Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Vaginites inflammatoires

Par

Oluwatosin Goje

, MD, MSCR,

  • Cleveland Clinic, Lerner College of Medicine of Case Western Reserve University

Dernière révision totale sept. 2019| Dernière modification du contenu sept. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients

La vaginite inflammatoire est une inflammation vaginale sans signe des causes infectieuses habituelles.

L'étiologie de la vaginite inflammatoire peut être auto-immune.

Les cellules épithéliales du vagin se modifient superficiellement et les streptocoques pullulent.

Le facteur de risque majeur pour la vaginite inflammatoire est

L'atrophie génitale prédispose à la vaginite inflammatoire et augmente le risque de récidive.

Symptomatologie

Un écoulement vaginal purulent, une dyspareunie, une dysurie et une irritation vaginale sont fréquents. Un prurit et un érythème vaginal peuvent survenir. Des sensations de brûlure, des douleurs, ou un léger saignement sont moins fréquents. Le tissu vaginal peut sembler mince et sec. La vaginite peut récidiver.

Diagnostic

  • pH vaginal et montage humide

Étant donné que les symptômes de la vaginite inflammatoire se chevauchent avec ceux d'autres formes de vaginite, il est nécessaire de procéder à des tests (p. ex., mesure du pH d'un liquide vaginal, microscopie, test à l'odeur).

La vaginite inflammatoire est diagnostiquée si

  • Le pH du liquide vaginal est > 6.

  • Le test de l'odeur (whiff test) est négatif.

  • La microscopie montre une majorité de globules blancs et des cellules parabasales.

Traitement

  • Clindamycine crème vaginale

Le traitement de la vaginite inflammatoire repose sur la clindamycine en crème vaginale 5 g chaque soir pendant 2 semaines. Après traitement par la clindamycine, l'atrophie génitale de la patiente doit être évaluée. En cas d'atrophie génitale, celle-ci peut être traitée par des œstrogènes locaux (p. ex., crème vaginale à l'œstradiol à 0,01% 2 à 4 g 1 fois/jour pendant 1 à 2 semaines suivie de 1 à 2 g 1 fois/jour pendant 1 à 2 semaines puis 1 g 1 à 3 fois/semaine; comprimés vaginaux d'œstradiol hémi-hydraté à 10 mcg 2 fois/semaine; anneaux d'œstradiol toutes les 3 mois). Le traitement local est habituellement préféré du fait des doutes concernant la sécurité du traitement hormonal oral; le traitement topique pourrait avoir moins d'effets systémiques.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT