Le Manuel MSD

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Infections provoquées par des bactéries apparentées à la tuberculose (TB)

(Infections mycobactériennes non tuberculeuses)

Par

Dylan Tierney

, MD, MPH , Harvard Medical School;


Edward A. Nardell

, MD, Harvard Medical School

Dernière révision totale mai 2018| Dernière modification du contenu juin 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Les bactéries responsables de la tuberculose (TB) sont des mycobactéries. Il existe de nombreux types de mycobactéries. De nombreux types ne provoquant pas la tuberculose (que l’on appelle mycobactéries non tuberculeuses) peuvent causer des infections chez certaines personnes, parfois avec des symptômes similaires à ceux de la tuberculose. Par exemple, si les poumons sont infectés, les principaux symptômes de la tuberculose et de certaines infections non tuberculeuses sont la toux, la fièvre et une perte de poids.

Les types les plus fréquents appartiennent à un groupe appelé complexe Mycobacterium avium (MAC), qui inclut Mycobacterium avium et Mycobacterium intracellulare.

D’autres mycobactéries non tuberculeuses qui ne sont pas incluses dans MAC infectent parfois également l’homme.

Infections par le complexe Mycobacterium avium

Les mycobactéries MAC provoquent généralement une infection uniquement chez les personnes suivantes :

  • Personnes âgées fragiles

  • Personnes dont les poumons ont été abîmés par la fumée de tabac pendant une longue période, une ancienne tuberculose, une bronchite, un emphysème ou d’autres affections.

Infections pulmonaires à MAC

Les infections pulmonaires à MAC se développent généralement lentement. Les premiers symptômes sont une toux et des expectorations contenant du mucus. La personne infectée se sent fatiguée, perd du poids et présente une légère fièvre.

L’infection peut évoluer lentement ou rester stable pendant une période prolongée. Si l’infection évolue, la personne peut expectorer du sang régulièrement et présenter des symptômes respiratoires.

L’analyse des expectorations de la personne infectée est nécessaire pour différencier une infection à MAC d’une tuberculose. Une radiographie du thorax est réalisée. Elle peut montrer certaines différences entre la tuberculose et une infection à MAC.

Comme la pharmacorésistance est souvent un problème pour le traitement des infections à MAC, les médecins sont enclins à prescrire une combinaison d’antibiotiques. Une association de trois médicaments (clarithromycine ou azithromycine, rifampicine et éthambutol) est souvent utilisée. Les médicaments sont généralement pris pendant 12 à 18 mois. Si cette association est inefficace, d’autres sont essayées.

Infections à MAC des ganglions lymphatiques

Une infection à MAC des ganglions lymphatiques peut se développer chez les enfants, typiquement entre l’âge de 1 à 5 ans. L’infection est habituellement provoquée par l’ingestion de terre ou d’eau de boisson contaminée par la mycobactérie.

Un traitement antibiotique n’est généralement pas nécessaire pour enrayer l’infection. En revanche, on peut enlever les ganglions infectés chirurgicalement.

Infections à MAC généralisées

Une infection à MAC peut se propager dans tout l’organisme chez les personnes suivantes :

  • Personnes atteintes du SIDA

  • Rarement, personnes atteintes d’autres troubles ou qui prennent des médicaments affaiblissant le système immunitaire

Les symptômes comprennent une fièvre, une anémie, des troubles hématologiques, une diarrhée et des douleurs abdominales.

Afin de diagnostiquer une infection à MAC généralisée, les médecins tentent généralement de faire pousser la bactérie (culture) à partir d’un échantillon de sang ou de tissu prélevé dans la moelle osseuse, le foie ou un ganglion infecté.

Ces infections sont traitées par deux ou trois antibiotiques, souvent la clarithromycine ou l’azithromycine plus l’éthambutol et parfois la rifabutine.

Les personnes atteintes d’un SIDA avancé et dont la numération des CD4 est inférieur à 100 doivent prendre de la clarithromycine ou de l’azithromycine pour empêcher que l’infection à MAC ne se généralise. Il est également important de traiter le SIDA efficacement. Cela peut renforcer les capacités du système immunitaire à combattre l’infection.

Autres infections mycobactériennes non tuberculeuses

Des mycobactéries non tuberculeuses qui ne sont pas incluses dans MAC infectent parfois également l’homme.

Infections cutanées

Certains types de mycobactéries, généralement Mycobacterium marinum, se développent dans les piscines et même dans les aquariums domestiques. Ces mycobactéries peuvent provoquer des infections cutanées lorsque des personnes nagent dans des piscines contaminées qui n’ont pas été chlorées, nettoient un aquarium domestique contaminé ou s’égratignent ou se coupent alors qu’elles manipulent du poisson ou des crustacés contaminés.

Des boutons rougeâtres peuvent apparaître, s’étendre et devenir violets. Ils apparaissent d’ordinaire sur les bras ou les genoux.

Ces infections cutanées peuvent disparaître sans traitement si les personnes ont un système immunitaire normal. Toutefois, l’infection peut se propager à d’autres parties de l’organisme en cas de système immunitaire affaibli.

Les personnes qui souffrent d’infections chroniques doivent être généralement traitées par minocycline, doxycycline, clarithromycine ou un autre antibiotique pendant 3 à 6 mois.

Autres infections

L’infection à Mycobacterium ulcerans (également appelée ulcère de Buruli, de Bairnsdale ou de Daintree) est la troisième infection mycobactérienne la plus fréquente touchant les personnes qui ont un système immunitaire normal, après la lèpre et la tuberculose. La plupart de ces infections surviennent dans des régions tropicales d’Afrique de l’Ouest ou centrale. En Australie, la plupart des cas surviennent dans une région tempérée autour de la ville de Melbourne.

Cette infection démarre par un nodule sous la peau, une zone gonflée importante ou un gonflement généralisé des jambes, des bras ou du visage. La zone affectée est indolore. L’infection progresse, provoquant des lésions ouvertes sur les jambes ou les bras et entraînant la destruction généralisée de la peau et des tissus sous-jacents.

L’infection à Mycobacterium ulcerans est traitée avec une association d’antibiotiques et parfois de la chirurgie.

D’autres types de mycobactérie, tels que Mycobacterium fortuitum, peuvent infecter les plaies, les tatouages et les dispositifs médicaux implantables comme les valves cardiaques mécaniques ou les implants mammaires.

Un autre type de mycobactéries provoquait des infections sévères lorsque de l’eau contaminée était utilisée pour nettoyer les canaux radiculaires chez les enfants.

L’antibiothérapie et l’ablation chirurgicale des zones et/ou matériels infectés permettent habituellement la guérison de l’infection. Si le traitement est inefficace, les personnes sont envoyées chez un spécialiste.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Grippe
Vidéo
Grippe
La grippe, ou influenza, est provoquée par un des types de virus capables de se propager rapidement...
Modèles 3D
Tout afficher
Rhume
Modèle 3D
Rhume

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT