Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Autres infections à arbovirus

Par

Thomas M. Yuill

, PhD, University of Wisconsin-Madison

Dernière révision totale mars 2020| Dernière modification du contenu mars 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients

Le terme d'arbovirus (arthropod-borne virus) s'applique à tout virus transmis aux humains et/ou à d'autres vertébrés par certains types d'arthropodes hématophages, principalement les insectes (mouches et moustiques) et arachnides (tiques).

Chikungunya

Le Chikungunya est une maladie fébrile aiguë suivie d'une polyarthrite plus chronique qui peut persister pendant des mois et des années. La mort est extrêmement rare.

Le chikungunya est transmis par les moustiques Aedes et est fréquent en Afrique, en Inde, Pakistan, Népal, sur l'île de Guam, en Asie du Sud-Est, en Nouvelle-Guinée, en Chine, au Mexique, Amérique du Sud et Centrale, dans les îles des Caraïbes, dans l'Océan Indien et l'Océan Pacifique et dans certaines régions d'Europe. Une transmission locale limitée a été identifiée en Floride, à Porto Rico et aux îles Vierges américaines.

La prévention du chikungunya consiste à éviter les piqûres de moustiques.

Maladie de Mayaro

Cette maladie semblable à la dengue est transmise par les moustiques. Elle est fréquente au Brésil, en Bolivie et dans un cas plus récent à Trinidad, ce qui suggère qu'il existe un risque de propagation dans d'autres régions des Amériques qui ont une population abondante d'Aedes aegypti.. Le virus Mayaro est un alphavirus de la famille des togavirus.

La prévention de la maladie de Mayaro consiste dans l'évitement des piqûres de moustiques.

Fièvre Oropouche

Le virus Oropouche est un bunyavirus du groupe Simbu.

Le virus Oropouche (OROV) est transmis à l'homme par Culicoides paraensis, une espèce de moucherons piqueurs (petits insectes volants) présents en Amérique du Sud et centrale et dans les Caraïbes.

La transmission du virus Oropouche (OROV) se déroule en 2 cycles:

  • Sauvage

  • Épidémique urbain

Dans le cycle sauvage, le réservoir de l'Oropouche (OROV) est constitué d'animaux sauvages (p. ex., primates, paresseux, certains arthropodes). Dans le cycle épidémique urbain, l'homme est le principal réservoir et le cycle d'infection est interhumain via le moucheron vecteur.

Le virus Oropouche (OROV) s'est rapproché des grandes villes brésiliennes et certains responsables de la santé publique estiment que le virus présente un potentiel épidémique important dans toutes les régions où il se manifeste. L'OMS recommande que la fièvre d'Oropouche soit incluse dans le diagnostic différentiel clinique des autres infections à arbovirus fébriles fréquentes (p. ex., chikungunya, dengue, fièvre jaune, Zika) (1).

Chez l'homme, la fièvre Oropouche ressemble à la dengue, provoquant une fièvre aiguë et une infection pouvant entraîner une méningite et une méningo-encéphalite.

Le traitement est un traitement de support.

Aucun vaccin n'est disponible. La prévention de la fièvre oropouche consiste dans l'évitement les piqûres de moucherons.

Encéphalite transmise par les tiques

L'encéphalite à tiques est causée par un flavivirus qui compte 3 sous-types: européen, sibérien et d'extrême-oriental.

L'encéphalite à tiques est transmise aux humains dans des zones focales s'étendant de l'est de la France au nord du Japon par la morsure de tiques à corps dur infectées, Ixodes ricinus en Europe et Ixodes persulcatus en Sibérie et en Extrême-Orient. Les tiques sont à la fois vectrice et réservoir de virus et les petits rongeurs sont les principaux hôtes amplificateurs. L'encéphalite à tiques peut également être contractée en ingérant des produits laitiers non pasteurisés (tels que le lait et le fromage) de chèvres, de moutons ou de vaches infectés.

Les cas surviennent du début du printemps à la fin de l'été, lorsque les tiques sont les plus actives. Initialement, une maladie pseudo-grippale légère se produit; la maladie disparaît généralement en quelques jours, mais environ 30% des patients développent des symptômes plus graves (p. ex., une méningite, une méningo-encéphalite). L'incidence est la plus élevée et la gravité de la maladie est plus grande chez les sujets de ≥ 50 ans.

L'encéphalite à tiques n'est pas une maladie à déclaration obligatoire aux États-Unis; cependant, le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) rapporte que 5 cas d'encéphalite à tiques sont survenus chez des voyageurs américains ayant voyagé en Europe et en Chine de 2000 à 2011 (2).

L'encéphalite à tiques doit être suspectée chez les voyageurs qui présentent les deux signes suivants:

  • Une maladie fébrile non spécifique qui évolue vers une maladie neuro-invasive dans les 4 semaines qui suivent l'arrivée dans une région endémique

  • Un risque d'exposition aux tiques

Le diagnostic de l'encéphalite à tiques est généralement posé sérologiquement par la détection d'anticorps IgM spécifiques dans le sang ou le LCR, qui apparaissent généralement seulement après l'apparition des manifestations neurologiques. Le virus de l'encéphalite à tiques peut parfois être détecté dans le sérum par isolement du virus ou par RT-PCR (reverse transcriptase polymerase chain reaction (RT-PCR) plus tôt au cours de la maladie avant que les titres d'anticorps aient augmenté.

Comme dans le cas d'autres méningoencéphalites virales, le traitement est symptomatique.

Bien qu'aucun vaccin contre l'encéphalite à tiques ne soit autorisé ou disponible aux États-Unis, il existe plusieurs vaccins contre l'encéphalite à tiques inactivés efficaces disponibles en Russie, en Europe et au Canada. La vaccination est recommandée aux sujets qui travaillent à l'extérieur ou qui pratiquent des activités récréatives dans les zones d'endémie et qui risquent d'être exposées aux tiques.

Virus Powassan

Aux États-Unis, l'encéphalite à tiques est principalement causée par le virus Powassan (POWV), un flavivirus antigéniquement apparenté au virus du Nil occidental, à l'encéphalite de St. Louis et aux virus de l'encéphalite à tiques. Les infections par le virus POWV (Powassan virus) ont été signalées principalement dans les États du nord-est et dans la région des Grands Lacs. Des infections à POWV (Powassan virus) chez l'homme ont également été signalées au sud-est du Canada et de la Russie (sud-est de la Sibérie, nord-est de Vladivostok).

Aux États-Unis, il existe 2 types de virus Powassan, tous deux liés à une maladie humaine:

  • Virus Powassan lignée (souche) 1: associé au tiques Ixodes cookei ou Ixodes marxi

  • Virus Powassan lignée (souche) 2 (parfois appelé virus de la tique du chevreuil): associé aux tiques Ixodes scapularis, la même tique qui propage la maladie de Lyme, l'anaplasmose et la babésiose

L'infection par la lignée 2 (souche) du Virus Powassan est plus fréquente que l'infection par la lignée 1 car les tiques I. cookei mordent rarement les humains.

La durée durant laquelle une tique infectée doit être attachée pour transmettre le POWV (Powassan virus) est probablement beaucoup plus courte (15 min) que celle nécessaire à la maladie de Lyme (24 à 48 h [3]).

Bien que rare, l'encéphalite à POWV (Powassan virus) semble augmenter depuis 2007. Un total de 144 cas d'infection par le virus Powassan ont été signalés aux États-Unis de 2009 à 2018, allant de 6 à 33 cas par an; la plupart (133) étaient des maladies neurologiques, entraînant 12 décès. Les cas surviennent de la fin du printemps à la mi-automne, lorsque les tiques sont les plus actives (4).

Dans les cas signalés d'infection par le virus Powassan, les séquelles neurologiques étaient fréquentes et la létalité était élevée (jusqu'à 10 à 15%). Cette morbidité et mortalité élevées peuvent résulter d'un biais de déclaration, car on sait que la séropositivité dans les régions endémiques est beaucoup plus fréquente que ne le sont les cas signalés, ce qui suggère qu'il existe des taux plus élevés d'infection asymptomatique.

L'infection par le virus Powassan doit être envisagé en cas d'encéphalite, en particulier lorsque le patient a des antécédents de morsure de tique ou passe beaucoup de temps à l'extérieur et vit ou a récemment voyagé dans une zone d'endémie. Le diagnostic est similaire à celui de l'encéphalite à tiques, avec des tests sérologiques pour détecter les anticorps IgM spécifiques du POWV dans le sérum ou le LCR et confirmés par des tests d'anticorps neutralisants sur des échantillons sériques en phase aiguë et de convalescence dans un laboratoire de santé publique ou du Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

Il n'y a pas de vaccin contre l'infection par le POWV (Powassan virus); le vaccin contre l'encéphalite à tiques disponible à l'extérieur des États-Unis est dirigé contre des flavivirus différents et, lorsque l'un de ces vaccins contre l'encéphalite à tiques a été testé sur des souris, il ne s'est pas avéré protecteur vis-à-vis du POWV (Powassan virus).

Les sujets à risque doivent utiliser des mesures de protection personnelle pour prévenir les morsures de tiques.

Autres virus transmis par les tiques

D'autres virus transmis par les tiques aux États-Unis sont

  • Virus Bourbon: ce virus a été isolé chez un seul patient décédé d'une défaillance multiviscérale dans le comté de Bourbon, au Kansas.

  • Heartland virus: depuis 2018, plus de 40 cas de maladie due au virus Heartland ont été signalés dans des États du Midwest et du Sud des États-Unis (5). L'infection par ce virus entraîne habituellement une maladie fébrile auto-limitée, non spécifique, qui peut être accompagnée d'une leucopénie. Une thrombopénie peut être présente et les transférases hépatiques peuvent être élevées. Un patient est décédé

  • Virus de la fièvre à tiques du Colorado: un coltivirus qui provoque la fièvre à tiques du Colorado. La fièvre à tique du Colorado a été diagnostiquée dans l'ouest des États-Unis et du Canada, entre 1200 et 3000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Il provoque une maladie fébrile non spécifique rarement compliquée par une méningite ou une encéphalite. Rarement, il est transmis par transfusion sanguine.

Virus du groupe de l'encéphalite de Californie

Les virus du sérogroupe California, dont le virus de l'encéphalite californienne, le virus La Crosse et le virus du Jamestown Canyon, font partie de la famille des Bunyaviridae. Ces virus sont transmis et entretenu par les moustiques Aedes et sont présents dans les Montagnes Rocheuses, l'Est des États-Unis, le Sud-est du Canada et l'Europe occidentale.

Les virus du sérogroupe de l'encéphalite de Californie provoquent des symptômes (p. ex., fièvre, somnolence, obnubilation, troubles neurologiques localisés, convulsions) principalement chez l'enfant, à l'exception du virus Jamestown Canyon, qui peut également toucher les adultes. L'atteinte du lobe temporal peut simuler une encéphalite herpétique; 20% des patients ont des troubles du comportement ou des crises récurrentes.

Aucun traitement n'est disponible.

Fièvre hémorragique d'Omsk et maladie de la forêt de Kyasanur

La fièvre hémorragique d'Omsk et la maladie de la forêt de Kyasanur sont transmises par les tiques ou par contact direct avec un animal infecté (p. ex., rongeur, singe). La fièvre hémorragique d'Omsk est due à un flavivirus; elle est présente en Russie, dont la Sibérie. La maladie de la forêt de Kyasanur, également due à un flavivirus, est observée en Inde.

La fièvre hémorragique d'Omsk et la maladie de la forêt de Kyasanur sont des maladies fébriles aiguës accompagnées de diathèse hémorragique, d'une PA basse, d'une leucopénie et d'une thrombopénie; certains patients développent une encéphalite au cours de la 3e semaine. Le taux de létalité est < 3% dans le cas de la fièvre hémorragique d'Omsk et de 3 à 5% dans le cas de la maladie de la forêt de Kyasanur (6, 7).

La prévention consiste à éviter les morsures de tiques et des animaux infectés. Un vaccin contre le virus de la fièvre Kyasanur est produit en Inde.

Fièvre de la vallée du Rift

Fièvre de la vallée du Rift, provoquée par un phlebovirus, se propage par le biais des moustiques et peut être transmise par les éléments suivants:

  • Par contact direct ou indirect avec du sang ou des organes d'animaux infectés (p. ex., lors de l'abattage, des découpes en boucherie ou des activités vétérinaires)

  • Inhalation d'aérosols infectés

  • Ingestion de lait cru provenant d'animaux infectés

Les œufs provenant de moustiques infectés par le virus Aedes peuvent contenir le virus. Ces œufs infectés peuvent survivre pendant des mois ou des années et, lorsqu'ils sont inondés, ils peuvent éclore et produire des moustiques femelles adultes infectés capables transmettre la maladie.

La fièvre de la vallée du Rift est présente en Afrique du Sud, en Afrique de l'Est et de l'Ouest, en Arabie et en Égypte (8).

Rarement, la fièvre de la vallée du Rift évolue vers des troubles oculaires, une méningo-encéphalite ou une forme hémorragique (avec une mortalité de 50%).

Un vaccin destiné au bétail est disponible et un vaccin humain est à l'étude.

Références pour les arbovirus

  • 1. WHO: Oropouche virus disease - Peru

  • 3. Doughty CR, Yawetz S, Lyons J: Emerging causes of arbovirus encephalitis in N America: Powassan, Chikungunya and Zika Viruses. Curr Neurol Neurosci Rep 17:12, 2017. doi 10.1007/s119190-017-724-2.

  • 4. CDC: Powassan Virus Statistics and Maps

  • 5. CDC: Heartland virus disease (Heartland) Statistics & Maps

  • 6. CDC: Omsk Hemorrhagic Fever Signs and Symptoms

  • 7. CDC: Kyasanur Forest Disease Signs and Symptoms

  • 8. CDC: Rift Valley fever Distribution Map

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Comment se laver les mains
Vidéo
Comment se laver les mains
Modèles 3D
Tout afficher
SARS-CoV-2
Modèle 3D
SARS-CoV-2

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT