Le Manuel MSD

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Cancer de la vessie

Par

Thenappan Chandrasekar

, MD, Thomas Jefferson University

Examen médical févr. 2022
AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE
Les faits en bref
Ressources du sujet

La plupart des cas de cancers de la vessie sont dits à cellules transitionnelles, car ils affectent les mêmes types de cellules (les cellules transitionnelles), qui sont généralement les cellules cancéreuses responsables des cancers du bassinet et des uretères Cancer du bassinet et de l’uretère .

  • Le plus souvent, le cancer de la vessie provoque la présence de sang dans l’urine.

  • Pour poser le diagnostic, les médecins insèrent une sonde fine et souple, munie d’une caméra (cystoscope), dans la vessie, par l’urètre.

  • De nombreux cancers sont retirés, au moyen d’un cystoscope (pour les cancers de surface) ou par ablation de la vessie (pour les cancers plus profonds).

Environ 83 730 nouveaux cas de cancers de la vessie sont diagnostiqués tous les ans aux États-Unis. Selon les estimations de 2021, plus de 17 200 personnes meurent d’un cancer de la vessie chaque année. Son incidence est environ 3 fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes.

Le tabagisme est le facteur de risque unique le plus important et semble être une des causes chez au moins la moitié des nouveaux cas. Certaines substances chimiques utilisées dans l’industrie peuvent se concentrer dans l’urine et provoquer des cancers, bien que l’exposition à ces substances soit en diminution. Ces substances comprennent les hydrocarbures, les colorants à l’aniline (tels que la naphtylamine employée dans l’industrie des colorants) et les produits chimiques employés dans les industries du caoutchouc, électrique, de câblerie, de la peinture et du textile. L’exposition de longue durée à certains médicaments, notamment au cyclophosphamide, augmente le risque de cancer de la vessie. L’irritation chronique qui survient à la suite d’une infection parasitaire appelée schistosomiase Schistosomiase ou de calculs vésicaux Calculs dans les voies urinaires Calculs dans les voies urinaires , d’infections des voies urinaires ou de l’utilisation chronique de cathéter prédispose aussi les personnes au cancer de la vessie, bien que l’irritation n’explique qu’une petite partie de l’ensemble des cas.

Les uretères, la vessie et l’urètre
VIDÉO

Symptômes du cancer de la vessie

Le plus souvent, le cancer de la vessie provoque la présence de sang dans l’urine. D’autres symptômes peuvent comprendre des douleurs et des brûlures à la miction, ainsi qu’un besoin d’uriner urgent et fréquent. Les symptômes du cancer de la vessie peuvent être identiques à ceux d’une infection vésicale (cystite Infection vésicale Infection vésicale ) et les deux maladies peuvent être concomitantes. Une faible numération sanguine (anémie Présentation de l’anémie ) peut provoquer asthénie, pâleur ou les deux.

Diagnostic du cancer de la vessie

  • Sang dans l’urine

  • Cytologie (examen de l’urine au microscope)

  • Cystoscopie (visualisation de l’intérieur de la vessie) et biopsie (examen du tissu vésical au microscope)

Le diagnostic est souvent suspecté pour la première fois lorsqu’on observe la présence de sang dans l’urine. Le sang peut être détecté lorsque l’examen microscopique de routine d’un échantillon d’urine révèle la présence de globules rouges ou parfois lorsque l’urine est rouge à l’œil nu. Le cancer de la vessie peut être suspecté si les symptômes de cystite ne disparaissent pas avec le traitement. Une évaluation microscopique spéciale de l’urine (telle qu’une cytologie Diagnostic ) peut mettre en évidence la présence de cellules cancéreuses. Un cancer de la vessie est parfois détecté lorsqu’un examen d’imagerie, tel qu’une tomodensitométrie Tomodensitométrie Une série de tests peut être utilisée en cas de suspicion d’un trouble rénal ou des voies urinaires. (Voir aussi Présentation des voies urinaires.) Les radiographies ne sont généralement pas... en apprendre davantage (TDM) ou une échographie Échographie Une série de tests peut être utilisée en cas de suspicion d’un trouble rénal ou des voies urinaires. (Voir aussi Présentation des voies urinaires.) Les radiographies ne sont généralement pas... en apprendre davantage , est réalisé pour toute autre raison.

La plupart des cancers de la vessie sont diagnostiqués par cystoscopie Cystoscopie et par biopsie Biopsie de la vessie Des biopsies spécifiques au site et un échantillonnage cellulaire sont également utilisés dans l’ évaluation des personnes chez qui des troubles rénaux et des voies urinaires sont suspectés... en apprendre davantage . Cet examen consiste à faire passer une sonde fine et souple, munie d’une caméra (cystoscope), dans la vessie par l’urètre. Si quelque chose est anormal, une biopsie peut être réalisée dans la salle d’opération sous anesthésie à l’aide d’un cystoscope spécial.

Si le cancer a envahi le muscle vésical, des examens additionnels, y compris une TDM de l’abdomen et une radiographie thoracique, sont nécessaires pour déterminer si un cancer s’est propagé. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) peut maintenant être utilisée pour déterminer l’étendue de la propagation dans la région autour du cancer de la vessie.

Les améliorations de la détection et de la définition du stade du cancer de la vessie devraient améliorer les résultats en détectant le cancer plus tôt.

Pronostic du cancer de la vessie

Pour les cancers qui n’infiltrent que la surface interne de la vessie (tumeurs superficielles) et dont la croissance et la division sont lentes, le risque de décès par cancer de la vessie est de moins de 5 % dans les 5 années suivant le diagnostic. Le taux de décès à 5 ans pour les tumeurs envahissant le muscle de la vessie est significativement plus élevé (environ 50 %), mais la chimiothérapie peut améliorer la survie. Les cancers de la vessie qui se sont propagés au-delà de la paroi vésicale (comme aux ganglions lymphatiques ou à d’autres organes abdominaux ou pelviens) ont un pronostic beaucoup plus défavorable.

Traitement du cancer de la vessie

  • Résection pendant la cystoscopie

  • Immunothérapie ou chimiothérapie par voie intravésicale (pour les cancers superficiels)

  • Ablation partielle ou totale de la vessie, radiothérapie, chimiothérapie ou immunothérapie (pour les cancers plus profonds et plus invasifs)

Les cancers qui n’infiltrent que la surface interne de la vessie peuvent être retirés entièrement au cours de la cystoscopie. Toutefois, d’autres cancers se développent généralement par la suite à l’intérieur de la vessie. Les médecins peuvent empêcher la récidive de ces cancers en plaçant à plusieurs reprises des médicaments anticancéreux (tels que la gemcitabine, le docétaxel ou la mitomycine C) ou le bacille de Calmette-Guérin (BCG, une substance qui stimule le système immunitaire de l’organisme) dans la vessie une fois que la totalité du cancer a été retirée.

Les cancers qui se sont développés au sein de la paroi vésicale ne peuvent pas être retirés en totalité par cystoscopie. Ils sont habituellement traités par ablation partielle ou totale de la vessie (cystectomie). Une chimiothérapie est généralement administrée avant l’ablation de la vessie, car il a été démontré qu’elle améliorait la survie par rapport à une cystectomie seule. La radiothérapie, seule ou en association avec une chimiothérapie, est utilisée pour tenter de guérir le cancer chez certaines personnes.

S’il est nécessaire de retirer la totalité de la vessie, les médecins doivent concevoir une méthode pour l’écoulement de l’urine. La méthode habituelle a été de détourner l’urine vers une ouverture (stomie) pratiquée dans la paroi abdominale à travers un passage réalisé à partir de l’intestin, appelé une anse intestinale (conduit). L’urine est ensuite recueillie dans une poche externe.

Urticaire
VIDÉO

Plusieurs méthodes alternatives de dérivation de l’urine deviennent de plus en plus fréquentes et appropriées pour de nombreuses personnes. Ces méthodes peuvent être classées en deux groupes : les néo-vessies orthotopiques et les dérivations urinaires continentes. Dans les deux cas, un réservoir interne pour l’urine est pratiqué en utilisant l’intestin.

Dans une néo-vessie orthotopique, le réservoir est relié à l’urètre. Les personnes apprennent à le vider en relâchant les muscles du plancher pelvien et en augmentant la pression à l’intérieur de l’abdomen, de telle sorte que l’urine passe à travers l’urètre de manière presque naturelle. La plupart des personnes sont continentes pendant le jour, mais quelques pertes d’urine peuvent se produire la nuit.

Dans la dérivation urinaire continente, le réservoir est relié à une stomie au niveau de la paroi abdominale. L’utilisation d’un sachet collecteur n’est pas nécessaire, puisque l’urine reste dans le réservoir jusqu’à ce que les personnes le vident, à intervalles réguliers pendant la journée, par la mise en place d’un cathéter au travers de la stomie dans le réservoir. La plus commune de ces poches, appelée poche d’Indiana, est fabriquée avec une partie du côlon.

Un cancer qui s’est propagé au-delà de la vessie et qui a atteint les ganglions lymphatiques ou d’autres organes est traité par chimiothérapie. Plusieurs associations médicamenteuses différentes sont efficaces contre ce type de cancer, en particulier lorsque la propagation est confinée aux ganglions lymphatiques. Une cystectomie ou une radiothérapie Radiothérapie pour le cancer , y compris une radiothérapie externe, peuvent être proposées aux personnes qui répondent bien à la chimiothérapie. Cependant, un nombre relativement limité de personnes guérit. Pour les personnes qui ne guérissent pas, les efforts sont orientés vers le soulagement de la douleur (voir Symptômes d’une maladie mortelle Symptômes d’une maladie mortelle ) et les problèmes de fin de vie.

Cancer de la vessie
VIDÉO
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE
AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
iOS ANDROID
iOS ANDROID
iOS ANDROID
HAUT