptyline (antidépresseur)

  • Médicaments bêta-adrénergiques (utilisés pour traiter l’asthme)

  • Halopéridol (utilisé pour traiter la schizophrénie)

  • Lithium (utilisé pour traiter le trouble bipolaire)

  • ISRS (type d’antidépresseur)

  • Tamoxifène (utilisé pour traiter le cancer du sein)

  • Valproate (anticonvulsivant)

Antécédents de consommation de drogues

Arrêter le médicament/drogue pour voir si le tremblement disparaît

Anomalies hormonales, métaboliques et toxiques qui touchent le cerveau :

Un tremblement avec un ou plusieurs des symptômes suivants :

  • Coma ou léthargie (suggérant un dysfonctionnement cérébral)

  • Contractions musculaires rapides, foudroyantes (appelées myoclonies)

  • Symptômes d’une affection sous-jacente, telle que l’hyperthyroïdie

Pour l’hyperthyroïdie : Difficulté à tolérer la chaleur, transpiration excessive, augmentation de l’appétit, perte de poids, yeux exorbités, et selles fréquentes

Examens pour aider à identifier la cause, comme des analyses de sang

  • Pour évaluer le fonctionnement du foie, de la thyroïde, des reins et des glandes parathyroïdes

  • Pour mesurer la glycémie

  • Pour vérifier la présence de substances toxiques

Tremblement essentiel

Un lent tremblement léger ou grossier qui

  • S’aggrave lentement, sur plusieurs années

  • Touche généralement les deux bras et parfois la tête et la voix

  • Se présente souvent chez des personnes avec des antécédents familiaux de tremblements

Pas d’autres symptômes de dysfonctionnement du système nerveux

Examen clinique

Tremblement physiologique

Un tremblement léger et rapide qui

  • Survient chez des personnes en bonne santé

  • Peut devenir plus perceptible lorsque les personnes prennent ou cessent de prendre certains médicaments ou se sentent stressées ou anxieuses

  • S’atténue généralement en buvant de petites quantités d’alcool ou en prenant de faibles doses de sédatifs

Examen clinique

Tremblement de repos

Syndrome parkinsonien déclenché par un médicament, comme certains médicaments antipsychotiques et des médicaments utilisés pour soulager les nausées

Les antécédents de consommation de médicaments/drogues

Arrêter le médicament/drogue pour voir si le tremblement disparaît

Un tremblement lent en alternance qui

  • Implique souvent le mouvement du pouce contre l’index, comme s’ils tenaient un petit objet (appelé roulement de pilule)

  • Touche parfois aussi le menton ou une jambe

  • Commence habituellement d’un côté

  • Est accompagné d’autres symptômes, comme une raideur musculaire, une écriture tremblante et de petite taille, des mouvements lents et une marche traînante

Souvent sans antécédents familiaux de tremblements et aucune diminution des tremblements après avoir bu de l’alcool

Examen clinique

Administration du médicament lévodopa pour voir si une amélioration se présente

Tremblement parfois grossier ou saccadé, souvent discret

Chez les personnes âgées ayant du mal à regarder vers le bas et, moins souvent, vers le haut, avec raideur musculaire, difficultés à se déplacer, chutes précoces et démence

Examen clinique

Tremblement intentionnel

Un tremblement lent qui

  • Survient habituellement d’un côté du corps

  • Est accompagné par une incoordination (ataxie), en particulier en essayant de toucher ou d’attraper un objet ciblé ou d’effectuer des mouvements rapides alternants

  • Touche les muscles du langage, faisant trembler la voix

Chez certaines personnes, des antécédents familiaux de la maladie (comme l’ataxie de Friedreich ou les ataxies spinocérébelleuses)

IRM du cerveau

Substances comme

  • Alcool

  • Anticonvulsivants (tels que phénytoïne et valproate)

  • Bêta-agonistes

  • Ciclosporine

  • Lithium

  • Tacrolimus

Les antécédents de consommation de médicaments/drogues

Arrêter le médicament/drogue pour voir si le tremblement disparaît

Tremblements complexes

Troubles qui touchent de nombreux nerfs en dehors du cerveau et de la moelle épinière (polyneuropathies) :

Un tremblement qui

  • Varie en vitesse et en amplitude

  • Se produit souvent quand les personnes tendent à atteindre un objet et s’aggrave lorsqu’elles se rapprochent de l’objet

  • S’aggrave souvent lorsqu’un membre est tendu en avant

  • Est accompagné d’autres symptômes de lésions nerveuses, comme une faiblesse, des sensations de picotements et une perte de sensibilité

Électromyographie (consiste à stimuler les muscles et à enregistrer leur activité électrique)

Autres tests pour identifier la cause

Tremblement psychogène (dû à des facteurs psychologiques)

Un tremblement qui

  • Commence soudainement ou peut s’arrêter tout aussi brusquement

  • Varie en vitesse et en amplitude

  • Diminue quand les personnes sont distraites

Examen clinique

* Les caractéristiques comprennent les symptômes et les résultats de l’examen médical. Les caractéristiques mentionnées sont typiques, mais ne sont pas toujours présentes.

IRM = imagerie par résonance magnétique ; ISRS = inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (un type d’antidépresseur).

Examens

Une imagerie cérébrale avec une imagerie par résonance magnétique (IRM) ou une tomodensitométrie (TDM) est réalisée si

  • La personne présente d’autres symptômes neurologiques suggérant un trouble cérébral, tel qu’un AVC, une tumeur ou une sclérose en plaques.

  • Le tremblement a commencé soudainement ou progresse rapidement.

Des analyses de sang peuvent être réalisées à la recherche des causes possibles lorsque la cause n’est pas évidente. Les examens peuvent inclure :

  • Mesure de la glycémie

  • Tests pour évaluer le fonctionnement de la thyroïde et des glandes parathyroïdes, du foie et des reins

Une électromyographie (consiste à stimuler les muscles et à enregistrer leur activité électrique) est rarement effectuée. Mais si les médecins pensent que la cause est liée à une lésion nerveuse, cet examen peut être réalisé.

Traitement

Toute cause spécifique est traitée, si possible ; par exemple, en arrêtant de prendre un médicament qui provoque un tremblement ou en traitant l’hyperthyroïdie. La maladie de Parkinson peut être traitée avec de la lévodopa et d’autres médicaments.

Pour un tremblement léger, aucun traitement n’est nécessaire. Si les tremblements deviennent gênants, certaines mesures simples peuvent être utiles :

  • Saisir les objets fermement et en les tenant près du corps pour éviter de les laisser tomber

  • Éviter les positions inconfortables

  • Éviter les autres circonstances déclenchant les tremblements (tels que la consommation de caféine, le manque de sommeil ou la fatigue)

  • Utiliser des dispositifs d’assistance, comme indiqué par un ergothérapeute

Les dispositifs d’assistance peuvent comprendre des couteaux à bascule, des ustensiles avec de grandes poignées et, en particulier si le tremblement est intense, des tire-boutons, des attaches de Velcro (à la place de boutons ou de lacets), des tirettes de fermeture éclair, des pailles et des chausse-pieds.

Tremblement physiologique

Éliminer ou minimiser le facteur déclencheur peut atténuer le tremblement. Par exemple, éviter la caféine, suffisamment dormir et réduire le stress peuvent aider.

Si de nombreuses activités quotidiennes (comme utiliser des ustensiles et boire d’un verre à l’heure des repas) deviennent difficiles ou si le travail de la personne nécessite des mains fermes, un traitement médicamenteux peut aider.

Les personnes présentant des tremblements physiologiques et une anxiété peuvent tirer parti de faibles doses d’une benzodiazépine (un sédatif), telle que le lorazépam. Cependant, ces médicaments ne peuvent être pris que de manière occasionnelle.

Si un tremblement physiologique est aggravé en prenant des médicaments prescrits qui sont nécessaires ou en cas de forte anxiété, le propranolol (bêtabloquant) peut être utile.

Tremblement essentiel

Pour certaines personnes, consommer de l’alcool avec modération peut atténuer le tremblement, mais les médecins ne recommandent pas cette tactique comme traitement. L’abus d’alcool suivi par un arrêt soudain accentue le tremblement.

Des anticonvulsivants (primidone, topiramate ou gabapentine) ou du propranolol peuvent également être utilisés si nécessaire pour contrôler les tremblements.

Les benzodiazépines peuvent être utilisées pour traiter le tremblement essentiel si les autres médicaments sont inefficaces.

Tremblements intentionnels

Les tremblements intentionnels sont difficiles à traiter, mais si leurs causes sont corrigées, les tremblements peuvent disparaître.

Si les causes ne peuvent pas être corrigées, un thérapeute peut mettre des poids sur les poignets et les chevilles du membre touché pour réduire le tremblement. Le membre peut sinon être fixé lors de l’activité. Ces mesures sont parfois utiles.

Stimulation cérébrale profonde

Pour cette procédure, de minuscules électrodes sont mises en place dans la zone du cerveau impliquée dans les tremblements, les noyaux basaux (groupes de cellules nerveuses permettant d’harmoniser les mouvements musculaires). Les électrodes envoient de petites quantités d’électricité à la région spécifique des noyaux basaux responsable des tremblements, ce qui permet de soulager les symptômes.

La stimulation cérébrale profonde est parfois effectuée quand les médicaments ne peuvent pas contrôler un tremblement grave et invalidant. Parfois, le tremblement essentiel ou des tremblements dus à la maladie de Parkinson ou à un autre trouble nécessitent un tel traitement. Ces traitements ne sont utilisés que lorsqu’un traitement médicamenteux a été essayé et qu’il ne s’est pas révélé efficace. Ces traitements ne sont pratiqués que dans des centres spécialisés.

Aspects essentiels concernant les personnes âgées : Tremblement

De nombreuses personnes âgées pensent que l’apparition d’un tremblement fait partie du processus normal de vieillissement et peuvent ne pas voir un médecin. Néanmoins, les personnes âgées doivent parler à leur médecin, qui peut leur poser des questions et faire un examen clinique pour vérifier les causes possibles des tremblements. Les médecins peuvent alors recommander des stratégies ou éventuellement des médicaments pour atténuer le tremblement.

En outre, les personnes âgées sont plus susceptibles de prendre des médicaments qui provoquent des tremblements et sont plus vulnérables aux effets secondaires de ces médicaments. Par conséquent, en prescrivant ces médicaments pour les personnes âgées, les médecins essaient de prescrire la dose efficace la plus faible. Cette dose peut être plus faible que les doses utilisées pour traiter des adultes plus jeunes. Si possible, les médecins évitent d’utiliser les médicaments ayant des effets anticholinergiques chez les personnes âgées.

Un tremblement peut affecter de manière significative la qualité de vie chez les personnes âgées, interférer avec leur capacité à fonctionner, surtout si elles ont d’autres déficiences physiques ou mentales. Les kinésithérapeutes et les ergothérapeutes peuvent fournir des stratégies d’adaptation simples et des dispositifs d’assistance peuvent aider les personnes âgées à maintenir leur qualité de vie.

Points-clés

  • Les tremblements peuvent être classés en fonction du moment où ils apparaissent : au repos (tremblements de repos) ou en mouvement (tremblements d’action). Les tremblements d’action peuvent être classés selon qu’ils apparaissent à la fin d’un mouvement visant à atteindre une cible (tremblement cinétique), pendant le mouvement visant à atteindre une cible (tremblement intentionnel) ou lorsqu’un membre est étiré (tremblement postural).

  • La plupart des tremblements sont physiologiques (normaux), et certains sont des tremblements essentiels ou sont causés par d’autres troubles.

  • Les tremblements qui surviennent au repos sont souvent dus à la maladie de Parkinson.

  • Les médecins peuvent habituellement identifier la cause sur la base des antécédents médicaux et de l’examen clinique.

  • Si un tremblement commence soudainement ou est accompagné par d’autres symptômes neurologiques, un médecin doit immédiatement être consulté.

  • Si des personnes âgées de moins de 50 ans présentent un tremblement mais n’ont pas d’antécédents familiaux de tremblements essentiels, elles doivent consulter un médecin.

  • La cause des tremblements est traitée, si possible. Sinon, certaines stratégies simples (comme éviter les facteurs déclenchant les tremblements) et certains médicaments peuvent aider à contrôler les tremblements.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Angiographie cérébrale : Insertion du cathéter
Vidéo
Angiographie cérébrale : Insertion du cathéter
L’angiographie permet d’obtenir des informations diagnostiques sur les vaisseaux sanguins...
Modèles 3D
Tout afficher
Artères du cerveau
Modèle 3D
Artères du cerveau

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT