Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Douleur pelvienne féminine

Par

David H. Barad

, MD, MS, Center for Human Reproduction

Dernière révision totale févr. 2022| Dernière modification du contenu févr. 2022
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources du sujet

La douleur pelvienne est une localisée dans la partie inférieure de l'abdomen et est une plainte fréquente. Il faut la différencier de la douleur vaginale et vulvaire ou périnéale, qui s'exprime au niveau des organes génitaux externes et crée souvent une voussure au niveau du périnée. La cavité pelvienne contient également des intestins, la vessie et la partie inférieure des uretères inférieurs et est entourée par les muscles, le tissu conjonctif et les os. La douleur pelvienne peut provenir de l'une de ces structures.

La douleur pelvienne peut être aiguë ou chronique; une douleur qui persiste pendant 3 à 6 mois est considérée comme chronique.

Étiologie des douleurs pelviennes

La douleur pelvienne peut provenir des organes génitaux féminins (col, utérus, ovaires, trompes de Fallope) ou d'autres structures de l'abdomen (intestins, voies urinaires, plancher pelvien).

Troubles gynécologiques

Certaines pathologies gynécologiques (voir tableau Certaines causes gynécologiques de douleur pelvienne Certaines causes gynécologiques de douleur pelvienne Certaines causes gynécologiques de douleur pelvienne ) provoquent des douleurs pelviennes cycliques (c'est-à-dire, des douleurs récurrentes apparaissant toujours à la même période du cycle). Chez d'autres, la douleur n'est pas liée aux règles. En outre, l'apparition de la douleur (soudaine ou progressive) et le type de douleur (p. ex., intense, à forme de crampe) peuvent permettre d'identifier la cause.

Globalement, les douleurs gynécologiques les plus fréquentes sont les suivantes

Les fibromes utérins Fibromes utérins Les fibromes utérins sont des tumeurs utérines bénignes formées de tissu musculaire lisse. Les fibromes entraînent fréquemment des saignements utérins anormaux... en apprendre davantage Fibromes utérins ne provoquent habituellement pas de douleur, mais la douleur est possible s'ils exercent une pression sur les structures environnantes, contribuent à la dysménorrhée ou dégénèrent.

Tableau
icon

Troubles non gynécologiques

Les troubles non gynécologiques qui peuvent causer des douleurs pelviennes peuvent survenir au niveau de tout système situé dans le bassin:

Bilan dans la douleur pelvienne

La grossesse doit être exclue chez toutes les patientes en âge de procréer, quels que soient les antécédents menstruels ou sexuels.

Anamnèse

L'anamnèses de la maladie actuelle doit comprendre le début, la durée, la localisation, la gravité et les caractérstiques de la douleur. La relation entre la douleur et le cycle menstruel est notée. Les signes associés importants comprennent des saignements vaginaux Saignements vaginaux Les saignements vaginaux anormaux comprennent Les menstruations sont de fréquence excessive (aménorrhée, oligoménorrhée, polyménorrhée), en volume ou durée (ménorragies ou saignements menstruels... en apprendre davantage ou des pertes vaginales Prurit et écoulement vaginal Un prurit vaginal et/ou un écoulement peuvent résulter de l'inflammation infectieuse ou non de la muqueuse vaginale (vaginite), qui est souvent associée à une inflammation de la vulve (vulvovaginite)... en apprendre davantage , une dyspareunie, de la fièvre et des symptômes d'instabilité hémodynamique (p. ex., étourdissements, état syncopal).

La revue des systèmes doit comprendre les éléments suivants:

  • Aménorrhée, nausées matinales ou tuméfaction ou sensibilité des seins: grossesse

  • Fièvre, frissons ou écoulement vaginal: infection

  • Douleurs abdominales, modification du transit ou saignement rectal: troubles gastro-intestinaux

  • Pollakiurie, urgenturie, dysurie ou hématurie: troubles urinaires

L'anamnèse doit rechercher les antécédents obstétricaux et gynécologiques (gravité, parité, antécédents menstruels, antécédents sexuels, antécédents d'infections sexuellement transmissibles, infertilité, grossesse extra-utérine, maladie inflammatoire pelvienne) et des antécédents de calculs urinaires, de diverticulite et d'autres affections ou cancers gastro-intestinaux ou génito-urinaires. Tous les antécédents chirurgicaux abdomino-pelviens doivent être notés.

Examen clinique

L'examen clinique commence par l'examen des signes vitaux pour rechercher une fièvre ou des signes d'instabilité hémodynamique (p. ex., hypotension, pouls rapide) et se concentre sur les examens abdominaux et pelviens.

La palpation abdominale recherchera une sensibilité abdominale, une masse pelvienne ou des signes d'irritation péritonéale. Le toucher rectal recherche une douleur, une masse, la présence d'un saignement occulte. La localisation de la douleur et le recueil des différents signes associés doivent permettre de préciser l'étiologie (voir tableau Quelques indices diagnostiques dans les douleurs pelviennes Quelques indices diagnostiques dans les douleurs pelviennes Quelques indices diagnostiques dans les douleurs pelviennes ).

L'examen pelvien comprend un examen soigneux des organes génitaux externes, un examen au spéculum et un palper bimanuel abdomino-pelvien. Le col est inspecté à la recherche d'écoulement ou de lésions. Un examen bimanuel doit rechercher une douleur du col à la mobilisation, une masse ou une douleur annexielle, une augmentation de volume ou une sensibilité du corps utérin. Si une grossesse extra-utérine est suspectée, il ne faut pas appliquer de pression à une masse annexielle car cette pression peut provoquer une rupture.

Signes d'alarme

Les signes suivants doivent alerter:

  • Choc ou syncope hémorragique (p. ex., tachycardie, hypotension)

  • Signes péritonéaux (douleur à la décompression, rigidité, défense)

  • Métrorragies ménopausiques

  • Fièvre ou frissons

  • Douleurs violentes aiguës avec nausées, vomissements ou transpiration

Interprétation des signes

L'intensité de la douleur pelvienne et sa relation avec les règles doivent permettre une orientation diagnostique (voir tableau Certaines causes gynécologiques de douleur pelvienne Certaines causes gynécologiques de douleur pelvienne Certaines causes gynécologiques de douleur pelvienne ). Le type de douleur, sa localisation et les signes associés facilitent une orientation diagnostique (voir tableau Quelques indices diagnostiques dans les douleurs pelviennes Quelques indices diagnostiques dans les douleurs pelviennes Quelques indices diagnostiques dans les douleurs pelviennes ). Cependant, les signes peuvent être non spécifiques. Par exemple, l'endométriose Quelques indices diagnostiques dans les douleurs pelviennes Quelques indices diagnostiques dans les douleurs pelviennes peut induire une grande variété de signes.

Tableau
icon

Examens complémentaires

Toutes les patientes qui ont des douleurs pelviennes doivent bénéficier des analyses suivantes

  • Test de grossesse

  • Analyse d'urines

Si une patiente est enceinte et se plaint de douleurs ou de saignements, une grossesse extra-utérine sera présumée jusqu'à ce qu'elle soit exclue par l'échographie ou, si l'échographie n'est pas diagnostique, par d'autres tests Examens complémentaires La douleur pelvienne est fréquente au début de la grossesse et peut être un signe de maladie sévère. Certaines pathologies causes des douleurs pelviennes peuvent être responsables de métrorragies... en apprendre davantage . Si une grossesse de < 5 semaines est suspectée, un test de grossesse sérique doit être effectué; un test urinaire de grossesse peut ne pas être assez sensible pour écarter une grossesse aussi précoce. En cas de symptômes urinaires, l'analyse d'urine est un test simple et rapide permettant d'éliminer de nombreuses causes fréquentes de douleur pelvienne (p. ex., cystite, calculs urinaires).

Les autres examens sont variables selon les diagnostics suspectés. Si une patiente ne peut être correctement examinée (p. ex., du fait de la douleur) ou si une masse est suspectée, une échographie pelvienne est effectuée. Si la cause de la douleur sévère ou persistante reste non identifiée et qu'une cause grave (p. ex., grossesse extra-utérine rompue, péritonite) est suspectée, une laparoscopie ou une laparotomie peuvent être effectuées.

L'échographie pelvienne transvaginale peut être un complément utile à l'examen pelvien; elle permettra de mieux définir une masse et aidera au diagnostic de grossesse après 5 semaines d'aménorrhée (c'est-à-dire, 1 semaine après une période menstruelle manquée). Par exemple, un test de grossesse positif et aucune preuve de grossesse intra-utérine sont en faveur d'un diagnostic de grossesse extra-utérine.

Traitement de la douleur pelvienne

Le traitement de la douleur pendant la grossesse est basé sur des considérations maternelles et fœtales.

Le trouble causal est traité de façon spécifique lorsque cela est possible.

La douleur pelvienne chez les patientes non enceintes est traitée en première intention par les AINS. La patiente qui ne répond pas bien à un AINS peut avoir une bonne réponse à un autre.

La douleur liée au cycle menstruel (p. ex., dysménorrhée, endométriose) peut être traitée par des contraceptifs hormonaux.

Les douleurs musculosquelettiques ou myofasciales nécessitent du repos, de la chaleur, une kinésithérapie, des antalgiques ou d'autres médicaments.

Si les patients ont des douleurs rebelles qui ne répondent pas à l'une des mesures ci-dessus, l'hystérectomie peut être proposée comme dernière option.

Bases de gériatrie

Les symptômes de la douleur pelvienne chez la femme âgée peuvent être vagues. Au cours de la revue des systèmes on accordera une attention particulière aux pathologies digestives et vésico-urinaires, lors de l'examen général de ces patientes.

Chez les femmes âgées, les causes fréquentes de douleur pelvienne peuvent être différentes, car certains troubles causes de douleurs et d'inconfort pelviens deviennent plus fréquents avec l'âge, en particulier après la ménopause. Ces troubles comprennent

Une anamnèse médicale générale et des antécédents obstétricaux et gynécologiques doit être obtenue. L'interrogatoire recherchera aussi un historique de la sexualité de la patiente; de nombreuses femmes restent sexuellement actives pendant toute leur vie.

Une perte d'appétit, une perte de poids, des troubles dyspeptiques, un ballonnement ou une modification récente du transit intestinal peuvent être des signes de cancers ovarien ou utérin et imposent un bilan clinique approfondi.

Points clés

  • Les douleurs pelviennes sont fréquentes et peuvent avoir des causes gynécologiques et non gynécologiques.

  • La possibilité d'une grossesse doit être éliminée chez la femme en âge de procréer.

  • Le caractère de la douleur, son acuité, sa sévérité, sa localisation et sa rythmicité par rapport au cycle menstruel permettent le plus souvent d'en retrouver la cause.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT