Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Herpes zoster

(Zona; adénite postérieure aiguë)

Par

Kenneth M. Kaye

, MD, Brigham and Women’s Hospital, Harvard Medical School

Dernière révision totale oct. 2019| Dernière modification du contenu oct. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Ressources du sujet

Le zona (herpes zoster) est une infection qui apparaît lorsque le virus varicelle-zona à l'état latent se réactive dans un ganglion nerveux sensitif de la racine rachidienne postérieure. Les symptômes débutent habituellement par une douleur le long du dermatome atteint, suivie après 2 à 3 jours d'une éruption vésiculeuse qui est habituellement diagnostique. Le traitement comprend des antiviraux idéalement administrés dans les 72 h suivant l'apparition des lésions cutanées.

La varicelle et le zona (herpes zoster) sont provoqués par le virus varicelle-zona (herpèsvirus humain 3); la varicelle est la phase aiguë primaire de la maladie virale et zona (herpes zoster) est la réactivation du virus de la phase latente.

Le zona (herpes zoster) provoque une inflammation des ganglions de la racine sensorielle, la peau du dermatome associé et parfois, les cornes postérieures et antérieures de la substance grise, les méninges et les racines antérieures et postérieures. Le zona apparaît fréquemment chez le patient âgé ou en cas d'infection par le VIH et il est plus grave et plus fréquent chez le patient immunodéprimé car l'immunité à médiation cellulaire dans ces cas est diminuée. Il n'existe aucun précipitant efficace.

Symptomatologie

Une douleur lancinante, une sensation anormale se développe sur le site atteint, suivie après 2 à 3 jours d'une éruption, habituellement des poussées de vésicules sur une base érythémateuse. Le site est habituellement adjacent à 1 ou plusieurs dermatomes dans la région thoracique ou lombaire, bien que quelques lésions satellites puissent également apparaître. Les lésions sont généralement unilatérales et ne traversent pas la ligne médiane du corps. Le site est habituellement hyperesthésique et la douleur associée peut être intense. Les lésions continuent à se développer habituellement pendant 3 à 5 jours.

L'herpès zoster (zona) peut s'étendre à d'autres régions de la peau et à d'autres organes, en particulier chez un patient immunodéprimé.

Le zona géniculé (syndrome de Ramsay Hunt, zona (herpès zoster) auriculaire) résulte de l'atteinte du ganglion géniculé. On observe une douleur auriculaire, une paralysie faciale et parfois des vertiges. Des vésicules se développent dans le conduit auditif externe et le goût peut être perdu au niveau des 2/3 antérieurs de la langue.

Le zona (herpès zoster) ophtalmique résulte de l'atteinte du ganglion de Gasser, il est accompagné d'une douleur et d'une éruption vésiculeuse autour de l'œil et sur le front et au niveau du territoire V1 de la branche ophtalmique de la 5e (trigéminal) paire de nerfs crâniens. La pathologie oculaire peut être grave. La présence de vésicules au bout du nez (signe de Hutchinson) indique l'atteinte de la branche nasociliaire et ophtalmique et à plus haut risque de maladie oculaire grave. Cependant, l'atteinte oculaire peut survenir en l'absence de lésions sur la pointe du nez.

Le zona endobuccal est rare, mais peut entraîner une nette distribution unilatérale des lésions. Il n'apparaît aucun symptôme prodromique intra-oral.

Névralgie post-herpétique

Moins de 4% des patients qui font un herpès zoster (zona) auront une autre poussée. Cependant, de nombreux patients, particulièrement les personnes âgées, présentent une douleur persistante ou récurrente de la région atteinte (névralgie post-zostérienne) et qui peut persister des mois, des années, voire indéfiniment.

La douleur de la névralgie post-zostérienne peut être aiguë, intermittente ou permanente et parfois invalidante.

Diagnostic

  • Bilan clinique

Le zona (herpes zoster) est suspecté devant une éruption caractéristique et, parfois, même avant l'apparition de l'éruption si les patients ont des douleurs caractéristiques au niveau d'un dermatome. Le diagnostic est habituellement basé sur les éruptions qui sont pratiquement pathognomoniques.

Si le diagnostic est équivoque, un test de Tzanck mettant en évidence des cellules géantes multinucléées peut confirmer une infection mais le test de Tzanck est positif pour le zona (herpes zoster) et le virus herpes simplex. Le virus herpes simplex (HSV) peut produire des lésions presque identiques, mais à la différence du zona (herpes zoster), il tend à récidiver et n'est pas localisé au niveau d'un dermatome. Les virus peuvent être différenciés par culture ou par Polymerase Chain Reaction (PCR). La détection antigénique provenant d'une biopsie peut être utile.

Traitement

  • Traitement symptomatique

  • Antiviraux (acyclovir, famciclovir, valacyclovir), en particulier, chez les patients immunodéprimés

Les compresses humides ont un effet sédatif, mais souvent des antalgiques systémiques sont nécessaires.

Pour le traitement du zona (herpes zoster) ophtalmique, il convient de consulter un ophtalmologiste. Pour le traitement du zona (herpes zoster) auriculaire, il convient de consulter un otorhinolaryngologiste.

Thérapie antivirale

Un traitement par antiviraux oraux diminue la gravité et la durée de la phase aiguë de l'éruption et la fréquence des complications sévères chez le patient immunodéprimé; il peut réduire l'incidence de la névralgie post-herpétique.

Le traitement de l'herpes zoster doit débuter dès que possible, idéalement pendant la phase prodromique et risque d'être inefficace s'il est administré > 72 heures après l'apparition des lésions cutanées, en particulier en l'absence de lésions nouvellement formées. Le famciclovir 500 mg 3 fois/jour pendant 7 jours et le valacyclovir 1 g 3 fois/jour pendant 7 jours ont une meilleure biodisponibilité en administration orale que l'acyclovir, et donc en cas de zona (herpes zoster), ils sont généralement préférés à l'acyclovir par voie orale 800 mg 5 fois/jour pendant 7 à 10 jours. Les corticostéroïdes ne diminuent pas l'incidence des névralgies post-herpétiques.

Dans le cas des patients moins sévèrement immunodéprimés, le famciclovir, le valacyclovir, ou l'acyclovir par voie orale (voir plus haut) sont une option raisonnable; le famciclovir et le valacyclovir sont préférés. Chez les patients sévèrement immunodéprimés, l'acyclovir est recommandé à la dose de 10 à 15 mg/kg IV toutes les 8 h pendant 10 à 14 jours chez l'adulte et 10 à 20 mg/kg IV toutes les 8 h pendant 7 jours chez l'enfant de < 12 ans.

Bien que les données relatives de sécurité de l'acyclovir et du valacyclovir durant la grossesse soient rassurantes, la sécurité des traitements antiviraux pendant la grossesse n'est pas fermement établie. La varicelle congénitale pouvant résulter d'une varicelle maternelle mais rarement d'un zona maternel, le bénéfice potentiel du traitement des patientes enceintes doit l'emporter sur les risques possibles pour le fœtus. Les patientes enceintes qui ont une éruption cutanée sévère, une douleur sévère, ou un zona ophtalmique peuvent être traitées par le valacyclovir ou l'acyclovir, en particulier aux stades tardifs de la grossesse. L'utilisation de l'acyclovir pendant la grossesse est plus longue que celle du valacyclovir.

Prise en charge de la névralgie post-herpétique

La prise en charge de la névralgie post-zostérienne peut être particulièrement difficile. Les traitements comprennent la gabapentine, la prégabaline, les antidépresseurs cycliques, la pommade locale à la capsaïcine ou à la lidocaïne et l'injection de toxine botulique. Des antalgiques opiacés peuvent s'avérer nécessaires. Une administration par voie intrathécale de méthylprednisolone peut être utile.

Prévention

Un nouveau vaccin recombinant contre le zona est recommandé chez les adultes immunocompétents de ≥ 50 ans, qu'ils aient ou non eu un zona ou reçu un ancien vaccin vivant atténué; 2 doses sont administrées espacées de 2 à 6 mois, au moins 2 mois après le vaccin vivant atténué (pour plus d'informations, voir Recommendations of the Advisory Committee on Immunization Practices for Use of Herpes Zoster Vaccines). Le nouveau vaccin recombinant semble offrir une bien meilleure protection à long terme que l'ancien vaccin contre le zona à dose unique atténué vivant (qui est une version à plus forte dose du vaccin contre la varicelle). Chez l'adulte immunocompétent de ≥ 60 ans, le vaccin recombinant ou le vaccin vivant atténué sont recommandés, mais le vaccin recombinant est préféré. Des données concernant l'efficacité du vaccin recombinant chez les patients immunodéprimés sont publiées mais il n'y a actuellement aucune recommandation concernant son utilisation chez les patients immunodéprimés. Le vaccin vivant atténué est contre-indiqué chez les patients immunodéprimés.

Points clés

  • L'herpès zoster est provoqué par la réactivation d'un virus varicelle-zona (cause de la varicelle) après une phase de latence.

  • Une éruption cutanée douloureuse, habituellement des groupes de vésicules sur une base érythémateuse, se développe sur un ou plusieurs dermatomes adjacents.

  • Moins de 4% des patients auront un autre épisode de zona, mais beaucoup, en particulier les personnes âgées, présenteront une douleur persistante ou récidivante pendant des mois ou des années (névralgie post-herpétique).

  • Antiviraux (acyclovir, famciclovir, valacyclovir), en particulier, chez les patients immunodéprimés.

  • Des antalgiques sont souvent nécessaires.

  • Les adultes immunocompétents 50 ans doivent recevoir un vaccin recombinant contre le zona, qu'ils aient ou non contracté le zona.

Plus d'information

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Comment se laver les mains
Vidéo
Comment se laver les mains
Modèles 3D
Tout afficher
SARS-CoV-2
Modèle 3D
SARS-CoV-2

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT