Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Rhumatisme psoriasique

Par

Apostolos Kontzias

, MD, Stony Brook University School of Medicine

Dernière révision totale déc. 2018| Dernière modification du contenu déc. 2018
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Ressources du sujet

Le rhumatisme psoriasique est une spondyloarthropathie et une arthrite chronique inflammatoire qui se manifeste en cas de psoriasis de la peau ou des ongles. L'arthrite est souvent asymétrique et certaines formes concernent les articulations interphalangiennes distales. Le diagnostic est clinique. Le traitement comprend des médicaments antirhumatismaux modificateurs de la maladie et des agents biologiques.

Le rhumatisme psoriasique apparaît chez environ 30% des patients qui présentent un psoriasis. La fréquence est augmentée dans le SIDA. Le risque est augmenté chez les patients porteurs du HLA-B27 ou d'autres allèles spécifiques et chez les membres d'une même famille. L'étiologie et la physiopathologie de l'arthrite psoriasique sont inconnues.

Symptomatologie

Le psoriasis de la peau ou des ongles peut précéder ou faire suite à l'atteinte articulaire. La sévérité de la maladie articulaire et cutanée sont souvent discordantes. En outre, des lésions cutanées peuvent être cachées dans le cuir chevelu, les plis interfessiers ou le nombril et ne sont pas identifiées par le patient.

Les articulations interphalangiennes distales des doigts et des orteils sont particulièrement touchées. L'atteinte asymétrique des grosses et des petites articulations, dont les sacro-iliaques et les articulations rachidiennes, est fréquente. Les atteintes cutanées et articulaires peuvent diminuer ou s'aggraver simultanément. L'inflammation des doigts et/ou des orteils peut conduire à des déformations en forme de saucisse, qui sont absentes en cas de polyarthrite rhumatoïde. Il n'y a pas de nodules sous-cutanés. Les rémissions ont tendance à être plus fréquentes, plus rapides et plus complètes dans le rhumatisme psoriasique qu'en cas de polyarthrite rhumatoïde, mais une évolution vers une polyarthrite chronique et des déformations invalidantes peuvent survenir. On peut observer une arthrite mutilante (destruction de multiples articulations de la main avec télescopage des doigts).

Une enthésopathie (inflammation des insertions des tendons dans l'os, p. ex., tendinite d'Achille, tendinite patellaire, épicondyles du coude, apophyses épineuses des vertèbres) peut se développer et causer des douleurs.

Une douleur lombaire peut être présente. Elle est souvent accompagnée de syndesmophytes asymétriques du rachis.

Diagnostic

  • Bilan clinique

  • Facteur rhumatoïde

L'arthrite psoriasique doit être suspectée en cas de psoriasis et d'arthrite. Le psoriasis pouvant être méconnu ou caché ou ne se développer qu'après la polyarthrite, le rhumatisme psoriasique doit être envisagé chez tout patient qui présente une arthrite inflammatoire séronégative, particulièrement si elle est asymétrique ou impliquant le bas de la colonne vertébrale; ces patients doivent être examinés à la recherche d'un psoriasis des ongles et doivent être interrogés sur des antécédents familiaux de psoriasis. En cas de suspicion de rhumatisme psoriasique, le facteur rhumatoïde doit être recherché. Parfois, le facteur rhumatoïde peut être positif. Cependant, les anticorps anti-peptide citrullinés anticycliques (anti-CCP) sont hautement spécifiques de la polyarthrite rhumatoïde.

L'arthrite psoriasique est diagnostiquée cliniquement et en excluant d'autres affections causes de manifestations similaires. Les signes rx fréquents dans l'arthrite psoriasique associent une atteinte interphalangienne distale, une résorption osseuse au niveau des phalanges terminales, une arthrite mutilante, une destruction extensive, une réaction osseuse proliférante, des doigts en forme de saucisse et une luxation des petites et des grosses articulations.

Traitement

  • L'arthrite traitée par des médicaments antirhumatismaux modificateurs de la maladie (en particulier le méthotrexate) et des agents biologiques (antagonistes du TNF-alpha, ustékinumab, sécukinumab, ixekizumab, tofacitinib, abatacept et aprémilast)

Le traitement vise à contrôler les lésions cutanées et à réduire l'inflammation articulaire. Le traitement médicamenteux est proche de celui de la polyarthrite rhumatoïde et comprend en particulier le méthotrexate (un anti-rhumatismal modificateur de la maladie, un traitement de fond). L'efficacité de l'hydroxychloroquine est variable et peut déclencher une dermatite exfoliative ou aggraver un psoriasis sous-jacent. Les AINS, la cyclosporine, les antagonistes du TNF-alpha, l'ustékinumab, le sécukinumab et le xékizumab, le tofacitinib, l'abatacept et l'apremilast (voir Agents biologiques) peuvent être bénéfiques. Les antagonistes du TNF-alpha ont été particulièrement efficaces. (Voir aussi an international task force's 2017 update of recommendations for treating axial spondyloarthritis and peripheral spondyloarthritis, especially psoriatic arthritis.)

L'ustekinumab est un antagoniste de l'IL-12 et IL-23. La dose est de 45 mg en sous-cutané à 0 et 4 semaines (doses de charge), puis 45 mg toutes les 12 semaines. La dose est de 90 mg en sous-cutané si le patient pèse > 100 kg. Les effets indésirables sont similaires à ceux observés avec les autres agents biologiques.

Le sécukinumab est un inhibiteur de l'IL-17. Le sécukinumab peut être administré à la dose de 150 mg en sous-cutané toutes les semaines 0, 1, 2, 3 et 4 et toutes les 4 semaines par la suite. Sans les doses de charge (hebdomadaires), le sécukinumab est administré à 150 mg en sous-cutané toutes les 4 semaines. Si le rhumatisme psoriasique reste actif, une dose de 300 mg doit être envisagée. Le sécukinumab peut être administré avec ou sans méthotrexate. Les effets indésirables comprennent l'urticaire, des infections des voies respiratoires supérieures, des infections fongiques à Candida, des diarrhées, un zona et une maladie inflammatoire de l'intestin.

L'ixekizumab est un inhibiteur de l'IL-17A. Il est indiqué dans le psoriasis en plaques de l'adulte modéré à grave candidat au traitement systémique ou à la photothérapie, ainsi que chez l'adulte atteint de rhumatisme psoriasique actif. Il peut être administré seul ou en association avec un traitement antirhumatismal modificateur de la maladie (traitement de fond) classique (p. ex., le méthotrexate). La posologie est de 160 mg en sous-cutané (deux injections de 80 mg) à la semaine 0, suivie de 80 mg en sous-cutané toutes les 4 semaines. L'ixekizumab augmente le risque d'infection typique des voies respiratoires supérieures et d'infections fongiques et a également été associé à une aggravation des symptômes de la maladie intestinale inflammatoire.

Le tofacitinib est un inhibiteur oral de la Janus kinase (JAK). Il est disponible pour les adultes atteints de rhumatisme psoriasique actif qui ont eu une réponse inadéquate ou qui ne tolèrent pas le méthotrexate ou d'autres antirhumatismaux modificateurs de la maladie (ou d'autres traitements de fond). La posologie est de 5 mg par voie orale 2 fois/jour. Le dosage à libération prolongée est de 11 mg par voie orale 1 fois/jour Les effets indésirables potentiels comprennent le risque d’infection, en particulier la réactivation du virus varicelle-zona, l’augmentation du taux de créatinine, une neutropénie et une hyperlipidémie.

L'abatacept est une immunoglobuline de fusion soluble (cytotoxic T lymphocyte-associated antigen 4 [CTLA-4]). Il est disponible chez les adultes atteints de rhumatisme psoriasique actif et peut être utilisé avec ou sans traitement de fond non biologique (p. ex., méthotrexate, sulfasalazine, hydroxychloroquine, léflunomide). Il peut être administré en perfusion IV ou en injection sous-cutanée. Pour la perfusion IV, la posologie est ajustée en fonction du poids comme suit: 500 mg chez les patients pesant < 60 kg, 750 mg chez les patients pesant 60-100 kg et 1 g chez les patients pesant > 100 kg Après la dose initiale, l'abatacept doit être administré aux semaines 2 et 4, puis toutes les 4 semaines. La posologie de l’injection en sous-cutané est de 125 mg 1 fois/semaine. Les effets indésirables comprennent une toxicité pulmonaire, une susceptibilité à l’infection, des céphalées, des infections urinaires, des maux de gorge et des nausées.

L'aprémilast est un inhibiteur de la phosphodiestérase-4. La dose initiale est de 10 mg par voie orale 1 fois/jour, titré à la dose d'entretien de 30 mg par voie orale 2 fois/jour comme toléré. Les effets indésirables comprennent de la diarrhée, des nausées, des céphalées, une dépression et une perte de poids.

Points clés

  • Le rhumatisme psoriasique est une arthrite chronique inflammatoire qui se manifeste en cas de psoriasis; cependant, le psoriasis peut être bénin ou méconnu ou non encore totalement développé.

  • L'arthrite est souvent asymétrique, implique les grosses et petites articulations (y compris les articulations axiales), et affecte généralement les doigts et les articulations interphalangiennes dorsales des orteils plus que d'autres.

  • Diagnostiquer en fonction des signes cliniques.

  • Traiter par un antirhumatismal modificateur de la maladie et des agents biologiques.

Plus d'information

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Comment examiner l'épaule
Vidéo
Comment examiner l'épaule
Modèles 3D
Tout afficher
Colonne vertébrale et moelle épinière
Modèle 3D
Colonne vertébrale et moelle épinière

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT