Le Manuel MSD

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Grossesse extra-utérine

Par

Antonette T. Dulay

, MD, Main Line Health System

Dernière révision totale oct. 2020| Dernière modification du contenu oct. 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
Ressources du sujet

Une grossesse extra-utérine est l’implantation d’un ovule fécondé à un endroit anormal.

  • En cas de grossesse extra-utérine, le fœtus ne peut pas survivre.

  • En cas de rupture d’une grossesse extra-utérine, la femme présente souvent des douleurs abdominales et des saignements vaginaux qui, s’ils ne sont pas traités, peuvent être mortels.

  • Les médecins basent leur diagnostic sur les résultats des analyses de sang et de l’échographie, principalement pour déterminer où se trouve le fœtus.

  • En général, une intervention chirurgicale est pratiquée afin de retirer le fœtus et le placenta ; cependant, une ou plusieurs doses de méthotrexate peuvent être utilisées pour interrompre la grossesse extra-utérine.

Les complications de la grossesse, telles que la grossesse extra-utérine, sont des troubles qui ne se manifestent que pendant la grossesse. Elles peuvent concerner la femme, le fœtus ou les deux, et survenir à différents moments de la grossesse. Cependant, de nombreuses complications de la grossesse peuvent être traitées efficacement.

Normalement, un ovule est fécondé dans la trompe de Fallope et va s’implanter ensuite dans l’utérus. Cependant, si la trompe est rétrécie ou obstruée, l’ovule fécondé peut ne pas atteindre l’utérus. Ainsi, il arrive parfois que l’ovule fécondé s’implante dans les tissus à l’extérieur de l’utérus ; on parle alors de grossesse ectopique ou extra-utérine. La localisation la plus fréquente de la grossesse extra-utérine est l’une des trompes de Fallope (grossesse tubaire), mais elle peut se fixer à d’autres endroits.

Les fœtus des grossesses ectopiques survivent parfois plusieurs semaines. Cependant, comme les tissus à l’extérieur de l’utérus ne peuvent fournir l’apport sanguin nécessaire, le fœtus finit par mourir. La structure contenant le fœtus se rompt généralement après environ 6 à 16 semaines, bien avant que le fœtus ne puisse vivre indépendamment de la mère. Lorsque la rupture de la grossesse extra-utérine survient, l’hémorragie peut être sévère, voire mettre la vie de la femme en danger. Plus la structure se rompt tardivement, plus la perte de sang est importante et le risque de décès élevé. Cependant, si une grossesse extra-utérine est traitée avant sa rupture, le décès est rare.

Environ 2 grossesses sur 100 sont des grossesses extra-utérines.

Facteurs de risque (facteurs qui augmentent le risque de survenue d’un problème donné) de grossesse extra-utérine :

Une grossesse est moins susceptible de survenir lorsqu’un DIU est en place (moins de 1,5 % des femmes tombent enceintes). Cependant, parmi les grossesses qui surviennent, environ 5 % sont extra-utérines.

Grossesse extra-utérine : une grossesse au mauvais endroit

Normalement, un ovule est fécondé dans la trompe de Fallope et va s’implanter ensuite dans l’utérus. Cependant, si la trompe est rétrécie ou obstruée, l’ovule peut avancer lentement ou être bloqué. Ainsi, l’ovule fertilisé ne parvient jamais dans l’utérus, ce qui aboutit à une grossesse extra-utérine.

Une grossesse extra-utérine peut être localisée à de nombreux endroits différents, notamment dans l’une des trompes de Fallope, dans un ovaire, sur le col de l’utérus et dans l’abdomen.

Grossesse extra-utérine : une grossesse au mauvais endroit

Symptômes d’une grossesse extra-utérine

Les symptômes d’une grossesse extra-utérine varient et peuvent ne pas se manifester avant la rupture de la structure qui abrite la grossesse extra-utérine. La plupart des femmes présentent un saignement vaginal ou des pertes vaginales légères, des crampes ou des douleurs dans le bas de l’abdomen, ou les deux. Les règles peuvent être tardives ou absentes, mais pas forcément. Certaines femmes ne pensent pas du tout être enceintes.

Lorsque la structure se rompt, la femme ressent généralement une douleur aiguë et constante dans le bas de l’abdomen. En cas de perte de sang importante, la femme peut s’évanouir, transpirer ou ressentir des étourdissements. Ces symptômes peuvent indiquer qu’elle a perdu une quantité de sang telle que sa tension artérielle est dangereusement faible (choc Choc Le choc est une maladie potentiellement fatale dans laquelle l’irrigation sanguine des organes est faible, ce qui diminue l’apport d’oxygène et provoque des lésions organiques et parfois le... en apprendre davantage ).

Diagnostic d’une grossesse extra-utérine

  • Un test de grossesse

  • Échographie

  • Analyses de sang

  • Parfois, laparoscopie

Les médecins suspectent une grossesse extra-utérine chez les femmes en âge de procréer qui présentent une douleur dans le bas de l’abdomen ou un saignement vaginal, des évanouissements ou un état de choc. On pratique alors un test de grossesse.

Si ce test est positif ou, dans de rares cas, s’il est négatif mais que les symptômes suggèrent tout de même une grossesse extra-utérine, une échographie est réalisée à l’aide d’une sonde manuelle insérée dans le vagin (échographie endovaginale). Si l’échographie détecte le fœtus dans un site autre que l’utérus, le diagnostic est confirmé. Si l’échographie ne détecte aucun fœtus, une grossesse extra-utérine reste possible, ou bien la grossesse se situe dans l’utérus, mais est encore trop précoce pour être visible.

Les médecins effectuent également des analyses de sang afin de mesurer une hormone produite par le placenta tôt dans la grossesse, appelée gonadotrophine chorionique humaine (HCG). Cet examen peut aider les médecins à déterminer si la grossesse est trop précoce pour que le fœtus soit visible dans l’utérus ou s’il s’agit d’une grossesse extra-utérine.

Si cela est nécessaire pour confirmer le diagnostic, les médecins peuvent utiliser une sonde à fibres optiques appelée laparoscope, insérée par une petite incision pratiquée juste sous l’ombilic. Cette procédure leur permet de voir une grossesse extra-utérine directement.

Traitement d’une grossesse extra-utérine

  • Chirurgie

  • Parfois, du méthotrexate

Une grossesse extra-utérine doit être arrêtée le plus vite possible pour sauver la vie de la femme.

Dans la plupart des cas, le fœtus et le placenta doivent être retirés chirurgicalement, généralement à l’aide d’un laparoscope Laparoscopie Il arrive parfois que les médecins recommandent des tests de dépistage ; ce sont des tests effectués afin de rechercher des troubles chez des personnes qui ne présentent pas de symptômes. Si... en apprendre davantage Laparoscopie , mais parfois, par une incision abdominale plus large (technique appelée laparotomie).

Au cours de l’intervention, les médecins retirent le fœtus et le placenta, ainsi que la partie de la trompe de Fallope qui ne peut être réparée. Cette approche permet d’augmenter les chances de grossesse ultérieure, après réparation du reste de la trompe de Fallope. Cependant, il arrive que la trompe ne puisse pas être réparée.

Dans de rares cas, l’utérus est tellement endommagé qu’il faut avoir recours à une hystérectomie.

En cas de grossesse extra-utérine précoce qui ne s’est pas encore rompue, il est possible d’avoir recours à une ou plusieurs doses de méthotrexate, administrées par injections, au lieu d’une intervention chirurgicale. Ce médicament induit le rétrécissement de la grossesse extra-utérine et sa disparition. Les médecins effectuent des analyses de sang pour mesurer le taux de HCG chaque semaine, afin de vérifier que le traitement par méthotrexate a été efficace. Parfois, lorsque le méthotrexate n’est pas utilisé ou ne fonctionne pas, une intervention chirurgicale est nécessaire.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Testez vos connaissances
Cancer du vagin
Le cancer du vagin est une forme rare de cancer. Ce cancer se développe généralement dans les cellules de la muqueuse vaginale, le plus souvent chez les femmes de plus de 60 ans. Parmi les symptômes suivants, lequel est le plus fréquent dans le cas d’un cancer du vagin ?
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
HAUT