Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Sténose rachidienne lombaire

Par

Peter J. Moley

, MD, Hospital for Special Surgery

Dernière révision totale août 2019| Dernière modification du contenu août 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Ressources du sujet

La sténose rachidienne lombaire est un rétrécissement du canal rachidien lombaire qui comprime les radicelles et les racines nerveuses de la queue de cheval avant leur sortie du trou de conjuguaison. Elle provoque des douleurs dorsales positionnelles, des signes de compression de racine nerveuse dans le trou de conjugaison et des douleurs du membre inférieur, pendant la marche ou le port d'un poids.

La sténose canalaire peut être congénitale ou acquise. Elle peut atteindre la région cervicale ou le rachis lombaire. La sténose rachidienne lombaire acquise est une cause fréquente de sciatiques chez le patient d'âge moyen ou âgé. Les causes les plus fréquentes de sténose rachidienne lombaire sont l'arthrose, des troubles dégénératifs, tels que la discarthrose, la spondylose, le spondylolisthésis avec compression de la queue-de-cheval. D'autres causes sont la maladie osseuse de Paget et la spondylarthrite ankylosante.

Symptomatologie

La douleur survient dans les fesses, cuisses ou les jambes lors de la marche, en courant, montant des escaliers ou même debout. Cette douleur est appelée claudication neurogène. La douleur n'est pas soulagée par la station debout immobile, mais par la flexion du dos ou la station assise (bien que les paresthésies puissent persister). La montée des côtes est moins douloureuse que la descente car le dos est légèrement fléchi. Les patients peuvent présenter des douleurs, des paresthésies, une faiblesse musculaire et des réflexes diminués dans le territoire radiculaire atteint. Rarement, une compression soudaine des radicelles nerveuses résultant d'une lésion laryngée ou d'une hernie discale importante peut provoquer un syndrome de la queue-de-cheval avec parésie distale de la jambe et perte sensitive dans et autour du périnée et de l'anus (anesthésie en selle), ainsi que des troubles de la vessie, de l'intestin et des troubles génito-vésico-sphinctériens ; contrairement aux lésions de la moelle épinière, le tonus musculaire et les réflexes ostéotendineux sont diminués au niveau des jambes.

Diagnostic

  • Bilan clinique

  • Parfois, IRM et/ou examens électriques

Une sténose spinale est suspectée devant des symptômes caractéristiques. Les tests diagnostiques sont les mêmes que pour une sciatique. Les symptômes du mollet peuvent simuler ceux d'une claudication intermittente vasculaire. La claudication se différencie par une disparition par le repos (pas par le changement de position), une atrophie cutanée, des anomalies du pouls, un remplissage capillaire et des tests vasculaires.

Traitement

  • Activité selon la tolérance, antalgiques et parfois médicament pour soulager la douleur neuropathique

  • Kinésithérapie

  • Parfois des injections de corticostéroïdes épidurales.

  • La chirurgie pour les cas graves

Les traitements conservateurs et les indications de la chirurgie sont similaires à ceux pour la sciatique.

Les injections épidurales de corticostéroïdes procurent parfois un soulagement transitoire. Chez les patients symptomatiques qui sont de mauvais candidats à une intervention chirurgicale, l'association d'injections épidurales et de kinésithérapie basée sur la flexion peut entraîner une certaine amélioration symptomatique.

Le traitement chirurgical d'une sténose canalaire avancée consiste en la levée de la compression de la racine nerveuse dans le canal vertébral et dans le foramen, ce qui requiert parfois une laminectomie à 2 ou 3 niveaux et des foraminotomies et parfois une chirurgie de fusion.

La stabilité rachidienne doit être préservée. L'arthrodèse vertébrale peut être indiquée en cas d'instabilité ou de modifications arthrosiques importantes, bien localisées à 1 ou 2 espaces intervertébraux; cependant, des études récentes soulignent le caractère controversé de cette approche (1-2).

Références pour le traitement

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Revue générale de l'arthrose
Vidéo
Revue générale de l'arthrose
Modèles 3D
Tout afficher
Hernie du nucléus pulposus
Modèle 3D
Hernie du nucléus pulposus

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT