Le Manuel MSD

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Syndrome parkinsonien

(Syndrome parkinsonien secondaire ; Syndrome parkinsonien atypique)

Par

Hector A. Gonzalez-Usigli

, MD, HE UMAE Centro Médico Nacional de Occidente

Dernière révision totale févr. 2019| Dernière modification du contenu févr. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Le syndrome parkinsonien fait référence à des symptômes de la maladie de Parkinson (par exemple, des tremblements et des mouvements lents) causés par une autre maladie.

  • Le syndrome parkinsonien est dû à des affections cérébrales, des lésions cérébrales et à certains médicaments et toxines.

  • Les personnes atteintes d’un syndrome parkinsonien, tout comme celles qui souffrent de la maladie de Parkinson, présentent des tremblements survenant lorsque les muscles sont détendus, une rigidité musculaire, des mouvements ralentis et des problèmes d’équilibre et de marche.

  • Les médecins essaient d’identifier la cause du syndrome parkinsonien en interrogeant la personne sur les affections connues pour en être responsables et en utilisant l’imagerie cérébrale pour rechercher une cause possible.

  • La cause est traitée, si possible, des médicaments peuvent être utilisés pour soulager les symptômes, et des mesures générales, telles qu’une simplification des tâches quotidiennes) peuvent aider les personnes à mieux fonctionner.

Causes

Différentes maladies peuvent causer le syndrome parkinsonien :

La cause la plus fréquente du syndrome parkinsonien est la suivante :

  • Utilisation de médicaments qui inhibent l’action de la dopamine

Certains médicaments et certaines toxines interfèrent avec ou bloquent l’action de la dopamine et d’autres messagers chimiques qui aident les cellules nerveuses à communiquer les unes avec les autres (neurotransmetteurs). Par exemple, les médicaments antipsychotiques, utilisés pour traiter les syndromes paranoïaques et la schizophrénie, bloquent l’action de la dopamine. La dopamine est un neurotransmetteur essentiel des noyaux basaux (groupes de cellules nerveuses situés dans les profondeurs du cerveau), qui permet d’harmoniser les mouvements musculaires.

La prise de MPTP (narcotique synthétique produit accidentellement par les producteurs de drogues illicites qui essayèrent de synthétiser un opiacé, la mépéridine) peut entraîner un syndrome parkinsonien soudain, intense et irréversible chez les jeunes.

Symptômes

Le syndrome parkinsonien produit les mêmes symptômes que la maladie de Parkinson. À savoir :

  • Tremblements touchant une main lorsque les muscles sont détendus (des tremblements de repos)

  • Raideur musculaire

  • Mouvements lents

  • Difficulté à maintenir l’équilibre et à marcher

Les troubles qui provoquent le syndrome parkinsonien peuvent aussi provoquer d’autres symptômes ou variations de symptômes parkinsoniens.

Certains symptômes peuvent indiquer une cause autre que la maladie de Parkinson. À savoir :

  • Une perte de mémoire importante survenant au cours de la première année de la maladie (indiquant une démence)

  • Des symptômes du syndrome parkinsonien sur un côté du corps seulement (souvent dus à certaines tumeurs cérébrales ou à une dégénérescence corticobasale ganglionnaire)

  • Une hypotension artérielle, des troubles de la déglutition, une constipation et des problèmes urinaires (parfois dus à une atrophie multisystématisée)

  • Des chutes et le confinement au fauteuil roulant au cours des premiers mois ou des premières années suivant le début du trouble

  • Des mouvements oculaires anormaux

  • Des hallucinations et des problèmes spatiovisuels (comme la difficulté à trouver les pièces de la maison ou à garer la voiture) qui se développent à un stade précoce de la maladie

  • Des symptômes qui ne s’atténuent pas en réponse au traitement par lévodopa

  • Des difficultés d’expression et de compréhension du langage parlé ou écrit (aphasie), une incapacité à exécuter des gestes moteurs élémentaires (apraxie) et une impossibilité d’association entre un objet et sa signification (agnosie), difficultés dues à une dégénérescence corticobasale ganglionnaire

Dans la dégénérescence corticobasale ganglionnaire, le cortex cérébral (la partie du cerveau qui contient la plupart des cellules nerveuses) et les noyaux basaux se détériorent progressivement. Les symptômes débutent en général après l’âge de 60 ans. L’immobilité peut se présenter après environ 5 ans et la survenue du décès après environ 10 ans.

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Généralement, imagerie cérébrale

  • Utilisation de la lévodopa pour vérifier si elle est efficace

Les médecins posent des questions sur les troubles précédents, l’exposition à des toxines et la prise de médicaments qui pourraient provoquer le syndrome parkinsonien.

Une imagerie cérébrale, comme la tomodensitométrie (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM), est généralement effectuée à la recherche d’une éventuelle lésion structurelle pouvant être responsable des symptômes.

Si le diagnostic est incertain, les médecins peuvent administrer de la lévodopa (un médicament utilisé pour traiter la maladie de Parkinson) pour éliminer la possibilité de cette maladie. Si le médicament entraîne une nette amélioration, la maladie de Parkinson est probable.

Traitement

  • Traitement de la cause si possible

  • Parfois, des médicaments pour soulager les symptômes

  • Mesures générales, telles qu’un maintien de l’activité dans la mesure du possible

Si possible, la cause du syndrome parkinsonien est corrigée ou traitée. Si un médicament est à l’origine du trouble, arrêter de le prendre peut résoudre le problème. Les symptômes peuvent s’atténuer ou disparaître si le trouble sous-jacent peut être traité.

Les médicaments utilisés pour traiter la maladie de Parkinson (comme la lévodopa) sont souvent inefficaces chez les personnes atteintes du syndrome parkinsonien, mais peuvent parfois entraîner une légère amélioration.

Si un médicament anticholinergique entraîne des symptômes de syndrome parkinsonien gênants et si un médicament antipsychotique doit être pris à vie, les médecins changent de médicament antipsychotique, si possible. Cependant, si le médicament ne peut pas être modifié, l’amantadine ou un médicament avec des effets anticholinergiques, comme la benztropine, peuvent soulager les symptômes.

Les mêmes mesures générales utilisées pour aider les personnes atteintes de la maladie de Parkinson à maintenir leur mobilité et leur autonomie sont utiles. Par exemple, les personnes doivent

  • Rester aussi actives que possible

  • Simplifier leurs tâches quotidiennes

  • Utiliser des dispositifs d’assistance, si nécessaire

  • Prendre des mesures pour sécuriser le domicile (retirer les tapis pour éviter à la personne de trébucher, par exemple)

Les kinésithérapeutes et les ergothérapeutes peuvent aider les personnes à mettre ces mesures en œuvre. Une bonne nutrition est également importante.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Angiographie cérébrale : Insertion du cathéter
Vidéo
Angiographie cérébrale : Insertion du cathéter
L’angiographie permet d’obtenir des informations diagnostiques sur les vaisseaux sanguins...
Modèles 3D
Tout afficher
Noyaux basaux : vue frontale
Modèle 3D
Noyaux basaux : vue frontale

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT