Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Maladie des griffes du chat

(Maladie des griffes du chat)

Par

Larry M. Bush

, MD, FACP, Charles E. Schmidt College of Medicine, Florida Atlantic University;


Maria T. Vazquez-Pertejo

, MD, Wellington Regional Medical Center

Dernière révision totale févr. 2020| Dernière modification du contenu févr. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Ressources du sujet

La maladie des griffes du chat est due à la bactérie à Gram négatif Bartonella henselae. Les symptômes sont l'apparition d'une papule locale et d'une lymphadénite régionale. Le diagnostic est clinique et confirmé par la biopsie ou les tests sérologiques. Le traitement comprend l'application de chaleur localement, d'antalgiques et parfois des antibiotiques.

Le chat domestique, en particulier le chaton, est le principal réservoir de B. henselae. La prévalence des Ac contre B. henselae chez les chats aux États-Unis est de 14 à 50%.

Environ 99% des patients qui ont une maladie des griffes de chat rapportent un contact avec des chats, dont la plupart sont en bonne santé. On ne sait pas exactement où le microrganisme est localisé sur le chat; cependant, les périodes de bactériémie asymptomatique sont cycliques. L'infection se transmet à l'homme par morsure ou griffure. La puce du chat transmet l'infection aux chats et peut provoquer la maladie chez l'homme qui n'a pas été en contact avec les chats, bien que cette théorie ne soit pas démontrée. Les enfants sont plus souvent atteints.

Symptomatologie

Entre 3 à 10 jours après une griffure ou une morsure, le patient qui a une maladie des griffes du chat présente une papule érythémateuse croûteuse (rarement, une pustule) sur le site de la griffure. Une adénopathie régionale se développe dans les 2 semaines. Les ganglions sont initialement fermes et sensibles, mais deviennent ultérieurement fluctuants et peuvent se fistuliser. L'adénopathie peut être accompagnée de fièvre, d'une sensation de malaise, de céphalées et d'anorexie.

Des manifestations inhabituelles surviennent chez 11 à 12% des patients:

  • Syndrome oculo-glandulaire de Parinaud (conjonctivite associée à des ganglions pré-auriculaires palpables) dans 6% des cas

  • Manifestations neurologiques (encéphalopathie, convulsions, neurorétinite [provoque une perte de vision aiguë unilatérale], myélite, paraplégie, artérite cérébrale) dans 2% des cas

  • Granulomatose hépatosplénique dans < 1% des cas

Les patients peuvent également se présenter avec une fièvre d'origine inconnue. B. henselae est l'une des causes les plus fréquentes d'endocardite à culture négative, habituellement en cas d'antécédent de valvulopathie. Chez les patients immunodéprimés, B. henselae peut provoquer une angiomatose bacillaire et une péliose. Une maladie grave disséminée peut survenir dans le SIDA.

L'adénopathie s'amende généralement spontanément en 2 à 5 mois. La rémission totale est habituelle, sauf en cas d'atteintes neurologiques ou hépatospléniques graves, qui peuvent être mortelles ou entraîner des séquelles.

Diagnostic

  • Tests sérologiques en aigu et en convalescence ou réaction en chaîne par polymérase ( polymerase chain reaction, PCR)

  • Parfois, biopsie ganglionnaire

Le diagnostic de maladie des griffes du chat est typiquement confirmé par une sérologie positive des titres d'Ac (des tests sériques en phase aiguë et en phase de convalescence à 6 semaines d'intervalle sont recommandés) ou des tests PCR sur prélèvements provenant de ponctions ganglionnaires.

Une lymphadénopathie similaire pouvant être causée par d'autres infections (p. ex., une tularémie, une infection mycobactérienne, une brucellose, une infection fongique, une (lymphogranulomatose vénérienne [maladie de Nicolas-Favre]), des examens de recherche de ces microrganismes peuvent être effectués si le diagnostic de maladie des griffes du chat est incertain.

Une biopsie du ganglion lymphatique peut être effectuée si un cancer est suspecté ou si le diagnostic de la maladie des griffes du chat doit être confirmé. Le diagnostic est suggéré par des signes histopathologiques caractéristiques (p. ex., des granulomes suppurés) ou la détection des microrganismes par immunofluorescence.

Les patients immunodéprimés et les patients qui présentent des symptômes systémiques doivent également subir des hémocultures (qui nécessitent une incubation prolongée). Les ponctions ganglionnaires sont rarement positives. Cependant, Bartonella spp peut être isolé à partir de cultures de biopsies de ganglions lymphatiques. Des milieux de culture spéciaux sont souvent nécessaires.

Traitement

  • Chaleur locale et antalgiques

  • Parfois, antibiotiques chez les patients immunodéprimés

Le traitement de la maladie des griffes du chat chez le patient immunocompétent consiste en l'application locale de chaleur et des antalgiques pour cette maladie typiquement autolimitée. Lorsqu'un ganglion lymphatique est fluctuant, une aspiration à l'aiguille soulage habituellement les douleurs.

L'efficacité du traitement antibiotique est incertaine et il ne doit généralement pas être administré en cas d'infection localisée chez le patient immunocompétent. Cependant, l'azithromycine ou la doxycycline sont souvent administrés pour réduire les adénopathies et peut-être diminuer le risque d'extension systémique. Une fluoroquinolone, la rifampicine, la gentamicine, ou la doxycycline peuvent être utilisées en cas de bactériémies dans le SIDA. Un traitement prolongé (p. ex., quelques semaines à des mois) est habituellement nécessaire pour éradiquer une bactériémie. Souvent la sensibilité aux antibiotiques in vitro n'est pas corrélée avec les résultats cliniques.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Revue générale de COVID-19
Vidéo
Revue générale de COVID-19
Modèles 3D
Tout afficher
SARS-CoV-2
Modèle 3D
SARS-CoV-2

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT