Le Manuel MSD

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Aspergillose bronchopulmonaire allergique

Par

Victor E. Ortega

, MD, PhD, Mayo Clinic Arizona;


Frank Genese

, DO, Wake Forest School of Medicine

Dernière révision totale août 2019| Dernière modification du contenu août 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle

L’aspergillose bronchopulmonaire allergique est une réaction pulmonaire allergique à un type de champignon (le plus souvent Aspergillus fumigatus) chez certaines personnes atteintes d’asthme ou de mucoviscidose.

  • Les personnes peuvent développer une toux et un sifflement, et ont parfois de la fièvre ou produisent des expectorations mouchetées de sang.

  • Les médecins ont recours à la radiographie du thorax, aux analyses de sang et aux tests cutanés pour établir un diagnostic.

  • Des médicaments utilisés dans le traitement de l’asthme, particulièrement les corticoïdes, sont généralement administrés.

  • Malgré un traitement efficace, les symptômes peuvent réapparaître régulièrement.

  • Si elle n’est pas contrôlée, une atteinte chronique des poumons peut se développer.

Le champignon Aspergillus fumigatus prolifère dans le sol, la végétation en décomposition, les aliments, les poussières et l’eau. Un sujet qui inhale les moisissures peut se sensibiliser et développer une réaction allergique chronique. D’autres champignons, notamment Penicillium, Candida, Curvularia et Helminthosporium, peuvent provoquer une maladie identique. Chez certaines personnes, les effets de la réaction allergique se combinent aux effets du champignon pour léser les voies respiratoires et les poumons.

L’aspergillose bronchopulmonaire allergique est différente de la pneumonie Présentation de la pneumonie La pneumonie est une infection des alvéoles (petites cavités pulmonaires) et des tissus environnants. La pneumonie est l’une des causes de décès les plus fréquentes au monde. Souvent, la pneumonie... en apprendre davantage Présentation de la pneumonie . La pneumonie est une infection pulmonaire qui est généralement provoquée par des bactéries, des virus, et la plupart des champignons. Dans l’aspergillose bronchopulmonaire allergique, au contraire, le champignon n’envahit pas le tissu pulmonaire, mais le détruit directement. Le champignon colonise le mucus des voies respiratoires chez les personnes asthmatiques Asthme L’asthme est un état dans lequel les voies respiratoires diminuent de diamètre (en général de façon réversible) en réponse à certains stimuli. Parmi les symptômes les plus fréquents figurent... en apprendre davantage Asthme ou atteintes de mucoviscidose La mucoviscidose La mucoviscidose est une maladie héréditaire qui se caractérise par la production de sécrétions anormales par certaines glandes, ce qui entraîne des dommages au niveau des tissus et des organes... en apprendre davantage (qui ont les unes comme les autres tendance à produire des quantités élevées de mucus) et provoque une inflammation pulmonaire allergique récidivante. Les petits sacs d’air pulmonaires (alvéoles) se remplissent en majorité d’amas d’éosinophiles (une classe de globules blancs). En outre, il existe une augmentation des cellules productrices de mucus. Si la maladie a provoqué des lésions importantes, l’inflammation peut aboutir à la dilatation permanente des voies respiratoires centrales, une affection appelée bronchectasie Bronchectasie La bronchectasie est un élargissement (dilatation) irréversible d’une portion des voies respiratoires (bronches), dues à des lésions des parois des voies respiratoires. La cause la plus courante... en apprendre davantage . Enfin, les poumons peuvent se fibroser.

D’autres formes d’aspergillose Aspergillose L’aspergillose est une infection causée par le champignon Aspergillus qui touche généralement les poumons. Une boule formée de fibres fongiques, de caillots sanguins et de globules blancs peut... en apprendre davantage Aspergillose peuvent apparaître. Aspergillus peut envahir les poumons et provoquer une pneumonie grave chez les personnes immunodéprimées. Il s’agit dans ce cas d’une infection, et non d’une réaction allergique. Dans d’autres cas, Aspergillus peut former des boules fongiques (aspergillomes) dans les cavités ou les kystes pulmonaires formés par une autre maladie comme la tuberculose Tuberculose La tuberculose est une maladie infectieuse contagieuse chronique provoquée par une bactérie présente dans l’air, Mycobacterium tuberculosis. Elle affecte généralement les poumons. La tuberculose... en apprendre davantage Tuberculose , et une hémorragie sévère peut en résulter.

Symptômes

Les premiers signes d’une aspergillose bronchopulmonaire allergique sont habituellement des symptômes d’asthme, comme des sifflements, une toux, une dyspnée et une légère fièvre. Les symptômes ont tendance à devenir progressivement plus sévères, sauf la fièvre. La personne ressent habituellement un malaise général. L’appétit peut diminuer. Des crachats en amas de couleur brunâtre peuvent apparaître lors de la toux.

Diagnostic

  • Radiographies ou TDM du thorax

  • Examen d’un échantillon d’expectorations

  • Analyses de sang

Des radiographies répétées du thorax montrent des zones d’aspect semblable à la pneumonie mais elles semblent persister ou migrer vers de nouvelles zones adjacentes, le plus souvent vers les sommets des poumons. Chez les personnes qui souffrent d’aspergillose bronchopulmonaire allergique de longue durée, les radiographies ou la tomodensitométrie (TDM) du thorax peuvent montrer une dilatation des voies respiratoires, souvent obstruées par du mucus.

On peut observer le champignon lui-même et l’excès d’éosinophiles à l’examen d’un échantillon d’expectorations au microscope.

Les analyses de sang montrent une augmentation des taux d’éosinophiles et des anticorps spécifiques dirigés contre Aspergillus. Le taux d’immunoglobuline E (anticorps) dans le sang est également mesuré, parce que des taux élevés d’IgE sont souvent le signe d’une réponse allergique.

Un test cutané peut indiquer si la personne est allergique à Aspergillus. Cependant, l’examen ne distingue pas entre l’aspergillose bronchopulmonaire allergique et une simple allergie à Aspergillus. Il se peut que des personnes asthmatiques présentent une simple allergie à Aspergillus.

Traitement

  • Médicaments utilisés dans le traitement de l’asthme

  • Parfois un médicament antifongique

Aspergillus étant présent dans de nombreux endroits de l’environnement, il est difficile de l’éviter. Des médicaments pour traiter l’asthme, particulièrement des corticoïdes, sont utilisés dans le traitement de l’aspergillose bronchopulmonaire allergique (voir le tableau Médicaments utilisés dans le traitement de l’asthme Médicaments prévenant et traitant l’asthme Les médicaments permettent à la plupart des asthmatiques de mener une vie relativement normale. La majorité des médicaments administrés pour traiter une crise d’asthme peuvent être utilisés... en apprendre davantage Médicaments prévenant et traitant l’asthme ).

On peut recourir à des médicaments (bronchodilatateurs) qui dilatent les voies respiratoires, ce qui facilite l’émission d’amas de mucus par la toux et l’évacuation du champignon. Un corticoïde comme la prednisone, pris initialement à fortes doses puis à long terme à doses plus faibles, peut prévenir les lésions pulmonaires évolutives. La plupart des spécialistes recommandent une corticothérapie par voie orale. Les corticoïdes inhalés ne se sont pas avérés efficaces dans cette pathologie.

Le médicament antimycosique itraconazole est parfois utilisé en plus des corticoïdes pour aider à éliminer le champignon du poumon.

Comme cette pathologie pulmonaire peut s’aggraver progressivement sans provoquer de changements notables dans les symptômes, des radiographies du thorax, des épreuves fonctionnelles respiratoires Épreuves fonctionnelles respiratoires Les épreuves fonctionnelles respiratoires évaluent la capacité des poumons à retenir l’air, à faire entrer et sortir l’air et à absorber l’oxygène. Les épreuves fonctionnelles respiratoires... en apprendre davantage Épreuves fonctionnelles respiratoires , des mesures des taux d’éosinophiles dans le sang et des mesures des anticorps IgE doivent être régulièrement pratiquées. En général, lorsque la maladie est bien contrôlée, le taux des anticorps et des éosinophiles diminue, mais la remontée des concentrations peut être un signe précoce d’exacerbation.

Le traitement inclut une prise en charge minutieuse de l’asthme ou de la mucoviscidose. En outre, comme l’utilisation à long terme de corticoïdes peut accroître le risque de cataractes, diabète et ostéoporose, les médecins surveillent étroitement les personnes souffrant d’aspergillose bronchopulmonaire allergique qui doivent prendre des corticoïdes pendant de longues périodes.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Testez vos connaissances
Pneumonie nosocomiale et pneumonie associée aux soins de santé
Lequel des groupes suivants est le plus à risque de contracter une pneumonie ?
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
HAUT