Le Manuel MSD

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Galactorrhée

Par

John D. Carmichael

, MD, Keck School of Medicine of the University of Southern California

Dernière révision totale mars 2021| Dernière modification du contenu mars 2021
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
Ressources du sujet

La galactorrhée est un écoulement de lait chez les hommes ou les femmes en dehors de l’allaitement.

  • La cause de galactorrhée la plus fréquente est la surproduction de l’hormone prolactine (hyperprolactinémie) due à une tumeur hypophysaire.

  • L’hyperprolactinémie peut entraîner une galactorrhée, c’est-à-dire une production de lait inattendue, et une stérilité chez les hommes et les femmes.

  • Le diagnostic est basé sur des dosages de la prolactine.

  • Des examens d’imagerie peuvent être pratiqués pour rechercher une cause.

  • Lorsque les médicaments ne parviennent pas à eux seuls à contrôler la production de prolactine ou à rétrécir la tumeur, une intervention chirurgicale ou parfois une radiothérapie peuvent être pratiquées.

Dans les deux sexes, la cause de galactorrhée la plus fréquente est une tumeur de l’hypophyse Présentation de l’hypophyse L’hypophyse est une glande de la taille d’un petit pois, contenue dans une structure osseuse (selle turcique) située à la base du cerveau. La selle turcique protège l’hypophyse, mais ne laisse... en apprendre davantage sécrétant de la prolactine (prolactinome). La prolactine est une hormone qui stimule la production de lait par les seins.

En général, les prolactinomes sont de très petite taille au moment du diagnostic ; Cependant, ils tendent à être plus grands chez les hommes que chez les femmes, peut-être parce que leur expression clinique peut être plus tardive. Les tumeurs situées juste au-dessus de l’hypophyse qui ne produisent pas de prolactine peuvent augmenter la sécrétion de prolactine si elles compriment la tige de l’hypophyse. La compression de la tige peut empêcher l’hormone dopamine d’atteindre l’hypophyse, où elle agit normalement pour diminuer la production de prolactine.

Le saviez-vous ?

  • La galactorrhée touche les hommes et les femmes.

Symptômes de la galactorrhée

Bien que la production inattendue de lait puisse être le seul symptôme d’un prolactinome, de nombreuses femmes n’ont plus de cycles menstruels (aménorrhée Absence de règles L’absence de règles est appelée aménorrhée. L’aménorrhée est normale dans les circonstances suivantes : Avant la puberté Pendant la grossesse Pendant l’allaitement en apprendre davantage ) ou ont des règles moins fréquentes. Les femmes atteintes de prolactinomes ont souvent des taux d’œstrogènes bas, ce qui peut entraîner une sécheresse vaginale rendant les rapports sexuels désagréables. Certaines femmes (et rarement, des hommes) sont stériles. Environ deux tiers des hommes qui ont un prolactinome n’ont plus de désir sexuel (baisse de la libido Baisse de la libido chez l’homme La baisse de la libido est une diminution du désir sexuel. Des causes probables incluent des facteurs psychologiques (tels que la dépression, l’anxiété ou des problèmes relationnels), des médicaments... en apprendre davantage ) et présentent une dysfonction érectile Dysfonction érectile (DE) La dysfonction érectile (DE) est l’incapacité à atteindre ou maintenir une érection satisfaisante en vue d’un rapport sexuel. (Voir aussi Présentation de la dysfonction sexuelle chez les hommes... en apprendre davantage . Certaines femmes présentent également une baisse de la libido et un hirsutisme (pilosité excessive sur le visage et le corps).

Diagnostic de la galactorrhée

  • Mesure du taux de prolactine sanguine

  • Tomodensitométrie ou imagerie par résonance magnétique

En général, le diagnostic est suspecté chez les femmes dont les cycles menstruels sont diminués ou absents, ou si un écoulement de lait (galactorrhée) sans cause évidente apparaît. Chez les hommes, le diagnostic est également suspecté en cas de baisse de libido et de diminution du taux de testostérone dans le sang, particulièrement en cas de sécrétion de lait.

Un excès de prolactine dans le sang confirme le diagnostic.

Une tomodensitométrie Tomodensitométrie (TDM) Dans la tomodensitométrie (TDM), anciennement appelée tomographie axiale calculée par ordinateur (TACO), la source et le détecteur de rayons X effectuent une rotation autour des personnes. Dans... en apprendre davantage Tomodensitométrie (TDM) (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique Imagerie par résonance magnétique (IRM) L’imagerie par résonance magnétique (IRM) utilise un champ magnétique puissant et des ondes radio de très haute fréquence pour produire des images de haute résolution. L’IRM n’utilise pas de... en apprendre davantage Imagerie par résonance magnétique (IRM) (IRM) sont réalisées pour chercher un prolactinome ou une autre tumeur près de l’hypophyse. Si aucune tumeur n’est détectée et en l’absence d’une autre cause d’excès de prolactine (telle que la prise de médicaments), la cause la plus probable, surtout chez les femmes, reste une tumeur hypophysaire. Dans ce cas, la tumeur est probablement trop petite pour être visualisée.

En cas de prolactinome de grande taille à l’imagerie, un ophtalmologiste contrôlera le champ visuel des personnes afin de rechercher un effet éventuel sur sa vision.

Traitement de la galactorrhée

  • Médicaments pour bloquer la production de prolactine

  • Parfois, chirurgie ou radiothérapie

Il est possible d’administrer des agonistes de la dopamine, substance chimique présente dans le cerveau qui inhibe la production de prolactine, tels que la bromocriptine et la cabergoline. Ces médicaments se prennent par voie orale et ne sont efficaces que durant le traitement ; Cependant, des études ont montré qu’environ 20 à 25 % des personnes pouvaient arrêter de prendre ces médicaments en toute sécurité après 3 ans de traitement.

Dans la plupart des cas, ces médicaments diminuent suffisamment le taux de prolactine pour permettre une reprise des cycles menstruels, arrêter la galactorrhée (chez les hommes et les femmes) et augmenter les taux d’œstrogènes chez les femmes et de testostérone chez les hommes. Les médicaments sont souvent capables de restaurer la fertilité. En général, ils entraînent aussi une régression du volume tumoral avec une amélioration des troubles visuels.

Bien que la chirurgie traite aussi efficacement les petits prolactinomes, on n’y a pas recours en première intention, car les médicaments sont bien tolérés, efficaces et faciles d’utilisation.

Quand le taux de la prolactine n’est que modérément élevé et que la TDM ou l’IRM ne montre qu’un prolactinome de petite taille, voire aucune anomalie, on peut recommander de ne pas traiter. Cette recommandation est probablement appropriée chez les femmes qui n’ont pas de problème de fertilité en résultat du taux de prolactine élevé, dont les cycles menstruels sont réguliers et qui ne sont pas gênées par la galactorrhée, ainsi que chez les hommes dont le taux de testostérone n’est pas faible. Des taux faibles d’œstrogènes accompagnent en général l’aménorrhée et augmentent le risque d’ostéoporose Ostéoporose L’ostéoporose est une pathologie caractérisée par une réduction de la densité des os, ce qui les fragilise et les rend plus sujets aux fractures. Le vieillissement, le déficit en œstrogènes... en apprendre davantage Ostéoporose chez les femmes. Un taux de testostérone bas augmente le risque d’ostéoporose Ostéoporose L’ostéoporose est une pathologie caractérisée par une réduction de la densité des os, ce qui les fragilise et les rend plus sujets aux fractures. Le vieillissement, le déficit en œstrogènes... en apprendre davantage Ostéoporose chez les hommes.

Contre les effets des taux d’œstrogènes bas secondaires à un prolactinome, on peut administrer des œstrogènes ou un contraceptif oral qui contient des œstrogènes aux femmes qui présentent un prolactinome de petite taille et n’ont pas de désir de grossesse. Bien que le traitement par œstrogènes ne semble pas stimuler le développement des prolactinomes de petite taille, la plupart des spécialistes recommandent de faire annuellement une TDM ou une IRM pendant au moins 2 ans, afin de s’assurer que la tumeur n’a pas grossi de manière significative.

Les médecins traitent en général les personnes qui ont des tumeurs de plus grande taille avec des médicaments similaires à la dopamine (agonistes de la dopamine), comme la bromocriptine ou la cabergoline, ou par chirurgie. Si les médicaments réduisent les taux de prolactine et que les symptômes disparaissent, l’intervention peut être évitée. Ces médicaments sont généralement sûrs, mais la formation d’un excès de tissu conjonctif (fibrose) dans les valvules cardiaques et une fuite de sang au niveau des valves ont été rapportées lorsqu’ils étaient utilisés dans le traitement de la maladie de Parkinson à des doses bien plus élevées que celles utilisées dans le traitement de l’hyperprolactinémie. Les études suivantes menées chez des personnes traitées avec des doses utilisées pour les prolactinomes ne montrent pas le même impact sur les valvules cardiaques.

Même lorsque la chirurgie est nécessaire, des agonistes de la dopamine peuvent être administrés pour aider à réduire la taille de la tumeur avant l’opération. Ils sont souvent administrés après l’intervention parce qu’il est rare que la chirurgie guérisse complètement un adénome à prolactine de grande taille. Parfois, les prolactinomes rétrécissent et sécrètent moins de prolactine, de sorte que les agonistes de la dopamine peuvent être arrêtés sans que le taux de prolactine augmente à nouveau. Il est plus fréquent de pouvoir arrêter la prise des agonistes de la dopamine chez les personnes atteintes de tumeurs de petite taille et chez les femmes après la grossesse.

La radiothérapie est parfois nécessaire, comme pour les autres tumeurs hypophysaires, en cas d’échec du traitement médical ou chirurgical.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Testez vos connaissances
Alcalose
Une alcalose métabolique se développe lors d’une perte excessive d’acides ou d’un gain excessif de bases dans l’organisme. Parmi les types de médicaments suivants, duquel peut découler la perte d’une quantité suffisante de potassium pouvant causer une alcalose métabolique ?
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
HAUT