Le Manuel MSD

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Saignements vaginaux

Par

David H. Barad

, MD, MS, Center for Human Reproduction

Examen médical mai 2022
AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE
Les faits en bref
Ressources du sujet

Tout saignement vaginal est considéré comme anormal s’il survient

  • Avant la puberté

  • Entre les règles

  • Pendant la grossesse

  • Après la ménopause (12 mois ou plus après les dernières règles)

Chez la femme en âge de procréer, le saignement vaginal se produit normalement dans le cadre des règles. Toutefois, les règles sont considérées comme anormales si elles

  • Deviennent trop abondantes (saturation de 1 ou 2 tampons par heure)

  • Durent trop longtemps (plus de 7 jours)

  • Se produisent trop fréquemment (généralement à moins de 21 jours d’intervalle)

  • Ne se produisent pas assez fréquemment (généralement à plus de 90 jours d’intervalle)

Généralement, les menstruations durent de 3 à 7 jours et surviennent tous les 21 à 35 jours. Chez les adolescentes, l’intervalle entre les règles varie et peut aller jusqu’à 45 jours.

Des saignements vaginaux peuvent survenir en début Saignements vaginaux en début de grossesse et en fin Saignements vaginaux en fin de grossesse de grossesse. Ils peuvent être causés par des troubles (complications) liés à la grossesse.

Le vagin
VIDÉO

Des saignements excessifs ou prolongés, quelle qu’en soit la cause, peuvent provoquer une carence en fer Carence en fer , une anémie Présentation de l’anémie et parfois une chute dangereuse de la tension artérielle (choc Choc ).

Causes des saignements vaginaux

Le saignement vaginal peut être dû aux causes suivantes :

Causes fréquentes

Les causes éventuelles des saignements vaginaux dépendent de l’âge de la femme.

Les petites filles après la naissance peuvent produire une toute petite quantité de saignement vaginal. Avant la naissance, elles absorbent des œstrogènes par le biais du placenta de la mère. Après la naissance, ces taux élevés d’œstrogènes diminuent rapidement, provoquant parfois un léger saignement pendant les 2 premières semaines de vie.

Pendant l’enfance, tout saignement vaginal est rare et anormal. Lorsqu’il se produit, il est le plus souvent causé par :

Chez la femme en âge de procréer, la cause la plus courante est la suivante :

Un saignement utérin dû à un dysfonctionnement ovulatoire survient lorsque le contrôle hormonal des règles Présentation des troubles menstruels change et que la muqueuse utérine est évacuée de manière irrégulière. Cela est plus probable chez les adolescentes (dont les règles viennent juste de commencer) ou chez les femmes approchant la cinquantaine (lorsque leurs règles sont sur le point de s’arrêter).

Les autres causes courantes de saignement vaginal chez la femme en âge de procréer comprennent

Après la ménopause Ménopause Ménopause , la cause la plus courante est :

  • Amincissement lié à l’âge de la paroi du vagin (autrefois appelé vaginite atrophique) ou de l’utérus (élément du syndrome génito-urinaire de la ménopause)

Causes moins fréquentes

Le cancer du col de l’utérus Cancer du col de l’utérus Cancer du col de l’utérus , le cancer vaginal Cancer du vagin ou le cancer de la muqueuse utérine Cancer de l’utérus Cancer de l’utérus (cancer endométrial) peuvent aussi provoquer des saignements, généralement après la ménopause. Le cancer n’est pas une cause fréquente chez la femme en âge de procréer.

Certains troubles hormonaux (comme l’ hypothyroïdie Hypothyroïdie Hypothyroïdie ) sont une cause de saignement moins fréquente.

Les règles excessivement abondantes peuvent être le premier signe d’un trouble hémorragique Saignement dû à des troubles de la coagulation .

Les petites filles peuvent présenter des anomalies hormonales qui provoquent un démarrage trop précoce de la puberté, un trouble appelé puberté précoce Puberté précoce . Chez ces petites filles, les règles commencent, les seins se développent et les poils pubiens et axillaires apparaissent trop tôt.

Dans de rares cas, les saignements sont provoqués par une tumeur ou une blessure résultant d’une maltraitance non suspectée.

Évaluation des saignements vaginaux

Les médecins commencent par déterminer si la cause du saignement vaginal est une affection grave ou potentiellement mortelle (telle que la rupture d’une grossesse extra-utérine Grossesse extra-utérine ) et si le saignement est excessif, ce qui peut provoquer un choc.

Les médecins vérifient l’existence d’une grossesse chez toutes les femmes en âge de procréer.

Signes avant-coureurs

Chez les femmes souffrant de saignements vaginaux, certaines caractéristiques sont préoccupantes :

  • Saignement excessif

  • Perte de conscience, faiblesse, vertiges, transpiration et peau froide, difficulté à respirer, pouls faible et rapide (qui est le signe d’un choc Choc )

  • Saignement qui se produit avant le début des règles (avant la puberté) et après la fin des règles (après la ménopause)

  • Saignements pendant la grossesse

  • Chez les enfants, difficulté à marcher ou à s’asseoir, ecchymoses ou déchirures autour des organes génitaux, de l’anus ou de la bouche, et/ou pertes vaginales ou démangeaisons (qui peuvent être des signes d’abus sexuels)

Un saignement est considéré comme excessif si l’une des situations suivantes se produit :

  • Les femmes perdent plus d’une tasse de sang.

  • Saturation de plus d’un tampon ou serviette par heure pendant quelques heures.

  • Le sang contient de gros caillots sanguins.

Quand consulter un médecin

Les femmes présentant la plupart des signes avant-coureurs doivent consulter un médecin immédiatement, ainsi que celles ayant de gros caillots ou des amas de tissus dans le sang ou présentant des symptômes de trouble hémorragique. Les symptômes d’une maladie hémorragique comprennent la propension à développer des ecchymoses, des saignements excessifs lors du brossage des dents ou après de légères coupures, et des éruptions de petits points rouges ou de taches rouges plus étendues (indiquant un saignement sous la peau). Toutefois, si le seul signe avant-coureur est le saignement vaginal avant la puberté ou après la ménopause, il n’est pas grave d’attendre une semaine avant de consulter.

Les femmes sans signes avant-coureurs doivent programmer une visite lorsqu’elles le pourront, mais un délai de quelques jours ne pose aucun problème.

Si le saignement vaginal continue chez les nouveau-nés pendant plus de quelques jours, ou s’il est important ou malodorant, il faut consulter un médecin.

Que fait le médecin

Le médecin commence par poser des questions à la patiente (ou à son soignant) concernant ses symptômes et ses antécédents médicaux. Le médecin réalise ensuite un examen clinique. Les observations faites par les médecins pendant le relevé des antécédents et l’examen clinique les aiguillent souvent sur la cause des saignements et les examens complémentaires à réaliser le cas échéant (voir tableau Certaines causes et caractéristiques du saignement vaginal Certaines causes et caractéristiques du saignement vaginal Certaines causes et caractéristiques du saignement vaginal ).

Le médecin pose des questions sur les saignements :

  • Le nombre de serviettes ou de tampons utilisés par heure ou par jour

  • La durée des saignements

  • Quand ont-ils commencé ?

  • Le moment auquel ils surviennent par rapport aux règles et aux rapports sexuels

Il pose également des questions sur l’historique des règles de la femme :

  • L’âge auquel elle a eu ses premières règles

  • Leur durée

  • Leur abondance

  • La durée de l’intervalle entre les règles

  • Leur régularité

Le médecin demande à la femme si elle a déjà connu des épisodes précédents de saignements anormaux, si elle a souffert d’un trouble pouvant provoquer un saignement (fausse couche par exemple) ou si elle prend une pilule contraceptive ou tout autre traitement hormonal, ou d’autres médicaments pouvant provoquer des saignements excessifs (tels que des anticoagulants ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens [AINS]).

On lui demande si elle a constaté d’autres symptômes tels que des sensations de vertige, des douleurs abdominales et un saignement excessif après le brossage des dents ou une petite coupure.

L’examen clinique comprend un examen pelvien Examen pelvien Pour ce qui est du suivi gynécologique, la patiente doit choisir un spécialiste avec lequel elle se sent à l’aise pour discuter de sujets délicats, comme le sexe, la contraception, la grossesse... en apprendre davantage . Pendant l’examen, le médecin peut identifier des troubles du col de l’utérus, de l’utérus, du vagin, de la vulve ou de l’urètre chez les femmes de tout âge. Chez l’enfant, un examen général est d’abord réalisé pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’une puberté précoce Puberté précoce (en fonction de la présence de poils pubiens et du développement des seins), et un examen pelvien n’est réalisé que si nécessaire.

En l’absence de sang dans le vagin, un toucher rectal peut être réalisé pour déterminer si le saignement provient du tube digestif.

Tableau

Examens

Si la femme est en âge de procréer, le médecin procède toujours à :

  • Analyses d’urine ou de sang pour détecter une grossesse

Si le test de grossesse urinaire est négatif, mais que le médecin soupçonne tout de même une grossesse, un test de grossesse sanguin est effectué. Il consiste à mesurer le taux d’une hormone produite par le placenta, appelée gonadotrophine chorionique humaine (HCG). L’analyse de sang est plus précise que l’analyse d’urine dans le cas d’une grossesse très récente (inférieure à 5 semaines).

Les examens couramment pratiqués comprennent les suivants :

  • Analyses de sang afin d’évaluer les niveaux d’hormones thyroïdiennes

  • Si le saignement est abondant ou dure depuis longtemps, un hémogramme complet pour rechercher une anémie

D’autres analyses de sang sont effectuées en fonction de la maladie envisagée par le médecin. Par exemple, en cas de suspicion de trouble hémorragique, la capacité de coagulation est évaluée. Si un syndrome des ovaires polykystiques Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est suspecté, une analyse de sang visant à mesurer les taux d’hormones androgènes est effectuée.

L’échographie est souvent utilisée pour rechercher des anomalies des organes reproducteurs si la femme présente des facteurs de risque de cancer de l’endomètre ou si le médecin suspecte certains problèmes tels que des fibromes, des polypes ou une tumeur. Pour l’échographie, un appareil manuel à ultrasons est généralement inséré dans le vagin, mais il peut également être placé sur l’abdomen.

Si l’échographie détecte un épaississement de la muqueuse utérine (hyperplasie de l’endomètre), une hystéroscopie ou une hystérosonographie est effectuée à la recherche de petites excroissances dans l’utérus. Pour l’ hystéroscopie Hystéroscopie Il arrive parfois que les médecins recommandent des tests de dépistage ; ce sont des tests effectués afin de rechercher des troubles chez des personnes qui ne présentent pas de symptômes. Si... en apprendre davantage Hystéroscopie , une sonde optique est insérée dans l’utérus par le vagin. Pour l’ hystérosonographie Échographie avec instillation de solution saline Il arrive parfois que les médecins recommandent des tests de dépistage ; ce sont des tests effectués afin de rechercher des troubles chez des personnes qui ne présentent pas de symptômes. Si... en apprendre davantage Échographie avec instillation de solution saline , un liquide est injecté dans la cavité utérine durant l’échographie afin de détecter plus aisément d’éventuelles anomalies.

Si les résultats de ces examens ne sont pas normaux ou ne sont pas concluants, le médecin peut prélever un échantillon de tissu de la muqueuse utérine pour le faire analyser dans les cas suivants :

L’échantillon peut être obtenu par aspiration (par un petit tube) ou par curetage, une procédure appelée dilatation avec curetage Dilatation et curetage Il arrive parfois que les médecins recommandent des tests de dépistage ; ce sont des tests effectués afin de rechercher des troubles chez des personnes qui ne présentent pas de symptômes. Si... en apprendre davantage Dilatation et curetage (D et C). Chez les femmes ménopausées, l’échantillon est généralement prélevé par hystéroscopie, qui permet aux médecins de visualiser l’intérieur de l’utérus et de localiser l’anomalie.

D’autres examens peuvent être effectués, en fonction des maladies envisagées. Par exemple, une biopsie du col de l’utérus peut être effectuée pour déceler un cancer du col de l’utérus.

Si un saignement anormal n’est pas dû à l’une des causes habituelles, il peut être lié à des changements dans le contrôle hormonal du cycle menstruel.

Traitement des saignements vaginaux

Si la femme présente un saignement extrêmement important et une tension artérielle très basse, elle reçoit immédiatement des liquides par voie intraveineuse et des transfusions sanguines jusqu’à ce que la tension artérielle soit rétablie. Une laparoscopie ou une laparotomie est souvent nécessaire en cas d’urgence. Pour la laparoscopie, les médecins pratiquent une petite incision juste au-dessous du nombril et insèrent une sonde optique (laparoscope). La laparotomie nécessite de réaliser une grande incision dans l’abdomen. Les deux procédures permettent aux médecins de visualiser directement les organes pour rechercher des anomalies.

Si le saignement vaginal provient d’un trouble différent, il convient de traiter ce dernier lorsque cela est possible. Si le saignement provoque une carence en fer, des suppléments alimentaires contenant du fer sont administrés.

Des pilules contraceptives Médicaments Médicaments ou d’autres hormones peuvent être utilisées pour traiter les saignements utérins anormaux liés aux changements du contrôle hormonal du cycle menstruel.

Les polypes, fibromes, cancers et certaines tumeurs bénignes peuvent être chirurgicalement retirés de l’utérus.

Pour les femmes plus âgées : Saignements vaginaux

Les saignements après la ménopause (qui surviennent plus de 12 mois après les dernières règles) sont relativement fréquents, mais ils sont toujours considérés comme anormaux. Un tel saignement peut indiquer un trouble précancéreux (tel qu’un épaississement de la paroi utérine) ou un cancer. Par conséquent, si de tels saignements surviennent, les femmes plus âgées doivent consulter rapidement un médecin, afin d’écarter l’hypothèse d’un cancer ou de le traiter immédiatement.

Les femmes plus âgées doivent consulter un médecin rapidement en cas de :

  • Saignements vaginaux quels qu’ils soient

  • Pertes de couleur rose ou marron, avec éventuellement un peu de sang

Toutefois, les saignements qui suivent la ménopause peuvent avoir de nombreuses autres causes.

La cause la plus fréquente est :

  • Amincissement de la muqueuse utérine ou de la paroi du vagin (syndrome génito-urinaire de la ménopause)

D’autres causes incluent :

  • Prise d’œstrogènes ou d’autres traitements hormonaux, en particulier à l’arrêt du traitement

  • Polypes dans le col de l’utérus ou l’utérus

  • Fibromes

  • Infections

Les tissus du vagin sont parfois fins et secs, l’examen de ce dernier peut donc être désagréable. Le médecin peut essayer d’utiliser un instrument plus petit (spéculum) pour rendre l’examen moins désagréable.

Points clés

  • Chez la femme en âge de procréer, la cause la plus courante des saignements vaginaux anormaux est la grossesse.

  • Chez les femmes qui ne sont pas enceintes, la cause la plus fréquente est un déséquilibre hormonal (dysfonctionnement ovulatoire), qui peut provoquer un saignement utérin anormal.

  • Le saignement utérin anormal résulte d’un changement du contrôle hormonal du cycle menstruel qui empêche les ovaires de libérer un ovule.

  • Chez les petites filles, la cause est généralement l’introduction d’un corps étranger ou une blessure, mais parfois il peut s’agir d’abus sexuels.

  • Chez les femmes en âge de procréer, un test de grossesse est pratiqué, même chez celles qui ne pensent pas pouvoir être enceintes.

  • Si le saignement vaginal survient après la ménopause, une évaluation est nécessaire pour écarter l’hypothèse d’un cancer.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE
AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
iOS ANDROID
iOS ANDROID
iOS ANDROID
HAUT