Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Néphropathie des métaux lourds

Par

Navin Jaipaul

, MD, MHS, Loma Linda University School of Medicine

Dernière révision totale févr. 2019| Dernière modification du contenu févr. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public

L'exposition aux métaux lourds et à d'autres toxines peut entraîner des troubles tubulo-interstitiels.

Les métaux lourds (p. ex., plomb, cadmium, cuivre) et d'autres toxiques peuvent provoquer une forme de néphrite interstitielle chronique.

Néphropathie au plomb

La néphrite tubulo-interstitielle chronique résulte d'une accumulation de plomb dans les cellules tubulaires proximales.

Une exposition au plomb à court terme entraîne un dysfonctionnement tubulaire proximal, avec diminution de l'excrétion des urates et hyperuricémie (l'urate [acide urique] est le substrat de la goutte saturnine), une amino-acidurie et une glycosurie rénale.

Une exposition chronique au plomb (c'est-à-dire, pendant 5 à 30 ans) entraîne une atrophie tubulaire progressive, une fibrose interstitielle, une insuffisance rénale, une HTA et une goutte. Cependant, une exposition chronique à une faible dose de plomb peut entraîner une insuffisance rénale et une HTA indépendamment de la maladie tubulo-interstitielle. Les groupes suivants sont à haut risque:

  • Les enfants exposés à de la poussière ou à des écailles de peinture de plomb

  • Les soudeurs

  • Les travailleurs de l'industrie des accumulateurs électriques

  • Les buveurs d'alcool frelaté

Les enfants exposés peuvent développer une néphropathie à l'âge adulte.

Les signes habituels comprennent un sédiment urinaire peu significatif et une hyperuricémie disproportionnée par rapport au degré d'insuffisance rénale:

  • Urate sérique > 9 mg/dL (535,4 micromol/L) avec créatininémie < 1,5 mg/dL (132,6 micromol/L)

  • Urate sérique > 10 mg/dL (594,9 micromol/L) avec créatinine sérique 1,5 à 2 mg/dL (132,6 micromol/L à 176,8 micromol/L)

  • Urate sérique > 12 mg/dL (713,8 micromol/L) avec créatinine sérique (> 2 mg/dL (176,8 micromol/L)

Le diagnostic est habituellement établi par le dosage de plomb dans le sang total. Une fluorescence aux rx peut être éventuellement utilisée pour détecter une augmentation de la concentration osseuse de plomb, qui reflète une importante exposition cumulative à ce métal.

Le traitement par chélationpeut stabiliser la fonction rénale, mais la guérison peut être incomplète.

Néphropathie au cadmium

L'exposition au cadmium provenant de l'eau contaminée, de la nourriture, ou du tabac et surtout d'expositions sur le lieu de travail peuvent entraîner une néphropathie. Il peut également causer une glomérulonéphrite qui est habituellement asymptomatique.

Les manifestations précoces de la néphropathie due au cadmium sont celles d'un trouble tubulaire, comprenant une protéinurie tubulaire de bas poids moléculaire (p. ex., bêta-2-microglobuline), une aminoacidurie et une glycosurie rénale. La symptomatologie, lorsqu'elle se manifeste, est attribuable à la maladie rénale chronique. La néphropathie est proportionnelle à la dose d'exposition.

Le diagnostic de néphropathie due au cadmium est probable dans les cas suivants:

  • Antécédents d'exposition professionnelle au cadmium

  • Augmentation des taux urinaires de bêta-2-microglobuline (non décelée par la bandelette de protéines urinaire mais détectée par un dosage radio-immunologique)

  • Augmentation des taux de cadmium urinaire (> 7 μg/g de créatinine)

Le traitement consiste à éliminer l'exposition au cadmium; il faut noter que la chélation associée à l'EDTA peut aggraver la toxicité rénale en cas d'intoxication aiguë au cadmium, mais elle a été utilisée avec succès dans des cas d'exposition chronique au cadmium. La protéinurie tubulaire est habituellement irréversible.

Autres néphropathies dues aux métaux lourds

Les autres métaux lourds néphrotoxiques sont

  • Le cuivre

  • L'or

  • L'uranium

  • L'arsenic

  • Le fer

  • Le mercure

  • Le bismuth

  • Le chrome

Tous ces métaux entraînent des lésions et un dysfonctionnement tubulaire (p. ex., protéinurie tubulaire, aminoacidurie) ainsi qu'une nécrose tubulaire, mais des glomérulopathies peuvent être au premier plan dans le cas de certains composés (le mercure, l'or).

Le traitement implique de soustraire le patient à toute exposition supplémentaire et/ou à utiliser un des moyens suivants:

  • Des agents chélateurs (cuivre, arsenic, bismuth)

  • Une dialyse (chrome, arsenic bismuth), est souvent pratiquée en cas d'échec de la chélation ou associée à la chélation en cas d'empoisonnement sévère par l'arsenic

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Revue générale de la néphropathie membraneuse
Vidéo
Revue générale de la néphropathie membraneuse
Modèles 3D
Tout afficher
Appareil génital féminin
Modèle 3D
Appareil génital féminin

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT