Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Pelade (alopecia areata)

Par

Wendy S. Levinbook

, MD, Hartford Dermatology Associates

Examen médical juin 2022
Voir l’éducation des patients
Ressources du sujet

La pelade (alopecia areata) correspond généralement à une perte brutale et non cicatricielle de cheveux ou de poils dans des zones circonscrites chez des sujets ne présentant aucun trouble cutané ou systémique. Le diagnostic repose généralement sur l'inspection, bien qu'une biopsie cutanée soit parfois nécessaire. Le traitement repose sur des associations de médicaments appliqués localement, par voie orale ou injectés dans le cuir chevelu et peut comprendre des corticostéroïdes, de l'anthraline, du minoxidil, une immunothérapie topique (c'est-à-dire, diphénylcyclopropénone) ou des immunosuppresseurs systémiques.

Le cuir chevelu et la barbe sont les zones le plus souvent atteintes, mais toute zone pileuse peut être concernée. La perte des poils peut toucher des zones étendues ou tout le corps (alopécie universelle). La pelade (alopecia areata) est considérée comme une maladie auto-immune touchant des personnes génétiquement susceptibles et exposées à des facteurs environnementaux déclenchant mal définis. Elle coexiste parfois avec un vitiligo Vitiligo Le vitiligo est une perte des mélanocytes de la peau qui entraîne une dépigmentation de zones cutanées de différentes tailles. La cause reste inconnue, mais des facteurs génétiques et auto-immuns... en apprendre davantage Vitiligo auto-immun ou une thyroïdite Thyroïdite d'Hashimoto La thyroïdite d'Hashimoto est une inflammation chronique auto-immune de la thyroïde avec infiltration lymphocytaire. L'examen retrouve une hypertrophie non douloureuse de la thyroïde et des... en apprendre davantage .

Diagnostic de l'alopecia areata (pelade)

  • Examen

Le diagnostic de pelade (alopecia areata) repose sur l'inspection. La pelade (alopecia areata) se manifeste généralement par des plaques alopéciques circulaires bien circonscrites, avec en périphérie des cheveux courts et cassés, qui ressemblent à des points d'exclamation. Les ongles sont parfois grésés, ont des stries longitudinales, ou manifestent une trachyonychie, une rugosité, également observée dans le lichen plan Lichen plan Le lichen plan est une éruption inflammatoire, récidivante, prurigineuse, faite de discrètes petites papules polygonales violacées qui peuvent confluer en plaques rugueuses, squameuses, souvent... en apprendre davantage Lichen plan . Une lunule rouge peut également être vue.

Le diagnostic différentiel comprend la teigne du cuir chevelu Teigne du cuir chevelu La teigne du cuir chevelu (dermatophytie du cuir chevelu) est une infection dermatophytique du cuir chevelu. Le diagnostic repose sur l'aspect clinique et l'examen des cheveux épilés et des... en apprendre davantage Teigne du cuir chevelu , la trichotillomanie Trichotillomanie La trichotillomanie est caractérisée par des arrachages récurrents des cheveux entraînant une perte de cheveux. Les patients qui ont une trichotillomanie tirent ou arrachent de manière répétée... en apprendre davantage Trichotillomanie , l'alopécie de traction, le lupus Lupus érythémateux disséminé Le lupus érythémateux disséminé est une maladie chronique, multisystémique, inflammatoire, d'étiologie auto-immune, survenant surtout chez la femme jeune. Les manifestations les plus fréquentes... en apprendre davantage Lupus érythémateux disséminé et la syphilis secondaire Syphilis secondaire La syphilis est causée par le spirochète Treponema pallidum et caractérisé par 3 stades symptomatiques séquentiels séparés par des périodes d'infection latente asymptomatique. Les manifestations... en apprendre davantage Syphilis secondaire . Si les signes sont équivoques, d'autres tests peuvent être effectués tels qu'une préparation à l'hydroxyde de potassium, une culture fungique, un dépistage de la syphilis ou une biopsie. En cas de signes cliniques en faveur de maladies auto-immunes associées (en particulier maladie de la thyroïde) des examens sont effectués pour rechercher ces dernières.

Une biopsie est parfois nécessaire.

Pronostic de l'alopecia areata (pelade)

La pelade (alopecia areata) peut régresser spontanément, devenir chronique ou s'étendre. Les facteurs de risque de passage à la chronicité sont la dissémination, le début avant l'adolescence, le terrain atopique, l'atteinte de la périphérie de la région temporale et occipitale du cuir chevelu (ophiase).

Traitement de l'alopecia areata (pelade)

  • Corticostéroïdes

  • Parfois, anthraline en topique et/ou minoxidil

  • Parfois immunothérapie topique

  • Parfois, méthotrexate ou baricitinib

  • Rarement photochimiothérapie ou psoralène plus ultraviolet A (PUVA)

  • Utilisation de postiches et de techniques de camouflage

Si un traitement est envisagé, les infiltrations intralésionnelles de corticostéroïdes sont le traitement de choix chez l'adulte. L'acétonide de triamcinolone en suspension (en doses de 0,1 mL à 3 mL à des concentrations de 2,5 à 5 mg/mL toutes les 4 à 8 semaines) peut être injecté par voie intradermique si les lésions sont petites. Les corticostéroïdes topiques puissants (p. ex., clobétasol propionate 0,05% mousse, gel, ou pommade 2 fois/jour pendant environ 4 semaines) peuvent être utilisés; cependant, souvent, ils ne pénètrent pas en profondeur dans le bulbe du poil où se déroule le processus inflammatoire. Les corticostéroïdes oraux sont efficaces, mais la perte des cheveux peut souvent récidiver après l'arrêt du traitement et des effets indésirables limitent leur utilisation.

L'anthraline topique en crème (à 0,5 à 1% appliquée pendant 10 à 20 min quotidiennement, puis rincée; temps de contact titré en fonction de la tolérance jusqu'à 1 h/jour), peut être utilisée pour stimuler une réaction d'irritation modérée. Le minoxidil en solution à 5% peut être utile comme adjuvant d'un traitement corticoïde ou par l'anthraline.

L'induction d'une dermatite allergique de contact utilisant du diphénylcyclopropénone ou le dibutyl ester de l'acide squarique (immunothérapie topique) produit une excroissance capillaire par un mécanisme inconnu, mais cette intervention doit être réservée aux patients atteints de formes diffuses et réfractaires aux autres thérapies.

Le méthotrexate a été utilisé avec succès dans le traitement de l'alopécie totalis et de l'alopécie universelle dans des populations adultes et pédiatriques. Les doses vont de 15 à 25 mg par semaine. Le méthotrexate peut également être utilisé en association avec des corticostéroïdes oraux. Son utilisation est généralement réservée aux cas de pelade (alopecia areata) réfractaires des patients qui ne répondent pas au traitement standard (1 Référence pour le traitement La pelade (alopecia areata) correspond généralement à une perte brutale et non cicatricielle de cheveux ou de poils dans des zones circonscrites chez des sujets ne présentant aucun trouble cutané... en apprendre davantage Référence pour le traitement ).

La PUVA systémique et topique ont été utilisées avec un succès limité en cas d'échec d'un traitement conventionnel. Cependant, il s'agit d'une option de traitement moins favorable en raison de taux élevés de rechutes, de l'absence d'essais contrôlés randomisés et d'un risque accru de cancer sous PUVA.

Le baricitinib est un inhibiteur de la Janus kinase (JAK) qui est bénéfique dans le traitement de l'alopécie areata.

Les postiches et les techniques de camouflage peuvent être utilisés pour masquer la chute des cheveux.

Référence pour le traitement

  • 1. Strazzulla LC, Wang EHC, Avila L, et al: Alopecia areata: An appraisal of new treatment approaches and overview of current therapies. J Am Acad Dermatol 78(1):15-24, 2018. doi: 10.1016/j.jaad.2017.04.1142

Voir l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : AFFICHER LA VERSION GRAND PUBLIC
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
ANDROID iOS
ANDROID iOS
ANDROID iOS
HAUT