Le Manuel MSD

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Septicémie chez le nouveau-né

(Septicémie chez le nouveau-né ; Septicémie néonatale)

Par

Brenda L. Tesini

, MD, University of Rochester School of Medicine and Dentistry

Examen médical juil. 2020
AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE

La septicémie est une réaction généralisée grave à la propagation de l’infection dans le sang.

  • Les nouveau-nés atteints de septicémie semblent généralement malades : ils sont apathiques, s’alimentent mal, leur peau est souvent grise et ils peuvent avoir de la fièvre ou une température corporelle basse.

  • Le diagnostic repose sur les symptômes et la présence de bactéries, d’un virus ou d’un champignon dans le sang, l’urine ou le liquide céphalorachidien.

  • Le traitement comprend l’administration d’antibiotiques et de traitements de soutien comme des liquides par voie intraveineuse, des transfusions de sang et de plasma, une assistance respiratoire (parfois au moyen d’un respirateur mécanique) et des médicaments visant à maintenir la tension artérielle.

  • L’infection dans la circulation sanguine peut se propager aux tissus recouvrant le cerveau et au cerveau lui-même (méningite).

Une septicémie est plus susceptible de se développer chez :

Les autres facteurs de risque et causes de septicémie varient selon le moment auquel la septicémie se développe. Le début (apparition) est classé comme suit :

  • Septicémie précoce : avant 3 jours de vie

  • Septicémie tardive : après au moins 3 jours de vie

Le risque de septicémie, qu’elle soit précoce ou tardive, est beaucoup plus élevé chez les prématurés Nouveau-né prématuré que chez les enfants nés à terme en raison de l’immaturité de leur système immunitaire. Chez les nouveau-nés prématurés, il manque certains anticorps dirigés contre des bactéries spécifiques car ils sont nés avant d’avoir pu recevoir ces anticorps de leur mère.

Septicémie précoce

Les nouveau-nés peuvent développer une septicémie précoce s’ils sont exposés à certains types de bactéries pendant l’accouchement.

Facteurs de risque de septicémie précoce :

Le risque de septicémie est plus élevé si la poche des eaux se rompt plus de 18 heures avant la naissance ou si la mère présente une infection (notamment des voies urinaires ou du revêtement de l’utérus).

Les types de bactéries les plus souvent à l’origine d’une septicémie néonatale sont Escherichia coli et les SGB qui sont généralement acquises lors du passage du nouveau-né dans le vagin. Jusqu’à il y a environ une décennie, les infections à SGB étaient la principale cause de septicémie précoce chez le nouveau-né ; depuis le dépistage des SGB est devenu systématique chez toutes les futures mères. Si le dépistage révèle des SGB ou si la mère a précédemment donné naissance à un nouveau-né qui avait une infection à SGB, la mère reçoit des antibiotiques au début du travail. Bien que le nouveau-né puisse nécessiter une surveillance supplémentaire à l’hôpital et éventuellement des analyses de sang à la recherche d’une infection, il reçoit des antibiotiques uniquement s’il présente des symptômes ou des signes d’infection.

Septicémie tardive

Les nouveau-nés peuvent développer une septicémie tardive s’ils sont exposés à certains types de bactéries à la maternité.

Facteurs de risque importants de septicémie tardive :

  • Utilisation prolongée de cathéters dans des artères, des veines et/ou la vessie

  • Utilisation d’antibiotiques chez le nouveau-né

  • Utilisation d’une sonde d’intubation insérée dans le nez ou la bouche du nouveau-né (sonde endotrachéale) et reliée à une machine qui aide l’air à entrer dans les poumons et à en sortir (respirateur Ventilation mécanique ) pour faciliter la respiration.

  • Hospitalisation prolongée.

Une septicémie qui survient plus tard est plus susceptible d’être transmise par des micro-organismes présents dans l’environnement du nouveau-né, y compris dans ou autour des cathéters (sonde que les médecins utilisent pour faire passer des liquides ou des médicaments dans le sang du nouveau-né, comme une voie veineuse, ou une sonde utilisée pour évacuer l’urine de la vessie du nouveau-né) et des autres équipements médicaux, plutôt que par des micro-organismes transmis par le canal utérin. La prise de certains antibiotiques peut permettre à certains micro-organismes, tels que le champignon Candida, de provoquer des infections chez le nouveau-né.

Symptômes de la septicémie chez le nouveau-né

En général, les nouveau-nés atteints de septicémie sont apathiques, s’alimentent mal et présentent souvent une température corporelle instable. Une fièvre qui dure plus d’une heure est rare, mais, lorsqu’elle est présente, elle indique généralement que le nouveau-né a une infection.

D’autres symptômes peuvent comprendre des troubles de la respiration (détresse respiratoire), des pauses de la respiration (apnée), un teint pâle, une diminution de la circulation cutanée avec un refroidissement des membres, un ballonnement abdominal, des vomissements, de la diarrhée, des crises convulsives, de l’agitation et une jaunisse Jaunisse du nouveau-né Jaunisse du nouveau-né . L’infection par des streptocoques du groupe B peut entraîner une pneumonie Présentation de la pneumonie Présentation de la pneumonie . D’autres symptômes apparaissent en fonction de l’organisme à l’origine de l’infection.

Complications

L’une des plus graves complications de la septicémie est l’infection des membranes qui recouvrent le cerveau (méningite). Un nouveau-né atteint de méningite Méningite bactérienne chez le nouveau-né peut présenter une apathie extrême (léthargie), un coma, des crises convulsives Convulsions chez l’enfant ou une protrusion au niveau du creux situé entre les os du crâne (fontanelle), et souvent décéder s’il n’est pas traité rapidement.

Diagnostic de la septicémie chez le nouveau-né

  • Mises en culture de sang et parfois d’urine

  • Rachicentèse avec mise en culture du liquide céphalorachidien

Les médecins diagnostiquent la septicémie en se basant sur les symptômes et les résultats des examens du nouveau-né. Les médecins réalisent plusieurs examens, notamment des analyses de sang, pour essayer de déterminer la bactérie, le virus ou le champignon spécifique à l’origine de l’infection.

Une hémoculture, parfois une culture d’urine, et une ponction lombaire Ponction lombaire Des examens complémentaires peuvent être nécessaires pour confirmer un diagnostic suggéré par des antécédents médicaux et par l’ examen neurologique. L’électroencéphalographie (EEG) est une... en apprendre davantage Ponction lombaire (rachicentèse) sont également réalisées. Pour les mises en culture, les médecins prélèvent du sang, du liquide céphalorachidien et de l’urine et essaient de cultiver en laboratoire les bactéries présentes dans les échantillons et de les identifier. Les nouveau-nés présentant des troubles respiratoires passent une radiographie du thorax.

Pronostic de la septicémie chez le nouveau-né

La septicémie est la cause principale de décès chez les nouveau-nés prématurés après la première semaine de vie. Les nourrissons de faible poids à la naissance présentent un risque accru de décès. Les nourrissons présentant un poids extrêmement faible à la naissance et qui sont atteints d’une septicémie provoquée par le champignon Candida ou des bactéries sont exposés à un risque nettement plus élevé de décès.

Les nouveau-nés qui se rétablissent après une septicémie ne présentent généralement pas de séquelles à long terme. Cependant, les nouveau-nés qui survivent à une méningite peuvent présenter un retard du développement, une infirmité motrice cérébrale Infirmité motrice cérébrale (IMC) , des convulsions Convulsions chez l’enfant ou une perte auditive Altération de la fonction auditive chez l’enfant Altération de la fonction auditive chez l’enfant .

Traitement de la septicémie chez le nouveau-né

  • Antibiotiques par voie intraveineuse

  • Parfois, respirateur ou autres traitements

Dans l’attente des résultats des hémocultures, les nouveau-nés chez qui une septicémie est soupçonnée sont traités avec des antibiotiques puissants par voie intraveineuse. Une fois l’organisme spécifique identifié, les médecins peuvent ajuster le type d’antibiotique.

Outre l’antibiothérapie, d’autres traitements peuvent s’avérer nécessaires, comme l’utilisation d’une machine qui facilite la respiration (respirateur mécanique Ventilation mécanique ), l’administration de liquides par voie intraveineuse, des transfusions de sang et de plasma et des médicaments destinés à soutenir la tension artérielle et la circulation sanguine.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE
AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
iOS ANDROID
iOS ANDROID
iOS ANDROID
HAUT