Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Modifications physiques liées à l'âge

Par

Richard W. Besdine

, MD,

  • Professor of Medicine, Greer Professor of Geriatric Medicine, and Director, Division of Geriatrics and Palliative Medicine and of the Center for Gerontology and Healthcare Research
  • Warren Alpert Medical School of Brown University

Dernière révision totale avr. 2019| Dernière modification du contenu avr. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources du sujet

La plupart des fonctions biologiques sont à leur maximum avant l'âge de 30 ans puis diminuent linéairement (voir tableau Quelques modifications physiologiques liées à l'âge); le déclin qui n'a souvent pas ou peu de retentissement sur la vie quotidienne peut avoir des conséquences lors de stress. C'est pourquoi ce sont ces modifications, plus que le vieillissement normal, qui déterminent la baisse des réserves fonctionnelles du sujet âgé.

Dans de nombreux cas, le vieillissement peut être dû, au moins en partie, au mode de vie, au comportement, à l'alimentation ou à l'environnement et peut donc être modifié. Par exemple, l'exercice aérobie peut empêcher ou partiellement inverser la baisse de la capacité d'effort maximale (la consommation d'oxygène par unité de temps ou Vo2max), la force musculaire et la tolérance au glucose chez les personnes âgées en bonne santé mais sédentaires.

Seulement environ 10% des personnes âgées ont une activité physique régulière > 30 min 5 fois/semaine (une recommandation courante). Environ 35 à 45% pratiquent un minimum d’activité. Les personnes âgées tendent à être moins actifs que les autres classes d'âge pour de nombreuses raisons, le plus souvent parce que des pathologies limitent leur activité physique.

Les avantages de l'exercice chez les personnes âgées sont nombreux et dépassent de beaucoup les risques (p. ex., chute, déchirures ligamentaires, élongations musculaires). Les bénéfices comprennent

  • Mortalité réduite, même chez les fumeurs et les obèses

  • Préservation de la force musculaire, de la capacité aérobie, de la densité osseuse et contribution à la mobilité et l'autonomie

  • Risque d'obésité diminué

  • Prévention et traitement des troubles cardiovasculaires (y compris la réadaptation après un infarctus du myocarde), du diabète, de l'ostéoporose, du cancer du côlon et des troubles psychiatriques (en particulier troubles de l'humeur)

  • Prévention des chutes et des blessures liées aux chutes en améliorant la force musculaire, l'équilibre, la coordination, la fonction articulaire et l'endurance (1)

  • Capacité fonctionnelle améliorée

  • Opportunités d'interaction sociale

  • Sensation de bien-être augmentée

  • Possible amélioration de la qualité du sommeil

L'activité physique est l'une des rares interventions qui peut restaurer la capacité physiologique après qu'elle ait été perdue.

Tableau
icon

Quelques modifications physiologiques liées à l'âge

Organe ou système atteint

Modification physiologique

Manifestations cliniques

Composition corporelle

Masse maigre

Masse musculaire

Production de créatinine

Masse squelettique

Eau corporelle totale

Pourcentage de tissu adipeux (jusqu'à l'âge de 60 ans, puis jusqu'à la mort)

Modifications des concentrations des médicaments (habituellement )

Force

Sensibilité à la déshydratation

Cellules

Lésion de l'ADN et capacité de réparation de l'ADN

Capacité oxydative

Accélération de la sénescence cellulaire

Fibrose

Accumulation de lipofuscine

Risque de cancer

Système nerveux central

Nombre de récepteurs de la dopamine

Réponses alpha-adrénergiques

Réponses muscariniques parasympathiques

Tendance à la rigidité musculaire, moins de souplesse, altération de l'équilibre et perte des mouvements spontanés (p. ex., tonus musculaire, balancement du bras)

Oreilles

Perte d'audition pour les fréquences aiguës

Capacité à reconnaître la parole

Système endocrinien

Résistance à l' insuline et intolérance au glucose

↑ Incidence du diabète

Ménopause, sécrétion des œstrogènes et de la progestérone

Sécrétion de testostérone

Hormone de croissance

Absorption et activation de la vitamine D

Incidence des anomalies de la thyroïde

Perte minérale osseuse

Sécrétion d'ADH en réponse à un stimuli osmolaire

Sécheresse vaginale, dyspareunie

Masse musculaire

Masse osseuse

Risque de fracture

Modifications de la peau

Sensibilité à l'intoxication par l'eau

Yeux

Souplesse du cristallin

Temps de réflexes pupillaires (constriction, dilatation)

Incidence de la cataracte

Presbytie

Éblouissement et difficulté à s'adapter aux changements d'éclairage

Acuité visuelle

Tractus gastro-intestinal

Flux sanguin splanchnique

Temps de transit

Susceptibilité à la constipation et à la diarrhée

Cœur

Fréquence cardiaque intrinsèque et fréquence cardiaque maximale

Baroréflexe émoussé (moindre augmentation de la fréquence cardiaque en réponse à une diminution de la PA)

Relaxation diastolique

Temps de conduction auriculoventriculaire

Ectopie auriculaire et ventriculaire

Sensibilité aux syncopes

Fraction d'éjection

Fréquences de la fibrillation auriculaire

Fréquences de la dysfonction diastolique et de l'insuffisance cardiaque diastolique

Système immunitaire

Fonction des lymphocytes T

Fonction des lymphocytes B

sensibilité à certaines infections et éventuellement au cancer

Réponse Ac à la vaccination ou à une infection mais des auto-Ac

Articulations

Dégénérescence des cartilages

Fibrose

Glycosylation et la réticulation du collagène

Perte d'élasticité des tissus

Raideur des articulations

Susceptibilité à l'arthrose

Reins

Débit sanguin rénal

Masse rénale

Filtration glomérulaire

Sécrétion et réabsorption tubulaire rénale

Capacité à excréter une charge en eau libre

Modifications des concentrations de médicaments avec risque d'effets indésirables des médicaments

Sensibilité à la nycturie, si de l'eau libre est prise peu de temps avant le sommeil

Foie

Masse hépatique

Débit sanguin hépatique

Activité du système enzymatique CYP 450

Modifications des concentrations des médicaments

Nez

Odorat

Amincissement des muqueuses ou fragilité capillaire

Goût et par conséquent appétit

Probabilité (légère) d'épistaxis

Système nerveux périphérique

Réponses baroréflexes

Réactivité bêta-adrénergique et nombre de récepteurs

Transduction du signal

Réponses muscariniques parasympathiques

Réponses alpha-adrénergiques conservées

Sensibilité aux syncopes

Réponse aux bêta-bloqueurs

Réponse exagérée aux médicaments anticholinergiques

Système pulmonaire

Capacité vitale

Élasticité du poumon (compliance)

Volume résiduel

FEV1

Déséquilibre V/Q

Probabilité de dyspnée pendant un effort intense si les personnes sont habituellement sédentaires ou si l'effort est effectué à des altitudes élevées

Risque de mort par pneumonie

Risque de complications graves (p. ex., insuffisance respiratoire) en cas d'affection pulmonaire

Vascularisation

Vasodilatation dépendante de l'endothéline

Résistance périphérique

Sensibilité à l'hypertension

= diminué; = augmenté; FEV1= volume expiratoire maximum en 1 s; V/Q = ventilation/perfusion.

Adapté d'après the Institute of Medicine: Pharmacokinetics and Drug Interactions in the Elderly Workshop. Washington DC, National Academy Press, 1997, pp. 8–9.

Les effets du vieillissement normal pourraient être moins dramatiques qu'on ne le suppose et un vieillissement dynamique en bonne santé, est peut-être accessible au plus grand nombre. Actuellement, les sujets > 65 ans sont en meilleure santé que leurs prédécesseurs et ils le restent plus longtemps.

Exercice chez les personnes âgées

L'exercice est généralement utilisé pour générer une dette aérobie et une augmentation du rythme cardiaque et, pour beaucoup de sujets, c'est un comportement important avec de nombreux résultats positifs. Cependant, une activité physique simple (p. ex., la marche, le jardinage) a beaucoup des mêmes avantages chez les sujets âgés, en particulier ceux de > 70 ans; ainsi, l'activité physique, sans dette aérobie ou cardioaccélération, est recommandée, même aux sujets ayant des limitations de mobilité.

Tous les patients âgés, commençant un programme d'exercice, doivent être examinés (par entretien ou questionnaire) afin de pouvoir identifier ceux présentant des troubles chroniques et de déterminer des exercices appropriés; cependant, tout le monde peut commencer par de brèves périodes de marche, portées à 30 min 5 fois/semaine. L'activité physique n'est inappropriée que pour quelques personnes âgées (p. ex., celles qui présentent des pathologies médicales instables). En cas de pathologies chroniques, la nécessité d'un examen médical complet avant de commencer une activité dépend des tests qui ont déjà été faits et du jugement clinique du médecin. Certains experts recommandent un tel examen, avec éventuellement un test d'effort, en présence de 2 facteurs de risque cardiaques (p. ex., HTA, obésité) et qui ont l'intention de démarrer une activité plus intense que la marche.

Les programmes d'entraînement plus intenses que la marche peuvent comprendre toute association de 4 types d'exercice: endurance, renforcement musculaire, entraînement à l'équilibre (p. ex., tai-chi) et souplesse. L'association d'exercices recommandée dépend de l'affection médicale et de l'aptitude du patient. Par exemple, un programme d'exercices assis qui utilise des poids pour l'entraînement en force et les mouvements répétés pour l'entraînement d'endurance peut être utile chez les patients qui ont des difficultés à se tenir debout et à marcher. Un programme d'exercice aquatique peut être suggéré chez les patients qui présentent des troubles articulaires. Les patients doivent être en mesure de choisir les activités qu'ils aiment mais on doit les encourager à pratiquer les 4 types d'exercice. De tous les types d'exercice, ceux d'endurance (p. ex., marche, cyclisme, danse, nage, aérobic de faible impact) apportent les meilleurs bénéfices en termes de santé chez les personnes âgées.

Certains patients, en particulier ceux présentant des troubles cardiaques (p. ex., angor, 2 infarctus du myocarde), exigent une surveillance médicale à l'effort.

Les programmes de renforcement musculaire à haute intensité sont particulièrement appropriés chez les personnes âgées fragiles qui présentent une sarcopénie. Chez ces patients, des machines qui utilisent la pression d'air plutôt que des poids sont intéressantes parce que la résistance peut être réglée plus bas et modifiée par incréments plus petits. Les programmes à haute intensité sont sans danger même pour les résidents de centres de long séjour de > 80 ans; chez eux, la force et la mobilité peuvent être sensiblement améliorées. Cependant, ces programmes prennent du temps parce que les participants exigent habituellement une surveillance étroite.

Médicaments et exercice

Les doses d’insuline et d’hypoglycémiants oraux chez les diabétiques peuvent devoir être ajustées selon la quantité d’exercice anticipé pour éviter une hypoglycémie à l’effort.

Les doses de médicaments qui peuvent provoquer une hypotension orthostatique (p. ex., antidépresseurs, antihypertenseurs, hypnotiques, anxiolytiques, diurétiques) peuvent devoir être abaissées pour éviter de majorer le risque d'hypotension par les pertes hydriques à l'effort. Chez les patients qui prennent de tels médicaments, des apports liquidiens adaptés à l'effort sont essentiels.

Quelques hypnotiques-sédatifs peuvent réduire la performance physique en réduisant les niveaux d'activité ou par inhibition des muscles et les nerfs. Ces molécules et d'autres médicaments psychoactifs augmentent le risque de chutes. Arrêter ces médicaments ou réduire leur dose peut être nécessaire pour faire de l'exercice en toute sécurité et aider les patients à adhérer à leur programme d'exercices.

Référence

  • 1. de Souto Barreto P, Rolland Y, Vellas B, et al: Association of long-term exercise training with risk of falls, fractures, hospitalizations, and mortality in older adults: a systematic review and meta-analysis. JAMA Intern Med.179 (3): 394-405, 2018. doi:10.1001/jamainternmed.2018.5406.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT