Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Infections à adénovirus

Par

Brenda L. Tesini

, MD, University of Rochester School of Medicine and Dentistry

Dernière révision totale nov. 2020| Dernière modification du contenu nov. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients

Une infection due à l'un des nombreux adénovirus peut être asymptomatique ou déclencher des syndromes spécifiques, parmi lesquels une infection respiratoire légère, une kératoconjonctivite, une gastro-entérite, une cystite ou une pneumonie primitive. Le diagnostic est clinique. Le traitement est un traitement de support.

Les adénovirus sont des virus à ADN classés selon 3 principaux Ag de capsides (hexon, penton et fibre). Il existe 7 espèces d'adénovirus humains (A à G) et 57 sérotypes. Différents sérotypes sont associés à différentes pathologies.

Les adénovirus sont normalement contractés par contact avec les sécrétions d'une personne infectée (dont celles manuportées) ou par contact avec un objet contaminé (p. ex., serviette, instrument). L'infection peut être aéroportée ou hydrique (p. ex., contractée en nageant dans des lacs ou dans des piscines sans chloration adéquate). L'excrétion virale respiratoire ou gastro-intestinale asymptomatique peut se poursuivre pendant des mois, même pendant des années.

Symptomatologie

Chez les patients immunocompétents, la plupart des infections à adénovirus sont asymptomatiques. Lorsque les infections sont symptomatiques, le spectre des manifestations cliniques possible est large car la plupart des adénovirus causes d'une maladie bénigne ont une affinité pour des tissus différents.

La plupart des infections symptomatiques surviennent chez l'enfant et provoquent de la fièvre et des symptômes des voies respiratoires supérieures, notamment une pharyngite, une otite moyenne, une toux et une amygdalite exsudative avec adénopathie cervicale, difficile à distinguer de la pharyngite à streptocoques du groupe A. Les adénovirus types 3 et 7 provoquent une conjonctivite, une pharyngite et une fièvre différents (fièvre pharyngo-conjonctivale).

De rares syndromes à adénovirus chez le nourrisson comprennent la bronchiolite et la pneumonie sévères. Dans les populations confinées de jeunes adultes (p. ex., recrues militaires), des épidémies d'affections respiratoires peuvent survenir; les symptômes sont une fièvre et des symptômes des voies respiratoires inférieures, habituellement une broncho-trachéite et parfois une pneumonie.

Des groupes de cas de maladies respiratoires graves, causées par des adénovirus spécifiques (en particulier les types 7, 14 et 55), sont observés chez des adultes en bonne santé.

Les infections adénovirales sont de plus en plus reconnues comme des causes de maladies respiratoires graves et d'autres maladies chez les adultes immunodéprimés.

La kératoconjonctivite épidémique est parfois sévère et survient soit sporadiquement, soit par épidémies. La conjonctivite est fréquemment bilatérale. Une adénopathie prétragienne peut se développer. On peut observer un chémosis, des douleurs et des lésions cornéennes ponctuées, visibles par coloration à la fluorescéine. La symptomatologie systémique est modérée ou absente. La kératoconjonctivite épidémique se résorbe habituellement en 3 ou 4 semaines, bien que les lésions de la cornée puissent persister beaucoup plus longtemps.

Les syndromes non respiratoires dus aux adénovirus comprennent la cystite hémorragique, la diarrhée chez le nourrisson et la méningo-encéphalite.

La plupart des patients guérissent complètement. Même une pneumonie primitive à adénovirus sévère n'est pas fatale en dehors des rares cas fulminants, préférentiellement chez le nourrisson, les recrues militaires et les patients immunodéprimés.

Diagnostic

  • Bilan clinique

  • En cas de maladie sévère, test PCR (Polymerase Chain Reaction) sur les sécrétions respiratoires et le sang

Le diagnostic biologique de l'infection à adénovirus modifie rarement la prise en charge du patient. À la phase aiguë des maladies, le virus peut être isolé à partir des sécrétions respiratoires et oculaires et souvent à partir des selles et des urines. Une augmentation par 4 du titre d'Ac indique une infection à adénovirus récente.

La PCR permet de détecter l'ADN de l'adénovirus dans les sécrétions respiratoires et le sang; elle est utile lorsque le patient est atteint d'une maladie grave et qu'un diagnostic est nécessaire.

Traitement

  • Traitement symptomatique

Le traitement des infections par adénovirus est symptomatique et de support. Aucun agent antiviral n'a prouvé son efficacité, bien que la ribavirine et le cidofovir aient été utilisés chez les patients immunodéprimés avec des résultats variables.

Prévention

Les vaccins contenant des adénovirus vivants de types 4 et 7, administrés par voie orale dans une gélule à délitement intestinal, peuvent prévenir la plupart des maladies causées par ces deux types. Le vaccin est resté indisponible pendant un certain nombre d'années, mais a été réintroduit en 2011. Cependant, il n'est disponible que pour le personnel militaire. Il peut être administré aux patients âgés de 17 à 50 ans et ne doit pas être administré aux femmes enceintes ou qui allaitent.

Pour minimiser le risque de transmission, le personnel soignant doit changer de gants et se laver les mains après avoir examiné le patient infecté, stériliser les instruments de manière appropriée et éviter d'utiliser les mêmes instruments ophtalmologiques sur plusieurs patients. Les adénovirus sont résistants à de nombreux désinfectants courants; les produits à base d'eau de javel contenant 2000 à 5000 ppm de chlore sont recommandés, de même que les antimicrobial products effective against norovirus recommandés par l'US Environmental Protection Agency (EPA). L'US Centers for Disease Control and Prevention (CDC) fournit des recommandations spécifiques pour la désinfection des équipements ophtalmologiques pour prévenir la kératoconjonctivite épidémique.

Points clés

  • Les adénovirus peuvent se transmettre par contact avec les sécrétions d'une personne infectée ou par contact avec un objet contaminé.

  • La plupart des infections sont bénignes; les manifestations (p. ex., fièvre, symptômes des voies respiratoires supérieures et inférieures, pharyngite, conjonctivite) varient considérablement en fonction du sérotype.

  • La maladie grave est principalement observée chez les nourrissons et les patients immunodéprimés, mais parfois chez des adultes en bonne santé.

  • Le traitement est un traitement de support.

  • Un vaccin oral peut réduire l'incidence des maladies des voies respiratoires inférieures mais n'est disponible que pour le personnel militaire.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT