Le Manuel MSD

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Traumatisme urétral

Par

Noel A. Armenakas

, MD, Weill Cornell Medical School

Dernière révision totale août 2019| Dernière modification du contenu août 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources du sujet

Les lésions urétrales se voient habituellement chez l'homme. La plupart des lésions urétrales sont dues à des traumatismes fermés. Un traumatisme urétral pénétrant est moins fréquent, et est principalement dû à des blessures par arme à feu, ou l'insertion d'objets dans l'urètre, au cours de jeux sexuels ou du fait d'une maladie psychiatrique.

Les différentes lésions urétrales sont les contusions, les ruptures partielles et les ruptures complètes, qui peuvent intéresser l'urètre postérieur ou antérieur. Les plaies urétrales postérieures surviennent presque exclusivement lors de fractures du bassin. Les lésions urétrales antérieures sont souvent la conséquence d'un traumatisme périnéal dû à une chute, à un coup au niveau du périnée ou à un accident de la circulation. Des lésions iatrogènes se produisent pendant la transurétroscopie (p. ex., pose ou ablation d'un cathéter, cystoscopie).

Les complications comprennent l'infection, l'incontinence, le dysfonctionnement érectile, et les sténoses.

Symptomatologie

Les symptômes peuvent être des douleurs mictionnelles ou une rétention urinaire. Le signe le plus important en faveur d'une lésion urétrale est la présence de sang au méat urétral ou urétrorragie. Des signes supplémentaires comprennent des ecchymoses et/ou un œdème du périnée, du scrotum, du pénis ou des grandes lèvres. Un emplacement anormal de la prostate au toucher rectal (dite prostate haut placée) est un indicateur imprécis de lésion de l'urètre. Du sang au toucher rectal ou vaginal impose une évaluation approfondie.

Diagnostic

  • Urétrographie rétrograde

Tout patient de sexe masculin présentant des symptômes ou des signes évocateurs d'une lésion urétrale doit subir une urétrographie rétrograde. Cette procédure doit toujours précéder un cathétérisme. Un sondage urétral chez un patient de sexe masculin présentant une lésion non détectée mais significative de l'urètre peut aggraver les lésions urétrales (p. ex., transformer une rupture partielle en rupture complète). Les patientes nécessitent une cystoscopie et un examen vaginal approfondi immédiats.

Pièges à éviter

  • En cas de suspicion de lésions urétrales chez l'homme, insérer un cathéter urétral après l'urétrographie exclusivement.

Traitement

  • Habituellement, sondage vésical par l'urètre (en cas de contusions) ou cystostomie sus-pubienne

  • Parfois, réalignement sous endoscopie ou réparation chirurgicale (pour certaines lésions)

  • Chirurgie définitive retardée

Les contusions peuvent être traitées efficacement par une sonde urétrale à demeure environ 7 jours. Les ruptures partielles sont idéalement traitées par une dérivation urinaire par cystostomie sus-pubienne. Dans certains cas de ruptures partielles postérieures, on peut tenter le réalignement urétral primaire (endoscopique ou ouvert); en cas de succès, cette approche peut limiter la survenue ultérieure de sténoses urétrales.

L'option la plus simple et la plus sûre pour la plupart des patients présentant une rupture complète est le drainage vésical par cystostomie sus-pubienne. Le traitement chirurgical définitif est différé de 8 à 12 semaines environ, jusqu'à ce que le tissu cicatriciel urétral soit solide et que le patient soit guéri des lésions associées.

La réparation à ciel ouvert des blessures de l'urètre est limitée à celles associées aux fractures du pénis, aux blessures pénétrantes et à toutes les blessures chez les femmes.

Points clés

  • La plupart des lésions urétrales postérieures sont associées à des fractures pelviennes. Les lésions antérieures proviennent habituellement d'un mécanisme contondant; les lésions urétrales avec fractures du pénis ou traumatisme pénétrant sont moins fréquentes.

  • Évoquer des blessures urétrales en particulier chez les patients qui ont des fractures du bassin ou des lésions de la selle et qui ont une difficulté à uriner ou du sang au niveau du méat urétral.

  • Chez les hommes, effectuer une urétrographie rétrograde avant un cathétérisme urétral.

  • Chez les femmes, effectuer une cystoscopie et un examen vaginal approfondi.

  • Traiter les contusions par cathétérisme urétral et la plupart des ruptures urétrales par cystostomie sus-pubienne; envisager un réalignement primaire dans certains cas.

  • La reconstruction chirurgicale doit être retardée, sauf dans certaines blessures (c'est-à-dire, fractures du pénis, certaines blessures pénétrantes, et les blessures de l'urètre féminin).

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT